Site AS ROMA

Viola, le président le plus titré de l’AS Roma

Peu de médias en ont parlé ce mercredi, et pourtant le mythique président Dino Viola aurait eu, en ce mercredi 22 avril 2015, 100 ans. Né en 1915, il fût l’homme fort de l’AS Roma durant 11 saisons, avec 6 titres nationaux.

Né en Toscane (à Terrarossa), le 22 avril 1915 donc, Dino Viola rejoint la Capitale très jeune, notamment pour y effectuer ses études. Il y a donc connu les premières années de l’histoire du club de la Louve : « J’arrivais à Rome de la Lunigiana quand j’avais 7 ans et demi. A 8 ans j’étais déjà un fervent tifoso de l’équipe giallorossa. J’allais au Campo Testaccio en transports publics. J’ai joué à Testaccio, avec les joueurs giallorossi quand c’était le mister Burgess. Puis mon ami Silvio Piola (meilleur buteur de l’histoire de la Serie A, devant Francesco Totti), m’amena à la Lazio pour un test. Tout c’était bien passé, mais je n’ai pas continué simplement car je ne n’étais attiré que par les couleurs de la Roma ». Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur, il ouvrira dans l’entre-deux-guerres une usine de mécanique et d’armements. Viola intègre alors le cadre des dirigeants de l’AS Roma au début des années 70, alors que le président de l’époque était Gaetano Anzalone. Après 8 années de présidence, où il a mené une politique contestée par ses propres dirigeants et le public, il cède alors sa place à Dino Viola, qui doit reprendre le club en grande difficulté le 16 mai 1979. Sa première décision fut de placé le suédois Nils Liedholm comme entraîneur (qui le fût déjà entre 1973 et 1977), qui restera à ce poste durant 5 ans. Bonne pioche, puisque l’entraîneur suédois remportera un scudetto (1982/1983) et trois coupe d’Italie. Ce dernier se fera notamment remarquer pour faire jouer sa défense en zone, chose très rare en Italie à l’époque.

Côté joueurs, le président Viola construira une équipe de grands joueurs, avec Tancredi, Nela, Vierchowod, Ancelotti, Falcao, Conti, Pruzzo ou encore Di Bartolomei. Sur l’ensemble de sa présidence, l’AS Roma remporte 5 coupes d’Italie (pour un total de 9 dans toute l’histoire du club) et 1 scudetto (pour un total de 3 dans toute l’histoire du club). On retiendra aussi forcément cette finale de Coupe des Champions, perdu le 30 mai 1984 face à Liverpool, au tirs au but (au Stadio Olimpico). Evénement traumatisant pour tout tifoso romanista de l’époque. En élément noir, on retiendra la condamnation par le jury de l’UEFA (pour 4 ans) de corruption de l’arbitre belge lors de la 1/2 finale de cette même compétition, face à Dundee. Son propre fils, Riccardo, le chargea grandement à ce sujet il y a quelques années. Il terminera par être sénateur italien entre 1983 et 1987, profitant de sa popularité. Petite anecdote, quelques semaines avant son décès (le 19 janvier 1991), le président Viola rencontre Francesco Totti (alors âgé de 14 ans, en décembre 1990) et lui dit : « Tout le monde me dit que tu es bon, continues ainsi ». Un discours prémonitoire, avant de disparaître suite à une grave maladie et une vie bien rempli. Quelques mois après son décès, dont sa femme Flora (décédée le 10 novembre 2009) prendra la relève pour finir la saison, l’équipe romanista mené par le mister Carlos Bianchi remporte la Coupe d’Italie, comme un symbole pour remercier tout le travail et l’amour de Dino Viola. La place trustant devant le centre sportif de Trigoria lui fût d’ailleurs dédiée, en portant son nom.