Site AS ROMA

Zeman, une carrière basée sur l’offensive

L’histoire d’amour entre Zdenek Zeman et l’Italie a débuté en 1968. Année depuis laquelle il réside à Palerme, suite au « Printemps de Prague ». Sa carrière d’entraineur débutera en 1974 où il sillonnera les clubs amateurs de la Sicile pendant 7 ans, avant de prendre pendant deux saisons une équipe de jeunes de Palerme. Sa première expérience sur un banc de touche arrivera à Licata, où il fera monter le club de la Série D à la Série C. Ces deux expériences suivantes ne se passeront pas très bien, puisqu’il se fera licencier à chaque fois. D’abord lors de son premier passage à Foggia, puis à Parme où il remplace Arrigo Sacchi. Sa ascension débutera avec Messine en 1988. C’est notamment lui qui fera découvrir le célèbre Salvatore Schillaci, finissant la saison avec 23 buts et meilleur attaque de Série B pour son club.

Grâce à cela, Foggia décide de le reprendre sur son bans. Il s’agira de sa première vraie épopée. Zeman y restera 5 ans, où il créa le « Zemanlandia ». A son arrivée le club vient de monter en Série B pour espérer s’y stabiliser. Sa première saison sera très honorable puisque le Foggia du « boemo » termine 8ème. Mais c’est surtout la saison suivante qu’arrivera l’apothéose. L’équipe de Série B termine premier, avec la meilleure attaque. Foggia va donc découvrir la Série A, avec 2 montées successives en 3 ans. Il fera notamment exploser le célèbre Giuseppe Signori. Sa première saison parmi l’élite sera très satisfaisante, puisque Foggia termine 9ème, à un pas de l’UEFA. Mais outre le classement c’est de par son jeu que cette équipe impressionne, et termine notamment seconde meilleure attaque. Malgré un pillage de ses meilleurs joueurs les deux saisons suivantes, Zeman arrive tout de même à maintenir le club à la 11ème et 9ème place. On peut citer notamment Luigi Di Biaggio, Dan Petrescu ou José Chamot.

L’été 1994, Zeman pense avoir fait le tour de la question, et veut se mesurer à plus lourd. Il rejoint alors la Lazio. Il y passera deux excellentes saisons, puisqu’il terminera d’abord 2ème, puis 3ème. Il échouera donc de très peu à son rêve de Scudetto. Malgré tout là encore il impose sa « patte », en finissant à chaque fois meilleure attaque, prouvant qu’il peut imposer ce style n’importe où. Lors de sa troisième saison, il est licencié en janvier, avec une 12ème place au classement. C’est notamment lui qui aura lancé Alessandro Nesta, et a eu sous ses ordres des joueurs comme Alen Boksic, Aaron Winter, Roberto Di Matteo, Luca Marchegiani (dont le fils de 15 ans joue à l’AS Roma) et Pierluigi Casiraghi.

L’été 1997, Zeman reste à Rome, mais cette fois côté giallorosso. Et là encore rien ne change, il termine deux saisons de suite meilleure attaque, avec une 4ème et 5ème place, donc encore une fois tout proche du haut du podium. Les tifosi giallorossi retiendront notamment les deux derbies de la première année : l’aller où la Roma était mené 3-1 à 10 contre 11 finit par accrocher le nul, et la victoire 3-1 au retour alors que la Lazio était encore leader. Suite à ses deux saisons, il est remplacé à la « surprise générale » par Fabio Capello, probablement par choix politique car Zeman dérangeait les clubs du Nord. Il aura notamment fait exploser Francesco Totti, et aura entrainé Marco Delvecchio, Aldair, Cafu, Vincent Candela, Luigi Di Biagio ou encore Damiano Tommasi. Un goût amer pour lui, quand on sait que l’AS Roma sera championne deux an plus tard, avec un grand recrutement que lui n’a pas eu (Samuel, Zebina, Emerson, Montella, Batistuta).

Il décide alors d’effectuer sa première expérience à l’étranger, sur le banc du Fenerbaçe, où il finit à une 4ème place assez décevante. Il fait alors le choix de revenir en Italie, et Naples lui propose ce défi. Le club azzurro vient tout juste de remonter en Série A après deux saisons de purge, et les attentes des tifosi sont énormes. Zeman n’y arrivera pas et sera viré après quelques mois. Il repart alors vers la Série B, où il fera deux expériences diamétralement opposé : 6ème à Salernitana et avant-dernier à Avellino. Malgré ce dernier passage un peu fiasco, Lecce décide de lui faire confiance en Série A. Il terminera 11ème, avec la seconde meilleur attaque de Série A, très honorable pour un club habitué à jouer le maintien. Il aura croisée lors de cette expérience Mirko Vucinic et lance Valeri Bojinov. Il fit une saison à Brescia, avant de revenir à Lecce, où il entrainera un certain Pablo Osvaldo. Viendra alors sa seconde et dernière expérience à l’étranger, sur le banc du mythique Etoile Rouge de Belgrade.

Il passera alors deux ans de repos avant de venir retrouver un banc de touche. En juin 2010 il décide de revenir pour la 3ème fois à Foggia, le club auquel il est le plus lié. Et la ferveur n’a pas disparu, puisque 4 000 tifosi sont présent pour son retour. Zeman n’arrive pas vraiment dans un contexte facile. Foggia n’est pu en Série A, mais Série C. Pire, le club italien s’est sauvé à la dernière minute d’un match de barrage d’une descente en 4ème division. Cela sera une demi-réussite, car son équipe finira 6ème, tout proche des barrages pour remonter en B. Il y aura notamment révélé les attaquants Lorenzo Insigne (qui le suivra à Pescara l’an suivant) et Marco Sau (qui a dépassé les 20 buts d’abord avec Foggia, puis avec le Juve Stabia cette saison). Il arrivera une nouvelle fois meilleure attaque. La saison passée c’est Pescara qui décide de lui faire confiance, avec une politique basée sur la jeunesse. On y trouvera notamment les pépites Lorenzo Insigne, Ciro Immobile ou Marco Verratti. Zeman offre le titre de Série B à son club, et finit bien entendu de nouveau meilleur attaque et meilleur goalaverage. C’est donc à ce moment que Zeman décide de faire son retour dans la capitale, à la Roma, pour peut-être terminer sa carrière sur un grand succès ?