Une finale, avant le sprint de fin de saison

Suite à son succès à l’arrachée face au Torino, avec un doublé de Totti, l’AS Roma retrouve à nouveau le Stadio Olimpico, pour un vrai match au sommet face au Napoli. L’objectif est double : assurer la 3ème place, et continuer de rêver à la seconde place détenue par les napolitains.

.

La conférence de presse de Spalletti.

« Si j’avais donné plus de temps de jeu à Dzeko… »

« J’ai parlé avec le docteur pour Rudiger, il a eu une douleur musculaire. Si tout va bien il pourrait s’entraîner avec le groupe. Vainqueur va bien, hier il avait mal à la cuisse à la fin de l’entraînement après un coup mais il a voulu rester. Tout le monde est à disposition mais il reste l’entraînement d’aujourd’hui. Le Napoli utilise toujours le même 11, force ou point faible ? Difficile à dire, ils ont aussi des joueurs hors du 11. D’après moi il faut laisser parler l’évidence : s’ils ont fait ce championnat, ces stats et ce jeu c’est que Sarri a raison. Ils sont l’équipe à porter en exemple du football joué, avec des stats, de l’engagement et de la continuité. Ils ont été les plus forts après la Juventus et il est juste qu’ils soient deuxième.Demain on joue contre une équipe qui vient pour gagner, si ça influe sur la formation ? La formation je l’ai changée parfois, mais non, on mettra une équipe qui nous donne le plus de garantie. Ils sont forts, ils jouent pour gagner mais ils sont équilibrés dans toutes les phases de jeu. Ils reviennent bien derrière sur la phase défensive mais ils laissent 3 joueurs derrière ta ligne. Il faudra être bons, mais aussi compact et constant comme eux, c’est leur force. Si demain est l’avant-dernier match de Totti à l’Olimpico ? You have to do this question to Pallotta, you speak english better than me. J’en ai trop parlé, je ne veux pas en reparler, je l’ai trop fait. Je ne veux pas être impoli mais c’est le match qui nous intéresse. On est tous en discussion pour l’objectif qu’on a et qu’on veut atteindre. On continue tout droit sur ce chemin. En tant qu’entraîneur, si je me sens de donner mon avis sur Totti d’un point de vu technique ? Je suis contraint à subir une rivalité qui n’existe pas pour avoir mis en pratique les principes qu’obligent mon rôle car je suis fait ainsi. C’est un discours à affronter en fin de championnat. Moi je suis content si Totti fait ce qu’il aime faire, je serai à son côté dans sa recherche du rôle qu’il doit avoir l’an prochain. Ca me paraît monotone de dire toujours la même chose, la question regarde le président et Totti, moi je dépends du résultat. On a la possibilité de faire un résultat dans ces derniers matchs et on doit avoir la bonne attention que requiert l’objectif. Où serait la Roma si elle avait eu Higuain ? Je dois encore utiliser mes principes : je parle de mes joueurs, qui m’ont donné une possibilité énorme d’atteindre l’objectif et que personne aurait cru en janvier. Ce qui est de jouer Roma – Napoli en tant que match décisif pour la qualification en C1, qui est fondamentale pour la società et les tifosi. Je dois donner du mérite à cette équipe d’y avoir cru tout de suite, leur bravoure n’a pas été assez soulignée. Quand je suis arrivé personne n’aurait cru qu’on allait jouer ce match à arme égale, l’objectif reste difficile même en gagnant demain, mais les joueurs ont eu des résultats extraordinaires et pas soulignés. Ils ont démarré fort, ils sont tout de suite mis à disposition. Si j’avais pas cru ça possible, je ne serais pas revenu à Rome, si j’avais pas cru que c’était une équipe forte. Ils me l’ont montré, et dans cette analyse il y a aussi Dzeko, qui est un grand joueur et qui est da Roma. Je ne l’ai peut-être pas soutenu assez mais un champion comme lui n’en a pas besoin. A l’entraînement il a fait son devoir, peut-être qu’en le faisant plus jouer il aurait eu des stats différentes. Higuain a été extraordinaire mais je suis content de l’apport de Dzeko pour jouer ce match et cet objectif.

