Vaincre sans Gênes

Ce mercredi à 20h45, l’AS Roma (6e) se déplacera sur la pelouse du Genoa (12e) pour le compte de la 9e journée de Serie A. Forts de leur victoire le week end dernier contre Palerme, les hommes de Luis Enrique aimeraient pouvoir confirmer qu’ils sont capables de trouver une certaine continuité dans les résultats mais pour cela ils devront déjouer le piège gênoan sur une pelouse qui ne leur a pas réussi ces trois dernières saisons.


L’adversaire du jour

Comme à chaque fois depuis sa remontée en Serie A en 2007, le Genoa CFC a terminé le championnat dans le Top 10 de la Serie A. Pourtant étrangement, on a surtout constaté un goût d’inachevé pour cette équipe dont le recrutement à l’été 2010 annonçait le club rossoblù comme un candidat sérieux à la Champions : Boateng, Veloso, Toni, Rafinha, Ranocchia ou encore Kaladze excusez du peu ! Pourtant jamais le Genoa n’a été en mesure de se battre pour une place européenne si bien qu’en fin de saison, la seule satisfaction des tifosi a sans doute été…la relégation du rival de Gênes, la Sampdoria en Serie B.

Exit donc Davide Ballardini pour faire place à l’expérimenté Alberto Malesani qui découvre là son 10e club italien en tant qu’entraineur. Cette saison, le club aux 9 Scudetti (le dernier en…1924) a joué plus sobre au niveau du recrutement, il faut dire que la saison passée a calmé les esprits les plus ardents du côté du stadio Luigi Ferraris qui a du faire à de nombreux départs parmi les plus importants : Ranocchia (dès janvier dernier), Boateng, Rafinha, Criscito, Paloschi, Konko, Kharja, Forestieri, Papastathopoulos, Acquafresca…la liste semble infinie. Les recrues elles sont moins importantes mais à regarder les noms, on peut estimer que le recrutement a été faite de manière intelligente : Sebastien Frey arrive de la Fiorentina, Cesare Bovo formé à la Roma arrive de Palerme en prêt, l’ex-toulousain Constant signe après une belle saison au Chievo et l’attaque se voit renforcer par des joueurs de Ligue 1/2 : Birsa (Auxerre) et Ribas (Dijon) sans oublier Caracciolo venu mettre comme à son habitude chaque saison quelques buts précieux.

Le début de saison du Genoa a été plutôt moyen à l’image de leur 12e place après 7 matchs. L’équipe semble être capable du meilleur comme s’imposer à la Lazio (2-1) et accrocher la Juventus chez elle (2-2) comme ce fut le cas le week dernier mais aussi du pire en perdant contre le Chievo (2-1), contre Parme (3-1) ou en étant capable de se défaire de Lecce à domicile (0-0). Il semblerait donc que les hommes de Malesani soient plus inspirés contre les grosses cylindrées, encore faudrait elle qu’elle réussisse à de débarasser de cette Palacio-dépendance, le rendement de l’attaquant argentin semblant être le baromètre des rossoblù.


Du côté de Trigoria

Dimanche dernier, la Roma a quelque peu effacé la douleur du derby perdu en s’imposant par le plus petit des scores contre Palerme sur un somptueux but de Lamela. Un score étriqué qui montre bien les difficultés de la Roma à dominer et controler le match, sécouée par une équipe sicilienne jouant sans complexe que seul un grand Stekelenburg a pu empêcher de marquer. Mais à l’heure du bilan comptable on retiendra les 3 points glanés qui replace la Roma dans le haut du classement (6e). Seulement les giallorossi n’arrivent pas à enchainer une série de résultats pour construire une certaine continuité et s’installer durablement vers le haut du tableau. Après la déception laziale et la joie sicilienne, que doit on attendre du déplacement en Ligurie ? Dans un championnat aussi homogène que cette année, une succession de bons résultats risque souvent d’être l’apanage des costauds, ceux qu’on risque de retrouver à la lutte en mai prochain.

Luis Enrique a livré sa liste de 19 joueurs pour la rencontre. Aux forfaits programmés de Totti, Rosi ou Lobont s’ajoutent ceux récents de Pjanic et Kjaer blessés. On peut donc s’attendre à quelques changements mercredi soir. Si Stekelenburg est incontournable dans les buts, Juan va sans doute céder sa place à Heinze dans l’axe au côté de Burdisso, Cassetti et Angel conservant leurs postes latéraux. Au milieu, autour de De Rossi, on pressent Pizarro et Gago pour l’accompaner même si Perrotta voire Greco pourraient postuler à une place. En attaque, Bojan remplacerait Borriello tandis que Lamela et Osvaldo seront de nouveau titulaires.

 

Par le passé

  • 2010/2011 : Genoa 4-3 Roma (Mexès, Burdisso, Totti)
  • 2009/2010 : Genoa 3-2 Roma (Taddei, Totti)
  • 2008/2009 : Genoa 3-1 Roma (De Rossi)
  • 2007/2008 : Genoa 0-1 Roma (Panucci)

Depuis sa remontée dans l’élite en 2007, le Genoa a bien négocié la réception de la Roma avec 3 victoires en 4 oppositions avec notamment le match d’anthologie de la saison passée où la Roma menait 3-0 jusqu’à la 68e avant de se faire remonter et coiffer par les locaux. Un scénario improbable et douloureux pour les coeurs giallorossi.


Le duel

Rodrigo PALACIO/ Erik LAMELA : Le match des techniciens argentins. Le premier attaque sa 3e saison sous le maillot du Genoa en provenance de Boca Juniors. Son sejour là bas aurait pu d’ailleurs s’achever cet été puisque la Roma et surtout l’Inter étaient sur les rangs de celui qui avait inscrit 9 buts l’an passé en Serie A. Finalement il prolongea son contrat jusqu’en 2014 avec les rossoblù qui doivent se féliciter d’avoir résister à la tentation de le vendre puisque l’argentin (29 ans) en est déjà à 5 buts en 7 matchs de championnat. Il retrouvera en face son jeune compatriote (19 ans) qui a effectué ses débuts officiels sous le maillot romain le week end dernier face à Palerme. Des débuts réussis puisque le meneur des U20 argentins à la dernière Coupe du monde de la catégorie a inscrit un mangifique but enroulé du gauche qui a permis aux giallorossi d’empocher les 3 points. On attend déjà la suite.


Les équipes probables

Genoa (4-3-1-2) : Frey – Mesto, Dainelli, Moretti, Antonelli – Rossi, Seymur, Veloso – Merkel – Palacio, Caracciolo.

Roma (4-3-3) : Stekelenburg – Cassetti, Burdisso, Heinze, Angel – De Rossi, Perrotta, Gago – Lamela, Osvaldo, Bojan.

L’arbitre

Le match sera dirigé par Andrea GERVASONI (36 ans), arbitre en Serie A depuis 2006. Il a arbitré 5 fois la Roma en championnat dans sa carrière pour un bilan de 4 victoires giallorossi et 1 match nul face à Livourne (3-3) en mars 2010. A noter qu’en 11 matchs, le Genoa n’a jamais perdu avec Gervasoni également (6 victoires et 5 nuls). Une indication du résultat de mercredi soir ?