Une année à Olimpico, vu par le site CSR

C’est une nouvelle rubrique que le site CSR vous propose depuis ce début de saison, après le succès de « l’article-story » du derby face à la Lazio : Une description des rencontres se disputant au Stadio Olimpico, vu par l’oeil d’un membre du site (Edo). Revivez cette journée et ce match face à Catania comme si vous y étiez.

Lorsque le 8 décembre, à la sortie du match contre la Fiorentina, je vous ai donné rendez-vous pour la rencontre face à Catania, c’est que j’étais certain d’y assister.

Mais entre-temps, la ligue italienne est passée par là, le juge Tosel a décidé de revêtir une nouvelle fois son costume de justicier-showman.
Hop, sur la base de deux allégations totalement mensongères, il suspend 20 000 spectateurs, les plus fidèles qui plus est, pour 2 matchs.

Mais qu’est ce qu’on reproche à tous ces gens, au juste ?
Si on nous suspend dans un Etat de droit, c’est qu’il doit bien y avoir un motif valable.

Analysons-les ensemble :
1- Les supporters de la Roma présents à San Siro lundi dernier ont chanté « Rossoneri squadra di Neri » (Rouges et noirs équipe de noirs)
FAUX : Un mensonge si gros que l’un des trois inspecteurs fédéraux présents sur place pour détecter les chants discriminatoires a refusé de signer le document attestant qu’on avait entendu ce chant. Comme tout le monde, il a entendu « Rossoneri carabinieri » (Rouges et noirs gendarmes), en rapport aux couleurs des carabiniers italiens.

Mais allez, juste pour rigoler et continuer le délire, admettons tout de même qu’il y ait eu infraction, qui faudra-t-il sanctionner ? On en vient au second argument.
2- Les fauteurs de trouble présents à San Siro sont présents en Curva Sud lors des matchs à domicile de la Roma. Il faut donc sanctionner la Curva Sud et tout fermer.
Pardon ? Des 1500 romanisti présents à Milan, plus de 600 n’avaient pas d’abonnement dans ce secteur. Et de toute façon, comment savez-vous que les racistes que vous voulez condamner en font partie ? Vous avez les noms ? Si oui, pourquoi vous ne sanctionnez pas individuellement, cas par cas ?

Bref, tellement de non-sens juridique dans cette décision que le recours de la Roma ne pouvait qu’être pris en considération. Et, en attendant des enquêtes supplémentaires, la Curva Sud est réouverte.

Je m’excuse pour cette longue introduction, mais elle est directement liée au match que je vais désormais vous raconter.
Elle exprime le point de vue de toute la partie de la Curva Sud qui n’a rien fait de mal, qui ne s’est jamais comportée de façon à justifier de lui empêcher d’aller au stade. Cette Curva Sud innocente qui a encore une épée de Damoclès au dessus de sa tête, puisque la peine est pour le moment simplement congelée.
Cette Curva Sud qui en a marre de voir qu’à chaque fois que cet Etat (si tant est que l’Italie en soit réellement un) cherche de combattre pour une juste cause (en l’occurrence, la lutte contre le racisme), il tombe dans les pires clichés, les pires stéréotypes possibles et la forme la plus vulgaire d’hypocrisie.

Bref, Vendredi, vous imaginez bien notre joie lorsqu’on a appris que la Curva était ouverte face à Catania. On est rarement aussi content de devoir annuler les choses qui avaient été prévues à la place.
Oh, on ne peut pas laisser notre équipe, qui a réalisé un si beau début de saison, pour le dernier match de l’année. On ne peut pas laisser passer le retour du Capitano sur le terrain de l’Olimpico après 2 mois d’absence. Et on espère voir beaucoup de buts, c’est la lanterne rouge en face.

Le match est sur le point de débuter, le stade est plus rempli que selon mes prévisions. Alors que le coup de sifflet va être donné, toute la Curva Sud entonne « Rossoneri carabinieri ». On sait jamais, peut-être que les inspecteurs fédéraux ont débouché leurs oreilles… S’en suit un « Balotelli figlio di puttana ». Impossible de nous condamner pour ça, ou alors il fallait le faire aussi lorsqu’on le disait pour des joueurs comme Daniele Conti…

Durant l’échauffement, on s’était rendu compte que Totti, Destro, Gervinho et Ljajic s’entraînaient tous les quatres dans le groupe des titulaires.
Impression confirmée lorsque les équipes entrent sur le terrain.
On a passé le début de la journée dehors, on n’était pas au courant de ces changements, alors évidemment en bons petits amateurs de football italien, il faut trouver quel schéma tactique sera mis en place.
Au coup d’envoi, cela nous semble être nettement un 4-4-2 aux allures de 4-2-4. Un type devant nous affirme en fait que c’est un 4-2-3-1, avec le capitaine en fausse pointe.
En tout cas, ce schéma ne semble pas bien fonctionner durant les premières minutes. Catania ne se laisse pas faire, la Roma ne se procure pas de vraies occasions.

