Voila qui est Massara, nouveau directeur sportif

Alors qu’il a été fraîchement nommé comme directeur sportif de l’AS Roma, le site Cesololaroma.org essaie de vous exposer un portrait de Frederic Massara, ex-footballeur qui a fait son chemin dans le sillage de Walter Sabatini.

Pour trouver trace d’une bonne photo (au niveau de la qualité, ou bien de le voir au premier plan) de Massara sur Google, cela relève du parcours du combattant. Pour trouver trace d’informations et anecdotes au sujet de son parcours en tant que dirigeant, outre sa page Wikipedia qui ne mentionne que le strict minimum, seul les 2-3 premières pages de recherches sur Google permettent d’obtenir quelques informations. Un homme mystérieux, réservé et introverti, qui travaille dans l’ombre sans faire parler de lui médiatiquement.

Son parcours de footballeur et sa reconversion

Son prénom vous a probablement mis la puce à l’oreille. Massara est né à Turin, d’un père italien et d’une mère française. Formé au Torino, il n’y a pas joué le moindre match professionel. C’est à Pavia que cet attaquant, bon techniquement mais peu puissant physiquement, va découvrir le monde professionnel, où il disputa deux saisons en Serie C1 et deux saisons en Serie C2, pour 26 buts (et 123 matchs). Il restera cependant un joueur de divisions inférieures, puisqu’il n’aura disputé que 27 matchs de Serie A avec Palerme (3 buts), mais 194 matchs de Serie B (22 buts). Massara reste avant tout un homme de terrain.

Au terme de sa carrière de footballeur, il devient durant deux saisons entraîneur adjoint, à Benevento, Pescara (où il avait disputé 121 matchs) et Martina. En 2008, Walter Sabatini fait appel à lui pour le rejoindre à Palerme. Là encore, il continue de ne pas lâcher définitivement le terrain. Son premier rôle en Sicile est de gérer le quotidien des joueurs, et de faire le lien entre l’équipe première et la societa. Petit à petit, Massara prend du galon et prend de la hauteur. Sabatini lui donne plus de missions, et notamment de superviser la Primavera rosanera. Il est également l’oeil privilégié de Sabatini sur le territoire italien, et va de lui-même superviser divers joueurs sur place. Les experts dans ce domaine disent de Massara qu’il est un des plus grands connaisseurs du football italien au niveau du secteur des jeunes. Lors de son arrivée à l’AS Roma en 2011, Sabatini exige que Massara le rejoigne dans la Capitale pour être son bras droit.

En savoir plus sur Massara

Massara a obtenu son diplôme de directeur sportif en mai 2011, soit peu de jours avant de s’engager comme dirigeant de la Louve. Sur 56 diplômés, il fait parti du Top 5 avec une note de 110/110. Dès le début de son aventure giallorosso, Massara est nommé pour superviser la Primavera d’Alberto De Rossi et les U17 (ex-Allievi Nazionali). Chose peu apprécié par Bruno Conti, qui ne se retrouve à « diriger » le centre de formation que jusqu’au U15. Massara ne manque pas un entraînement des U19 de la Roma, ni un seul match de ceux disputés à Trigoria. Avant que Federico Balzaretti prenne sa succession la saison passée dans le rôle de suivre et superviser les jeunes joueurs partis en prêt, c’est lui qui était chargé de cette tâche auparavant. Il n’est d’ailleurs pas à proprement parler « vice-directeur » mais « chef des observateurs ». Le week-end passé, durant la trêve internationale, Massara a assisté aux matchs des U17 (samedi), U16 et U15 (dimanche) à Trigoria. De façon générale, Massara est un expert du panorama italien et français au niveau du football, et (si cela n’a jamais été dévoilé), il n’est pas impossible de penser que c’est lui qui a été le premier à donner le nom de Miralem Pjanic et Rudi Garcia à Sabatini, avant que lui-même approfondisse les dossiers ensuite.

Plusieurs dirigeants et agents expliquent que c’est souvent Massara qui démarrent les négociations concernant un transfert, et qu’il est quelqu’un de très honnête, qui sait ne pas faire traîner sur la longueur les choses, tandis que Sabatini prenait la continuité ensuite pour conclure les discussions. Comme dit en introduction, il s’agit de quelqu’un qui parle très peu médiatiquement, quelqu’un d’introverti, mais un acharné du travail, qui peut bosser durant 10-12 heures par jour à Trigoria. Pour l’anecdote, sa mère fût dirigeante haute placée du Louve, et Frederic a probablement pris un caractère rigide du à cela. Massara parle un français parfait, comme Rudi Garcia l’avait raconté dans son livre. La saison passée, il avait par exemple accompagné la Primavera, lors du 1/4 de finale de la Youth League, disputé face au PSG au Camp des Loges. Chaque jour, Massara visionne de nombreuses vidéos, pour visionner les divers championnats du monde entier, lui permettant ensuite d’envoyer des hommes sur le terrain pour les observer de manière plus approfondi. Il s’agit d’une personne qui sait s’entourer des nouvelles technologies pour avancer, et en cela la fameuse « Database » de l’équipe de James Pallotta sera sûrement utilisé à bon escient, du moins plus que par le romantique Sabatini qui travaille « à l’instinct ». 

Romanista35