Zaniolo fait le bilan de son début de saison et évoque le futur

0
388
Nicolo Zaniolo of AS Roma during the UEFA Champions League group G match between Real Madrid and AS Roma at the Santiago Bernabeu stadium on September 19, 2018 in Madrid, Spain(Photo by VI Images via Getty Images)
Photo tirée du site Gettyimages.fr

Nicolo Zaniolo s’est exprimé dans un interview au site officiel Asroma.com :

« Di Francesco a été très important pour moi, il m’a donné divers conseils. Sentir la confiance du club et du mister est très important pour un jeune. Nous avons gagné contre la Sampdoria, désormais nous devons continuer notre série positive. Cela ne sera pas facile contre l’Udinese, nous devrons entrer sur le terrain avec le plus grand engagement. Pouvoir porter ce maillot est une fierté, désormais je dois démontrer sur le terrain ce que je vaux. L’importance de mon père, qui a fait une petite carrière professionnel ? Mes parents ont été fondamentaux pour moi, que ce soit dans les beaux ou mauvais moments. Ils sont toujours à mes côtés. C’est un honneur pour moi d’avoir un papa qui a joué au football, il me donne des conseils sur comment je dois me comporter sur et hors du terrain. Pourquoi le saut de la Primavera à l’équipe première est décrit comme difficile ? C’est un pas important, un grand saut. La première chose que j’ai noté est le changement de rythme, en Primavera beaucoup de choses sont basées sur l’improvisation. Quand tu es en en équipe première, par contre, on doit penser avant les gestes qu’on doit faire. Cela a été ma difficulté initiale la plus grande, mais encore désormais je dois progresser en soi. Ma réaction quand j’ai su que je serais titulaire face au Real Madrid au Bernabeu ? Cela a été le couronnement d’un rêve, je me suis retrouvé à jouer ensemble à des joueurs qui, jusqu’à deux semaines auparavant, étaient des joueurs que j’utilisais à la PlayStation. Du point de vue émotion, a été plus difficile la période avant d’aller sur la pelouse. Puis, une fois touché le terrain de jeu, j’ai seulement pensé à jouer. C’était mon premier match professionnel et le préparer a été difficile.

A l’échauffement et dans le tunnel l’émotion était forte. Puis, j’ai de suite pensé à ce que je devais faire, aux indications du mister. En somme, cela a été plus difficile à le préparer qu’à le jouer. La première en Serie A face à la Fiorentina, où j’y étais passé au niveau du centre de formation ? Oui, pour moi cela a été une revanche. Mais je ne veux plus parler de ces choses parce que c’est un chapitre fermé. Désormais je pense seulement à m’entraîner pour pouvoir démontrer ce que je vaux à la Roma. Puis l’appel de Mancini avec la Nazionale ? Très inattendue, mais un rêve incroyable. Depuis tout petit j’espérais être convoqué en Nazionale, je pense que c’est le rêve de tous enfants. L’émotion aussi dans ce cas a été initiale, puis quand je suis arrivé à l’entraînement j’ai seulement pensé à renvoyer la confiance que m’avait donné le mister Mancini. Ce que Mancini m’a dit ? Il m’a dit de rester tranquille et que si j’étais appelé c’est qu’il y a des raisons. Il m’a demandé de lui renvoyer cette confiance. L’importance d’avoir des coéquipiers tel que De Rossi ou Nzonzi ? Pour moi c’est un honneur de m’entraîner avec eux, mais aussi une très grande responsabilité : on doit tenir leur pas parce que autrement on ne joue pas. Donc je pense que la chose principale est de bien s’entraîner et prendre leur exemple. A qui je m’entends le mieux ? J’ai un très beau rapport avec Luca Pellegrini et Kluivert, avec qui je partage de nombreux moments en mise au vert ou en dehors. Nous sommes tous trois nés en 1999. Nous sommes bien, et eux aussi m’ont aidé à m’intégrer au groupe.

L’importance de Di Francesco sur ce début de saison ? Le mister m’aide chaque jour à l’entraînement. Il me donne confiance et moi je dois toujours lui renvoyer. Pour revenir en arrière, la victoire contre la Sampdoria a été très importante, tout comme la façon dont est arrivée ce succès ? Nous avons gagné et joué un très beau match. Une excellente base de départ pour continuer notre série positive. Si le moment difficile est derrière nous ? L’important est de ne plus avoir de défaites, il faut continuer à avoir de bons résultats. Quelles sont les raisons de ces passages à vide ? Un peu par malchance et un peu pour certaines choses que nous devions améliorer, cependant désormais nous avons trouvé le bon cadrage et nous espérons continuer ainsi. Un cycle de 9 matchs en 35 jours se présente, comment on gère une telle série de matchs joués tous les 3 jours ? Il faut l’aide de tous les joueurs du groupe, autant les anciens que les jeunes. A quel match on s’attend face à l’Udinese qui vient de changer d’entraîneur ? Oui, ils ont tout juste changé d’entraîneur et on s’attend à un match difficile, comme tous les autres. Il n’existe pas de match facile à ce niveau. Il faut entrer sur le terrain avec le bon comportement et à la fin le résultat viendra. Puis, mardi, où la qualification pourrait être validé face au Real Madrid à l’Olimpico ? Oui, mais avant nous pensons à l’Udinese, nous pensons à gagner et ensuite nous jouerons la Champions, contre le Real Madrid ».