Tout ça jusqu’à un corner, où il est justement décidé de mettre la balle dans la boite. Destro (on le reconnaît au numéro) dévie de la tête, un autre joueur semble la toucher, les filets tremblent, la Nord se lève, c’est but !
1-0.
Encore une fois, compliqué de comprendre de l’autre côté du stade qui a marqué. Mais quand notre marocain préféré commence à mitrailler, c’est bon, on sait.
Benatia a marqué et se fait pardonner sa grosse inattention sur le but de Zapata lundi.

La Roma intensifie le jeu, dynamisée par ce but, et cherche le break.
Destro entre dans la surface et tire de peu à côté.
Gervinho aura une grosse occasion, mais la frappe trop molle sera captée par un très bel arrêt réflexe du gardien sicilien.

La mi-temps arrive, rien n’est fait, mais cette équipe de Catania semble tellement faible…
On est quand même tellement heureux de revoir Totti sur le terrain. ça nous manquait, les décalages lumineux, les transversales précises au centimètre près.
La défense est fidèle à elle-même, irréprochable. Dodô effectue un bon match, dans la continuité de ses dernières prestations. Balzaretti aura du souci à se faire quand il aura résolu son problème aux adducteurs…
Bradley tient bien le milieu de terrain, Pjanic également récupère beaucoup de ballons. Ljajic est en forme, Destro fait ce qu’il a à faire, c’est-à-dire se procurer des occasions. Seul Gervinho semble être un ton en dessous.

Petite frayeur en début de seconde période, lorsqu’un tir de l’adversaires est contré à trois mètres du but. Ce sera la seule véritable action du match pour cette équipe de Catania sans idées.
A la 55ème, Maicon déboule sur son côté. Il centre, mais le gardien récupère… Après, on ne comprend pas trop ce qu’il fait. Peut-être qu’il prend la balle pour une patate chaude, le fait est qu’il se fait un auto-lobe avec ses mains, et délivre une véritable passe décisive à notre renard des surfaces.
2-0. 3 buts en 3 matchs pour Mattia Destro. Où sont ceux qui le critiquaient à l’inter-saison ?

5 minutes plus tard, coup-franc excentré que Ljajic va mettre dans la boite. Le genre de ballons dont on comprend tout de suite qu’il va être dangereux. Benatia place une superbe tête, pour son premier doublé en Serie A.
3-0, Mehdi vient mitrailler la Curva, c’est beau. Ce match est gagné, on le sait maintenant. On espère juste que d’autres buts seront marqués, on espère notamment un but de Totti.
Hélas, cela n’arrivera pas. Le gardien adverse lui niera cette joie avant que Gervinho ne fracasse la balle sur le poteau d’une cage vide. Plus tôt, il dévisse trop son tir à la suite d’une superbe action collective.

Venons-en à Gervinho. Début de saison exceptionnel, confiance retrouvée, incendies dans les défenses adverses. Mais alors quand il s’agit de la mettre au fond, on dirait vraiment que l’Ivoirien joue un autre sport.
Rien qu’aujourd’hui, il rate plus de buts que Pippo Inzaghi en toute une carrière.
En première mi-temps, tir trop mou alors que le gardien était déjà à terre.
En seconde période, deux faces-à-faces où il se fait rejoindre trop facilement par Legrottaglie. Certes, il devait y avoir penalty dans chacun des cas, mais ce n’est pas une excuse.
Puis vient l’impossible, le tir sur le poteau dont je viens de parler à l’instant.
« Meno male che sta partita è già chiusa ! » (Heureusement que ce match est déjà gagné !)

Bon, la défense adverse fait tellement rire que le but arrive. Un but qu’il se construit presque tout seul, avec Ljajic qui lui remet pour le placer dans une position très bonne devant la cage. Si cela est possible, il semble au départ que l’action se terminera encore plus mal que les trois précédentes.
La balle est très mal tirée, elle rebondit environ 500 fois. Mais elle arrivera à la cage quand même…
4-0.
Gervais s’incline devant la Curva pour s’excuser des occasions manquées. Nun c’è problema Gervi…

Le match se termine tranquillement, une seule minute d’arrêt de jeu.
Grazie Roma !

On est content également pour les 4 buts pris par la Lazio, qui se retrouve désormais à 21 points. On l’est moins pour 4 autres buts marqués par une équipe qui est la seule à avoir fait mieux que nous en ce début de saison, une équipe que l’on va affronter dans son antre à la prochaine journée…

Alors, malgré le fait que la Curva Sud peut être encore suspendue pour 2 tours comme je vous disais, le prochain match à l’Olimpico est celui de Coupe face à la Sampdoria.
Pas de risques de suspension pour ce match donc, je vous souhaite donc de très bonnes fêtes de fin d’année, et on se retrouve le 9 janvier 18h pour le match face à la Samp !

Edo