Une bonne première mi-temps, puis la fatigue…

L’élève Rudi Garcia n’a pas su vaincre face au maître Mourinho. Cependant les hommes du mister français ont rendu une copie intéressante. Une première période de très bonne facture, surtout suite au but (chanceux), et une seconde mi-temps un peu plus compliqué, où il a fallu piocher dans les réserves à cause de la fatigue. Une défaite 2-1, qui amène cependant des motifs d’espoirs pour la reprise.

L’équipe de Rudi Garcia évolue en 4-3-3, face au classique 4-2-3-1 de Mourinho. Chelsea démarre très fort la rencontre, en mettant un impact physique important dans les duels. L’AS Roma est asphyxié et ne peut que reculer sous la pression. La première occasion arrive même dès la 2ème minute, lorsqu’Essien trouve Torres à l’entrée de la surface. L’attaquant espagnol déclenche la frappe, mais De Sanctis se détend bien et la détourne en corner. La Louve sort pour la première fois de sa partie de terrain à la 4ème minute, avec Maicon qui percute, et trouve Florenzi, dont ce dernier voit sa frappe dévié en corner. Petit à petit, les giallorossi sortent un peu plus, avec un bloc équipe soudé et compact. Osvaldo est même proche d’ouvrir le score, mais il est déclaré hors-jeu. Dans la minute qui suit, Lamela suit son pressing sur le gardien adversaire, qui manque son contrôle et voit le ballon rebondir sur son poteau. Le jeune argentin ne se fait pas prier pour la pousser au fond. Un but mérité pour le n°8 qui réalise une première mi-temps intéressante sur le plan physique, montant qu’il est déjà prêt. Chelsea va alors baisser le pied, et laisser le ballon à son adversaire italien. Osvaldo est de nouveau près à scorer, mais sa frappe est capter par Schwarzer. Strootman réalise une grosse prestation dans l’entre-jeu, récupérant bon nombre de ballon et étant la véritable plaque-tournante du jeu. On constate également que Totti décroche beaucoup dans l’axe, pour évoluer dans une position de meneur de jeu. Peu avant la demi-heure de jeu, Benatia sort du terrain pour un problème au genou, mais plus de peur que de mal, il ne s’agit que d’un coup. Malgré une domination téritoriale et au niveau de la possession en faveur des romanisti, le score en restera là. Une première période montrant les acquis physique et tactique du bloc équipe de Rudi Garcia.

Alors que Mourinho réalise 6 changements après la pause, le mister française redémarre avec le même 11 de départ. Et cela va se faire ressentir. En effet les giallorossi piochent dans leurs réserves physique, tandis que les Blues apportent logiquement du sang frais dans leur jeu. Et cela permettra à De Sanctis de briller : d’abord sur une frappe lointaine et puissante de Lampard, puis sur une tête à bout portant de Terry. Le gardien de 36 ans montre à la fois ses qualités techniques, mais aussi son côté leader et son charisme. Chelsea réinjecte du sang neuf peu avant l’heure de jeu, et cela va finir par payer. Hazard s’échappe sur le côté gauche, et trouve Lampard dans l’axe, avec un petit pont sur Castan. La légende anglaise temporise et fixe Benatia. Sa lourde frappe trouve le petit filet du gardien giallorosso, qui ne peut rien faire. Mais la Roma va trouver des ressources pour sortir son orgueil et repartir. En effet les romanisti reprennent le contrôle du ballon, et son proche de reprendre l’avantage par Osvaldo, dont la tête oblige le géant gardien adverse à se détendre. Dans le dernier quart d’heure, Garcia sortira Maicon (bien physiquement), Florenzi et Totti (déjà au top) en faisant rentrer le jeune Jedvaj, Marquinho et Borriello). Le score ne bougera plus, jusqu’à cette dernière minute. Strootman perd un ballon à l’entrée de la surface, dont Hazard ne se fait pas prier pour l’exploiter et slalomer dans la défense adverse. Ba trouve Lukaku qui conclut dans le but vide. Certains joueurs auront vu leur niveau physique diminuer durant cette seconde période, comme notamment Strootman et Lamela.

L’AS Roma l’avion environ 3h plus tard, direction l’Europe, avec certaines certitudes trouvées lors de cette tournée américaine. Il reste encore beaucoup de travail durant ces 15 jours, notamment défensivement, mais le chemin entrepris semble être le bon. Le prochain défi sera donc cette première journée face à Livourne, où la victoire sera obligatoire.