« J’ai apprécié le message de Totti sur son site, un message de Capitaine »

Après le dernier match, j’ai admis que l’équipe manquait de caractère. Si le caractère ça serait pas aussi un joueur qui empêche Manolas de tirer un coup franc… Comme on résout ça ? Manolas sait tirer les coup francs, mais certains les tirent mieux. Le caractère dépend de la formation. Si on avait eu De Rossi ou Strootman, on aurait eu plus de personnalité. Je n’ai pas la réponse, j’ai préféré la qualité. Sur l’auto-estime et dans la tête ils devaient retrouver leur qualité technique, je voyais la solution pour l’équipe. J’ai pris ce chemin en donnant des indications et en forçant des qualités, puis on a vu que quand il faut aller outre une fourberie, un épisode, la bravoure d’une situation, on remporte pas grand chose. Le résultat est toujours dépendant de la qualité de l’équipe ou d’un joueur, c’est pourquoi je continue dans cette voie jusqu’à la fin. Mais mon équipe a du caractère, même si l’autre qualité est plus visible et peut nous aider. L’équipe est moins brillante qu’il y a un mois ? On a moins bien joué qu’avant, où on avait des résultats. Cependant ça dépend des actions, on a fait quelque chose de moins au niveau de l’équipe. Mais dans la course non, on a la possibilité de suivre avec des satellites la vitesse des joueurs. Et on peut voir que l’équipe a toujours le même rendement, sur le plan du physique. On a parfois fait de moins bonnes courses, et vous l’avez noté. La Roma n’a pas pris de but seulement 6 fois. Si c’est un problème individuel ? Ca dépend du choix qui est fait, on a des arrières offensifs qui attaquent et rendent l’équipe offensive. Ca peut dépendre de ça, puis je n’ai jamais utilisé de milieux purement défensif mais des milieux qui suivent l’action. Ca ressemble aux choix de l’équipe. Mais on peut mieux faire. Si j’ai un enthousiasme différent de Totti, au point de le mettre demain titulaire ? J’ai beaucoup apprécié son message, un message de vrai capitaine et c’est important. Hier il s’est entraîné seul car, comme dans d’autres situations, je peux avoir un contact direct avec des joueurs pour des histoires familiales. Il avait cet événement, je lui ai dit ok et il est venu s’entraîné avant, comme c’est déjà arrivé avec un autre joueur. Il a tout fait avec disponibilité et c’est important. C’est une ressource, on veut qu’il le soit. Pour le 11 de demain, je le dirai demain car c’est un match trop important. Je parle de rivalité, c’est un mot fort, comme si tous n’étaient pas de mon côté… Si ça me pose un problème ?  Avec les stats de Totti c’est juste, on doit rentre le mérite aux stats qui accompagnent ce champion. Parfois je donne l’impression d’être rigide, brusque, mais je le fais selon les principes de mon rôle de coach. Qui y met des sentiments peut perdre de vu la gestion d’une équipe. Moi j’ai besoin de tout le monde, de les avoir tous dans un seul groupe, pareil pour Francesco. Les deux derniers matchs il nous a beaucoup aidé avec sa qualité. Mais je dois faire grandir des automatismes chez les autres, les faire se sentir important pour le resultat. On parle beaucoup de Ranieri : Leicester est une équipe, sinon ils n’auraient pas eu ces résultats. La Juventus gagne car c’est une équipe forte. Moi j’essaie de regarder les meilleurs et de faire en sorte que l’équipe se sente forte. Je n’ai pas de rivalité, je ne suis pas là pour ça mais pour des résultats. Si vous (en parlant à la journaliste ndlr) m’apportait un résultat je vous mets dans le groupe. J’en parle à Sabatini et Baldissoni ».

.

.

Du côté de Trigoria

Le bilan de la saison en cours se montre plutôt bon, avec 19 victoires, 11 nuls et 4 défaites (pour 73 buts marqués et 38 encaissés). A domicile, le bilan se montre plus que convaincant avec 12 victoires, 5 nuls (Sassuolo, Milan AC, Hellas Verona, Inter, Bologne) et 1 défaite (Atalanta). Toutes compétitions confondues, ce bilan est de 13 victoires, 8 nuls et 2 défaites (contre le Real Madrid en Champions League). Si la Louve restait sur une série, à la maison, d’une seule victoire (Genoa, dernier match de 2015) en 4 matchs (à la fin de l’ère Garcia), la série en cours est de 6 victoires (pour 21 buts marqués et 6 encaissés) et 2 nuls. Mieux encore, sur les 13 derniers matchs, le bilan est de 10 succès et 3 nul, pour 36 buts marqués et 14 encaissés. La victoire, à l’arrachée avec le doublé de Totti, a permis d’oublier les deux nuls face à Bologne (1-1) et l’Atalanta (3-3).

Pour cette 35ème journée de Serie A, le mister toscan peut compter sur un groupe au grand complet. Spalletti peut compter sur Rudiger, incertain jusqu’à encore hier. Le français composera la défense, avec Florenzi, Manolas, Rudiger et Digne. Seul doute au milieu, savoir qui accompagnera Nainggolan et Pjanic, avec un possible ballottage Keita/De Rossi. Enfin devant, place au trident « léger » avec Salah-El Shaarawy-Perotti.

Les convoqués de Luciano Spalletti face au Napoli

.

L’adversaire du jour

Le Napoli réalise, comme les dernière saisons, un bel exercice jusqu’ici avec une 2ème place au classement et 73 points. Leur bilan global est de 22 victoires, 7 nuls et 5 défaites (pour 72 buts marqués et 29 encaissés). Le bilan est cependant plus mitigé à l’extérieur avec 8 victoires, 4 nuls et 5 défaites (29 buts marqués et 18 encaissés). La série en cours est également un peu négative, puisque sur les 4 dernières matchs on retrouve 2 victoires et 2 défaites. Leurs derniers matchs à l’extérieur sont loin d’être rassurant, avec 2 défaites de suite (Inter 2-0 et Udinese 3-1), avec une série en cours de 1 victoire (Palerme 0-1), 1 nul (Fiorentina 1-1) et 4 défaites. Actuellement, 5 points séparent les deux adversaires d’un jour. En cas de succès, la Louve reviendrait donc à 2 petits points, et devrait espérer au moins un match nul durant les trois dernières journées (et tout gagne de son côté). 

Lors du dernier mercato estival, l’effectif un peu évolué l’été dernier. Côté arrivée, on citera Reina (Bayern), Hysaj, Valdifiori (Empoli), Gabriel (Milan), El Kaddouri (Torino), Chiriches (Tottenham) et Allan (Udinese). Côté départ, on signalera Andvelar (Cagliari), Acquah (Sampdoria), Obi (Inter), Zappacosta, Baselli (Atalanta), Belotti (Palermo) ou encore Prcic (Rennes). Côté départ, on signalera Andujar (Estudiantes), Britos (Watdord), Inler (Leicester), Mesto (fin de contrat), Michu (Swansea), Gargano (Monterrey), Zapata (Udinese) ou encore Vargas (Hoffenheim). En janvier, sont arrivés Grassi (Atalanta) et Regini (Empoli), pendant que Henrique (Fluminense), Zuniga (Bologne), De Guzman (Carpi) sont partis.

Pour ce lundi, le mister Sarri compte comme Spalletti un groupe au grand complet. Peu adepte du turnover, ça sera de nouveau une équipe-type standard, avec notamment Callejon et Insigne pour épaule Higuain (de retour après 3 matchs de suspensions). Au milieu, on retrouve Jorginho plus bas, avec Allan et Hamsik pour l’accompagner.

Les équipes probables de l’AS Roma et du Napoli

.

Les dernières confrontations

2014/2015 : AS Roma 1-0 Napoli (Pjanic)
2013/2014 : AS Roma 2-1 Napoli (Pjanic x2)
2012/2013 : AS Roma 2-1 Napoli (Marquinho, Destro)
2011/2012 : AS Roma 2-2 Napoli (Marquinho, Simplicio)
2010/2011 : AS Roma 0-2 Napoli
2009/2010 : AS Roma 2-1 Napoli (Totti x2)
2008/2009 : AS Roma 1-1 Napoli (Aquilani)
2007/2008 : AS Roma 4-4 Napoli (Totti, Perrotta, De Rossi, Pizarro)
2000/2001 : AS Roma 3-0 Napoli (Delvecchio, Totti, Batistuta)
1997/1998 : AS Roma 6-2 Napoli
1996/1997 : AS Roma 1-0 Napoli
1995/1996 : AS Roma 4-1 Napoli

Le Napoli n’est venu gagner qu’à une seule reprise lors de ses 12 derniers déplacements dans la capitale face aux giallorossi. On trouve un bilan de 8 victoires, 3 nuls et 1 défaite pour l’AS Roma. Depuis sa remontée parmi l’élite en 2007, la Louve possède un bilan de 4 victoire, 1 nul et 1 défaite. Des matchs assez serrés, puisqu’on trouve rarement plus d’un but d’écart dernièrement.

.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Monsieur Orsato. Cet arbitre a un bilan positif avec les giallorossi, puisqu’on retrouve 8 victoires, 9 nuls et 3 défaites. Ces trois défaites furent obtenu à l’extérieur : D’abord lors de la défaite 4-3 face au Genoa (après avoir mené 3-0, match qui a coûté la place à Ranieri), la défaite à Lecce (4-2) avec Luis Enrique, et celle sur la pelouse de l’Inter (2-1) en fin de saison dernière. La saison passée, il a également dirigé le 1-1 face à la Juventus et le 2-2 du derby (doublé de Francesco Totti), tous deux à l’Olimpico. Cette saison, il était du succès 2-1 sur la pelouse de la Fiorentina, où il a expulsé en fin de match Mohamed Salah de façon contestable, et du dernier match de Luis Garcia avec le nul face au Milan (1-1). Enfin, il a dirigé récemment le 1-1 face à l’Inter, à domicile. Orsato a dirigé 4 fois un match entre ses deux équipes (un à l’Olimpico et trois à San Siro) pour deux nuls et deux défaites envers les romanisti.

Côté Napoli, le bilan est de 9 victoires, 7 nuls et 7 défaites (dont le succès de la Louve lors de la saison 2013/2014, avec le doublé de Pjanic).

Romanista35 / Cyril