Une année à Olimpico, vu par le site CSR

C’est une nouvelle rubrique que le site CSR vous propose depuis ce début de saison, après le succès de « l’article-story » du derby face à la Lazio : Une description des rencontres se disputant au Stadio Olimpico, vu par l’oeil d’un membre du site (Edo). Revivez ces rencontres face à Parma et l’Atalanta comme si vous y étiez.

Roma – Parma

En ce très beau début de soirée romain, la loi implacable du foot va s’appliquer également aux supporters.

Le 2 février, sous le déluge, à la suite d’inondations qui ont mis la moitié de la ville à genoux, l’arbitre ne mettait que 8 petites minutes à siffler la suspension du match.

2 mois sont passés exactement, et nous voici de retour. Les conditions sont idéales cette fois-ci, on peut espérer voir un grand match, un match qui va partir sur les chapeaux de roue qui sait. En effet, c’est exactement ce qui va se passer.

Et c’est là qu’on en vient à cette loi du foot. Le supporter ne doit jamais arriver en retard au match, ou bien il va le payer cher.
Mes deux potes, pour la première fois, vont arriver après le coup d’envoi, précisément 5 minutes après le début. C’était le début de match à ne pas manquer cette saison.

En ces 5 minutes, les hostilités sont ouvertes par les parmesans, avec une tête de Schelotto à bout portant qui ne termine pas au fond.
2 minutes ensuite, Gervinho remonte la balle pour Totti, passe aveugle lumineuse pour Destro qui tire sur le poteau. Gervinho n’a plus qu’à ajuster, 1-0.
Je me marre déjà en pensant à la gueule que doivent avoir mes amis aux abords du stade, en entendant le stade exulter.
Mais ce n’est pas tout. Tout de suite après, le même Gervinho reprend de volée et met son doublé. Toute la Curva exulte. Mais, je crois être le seul à voir le drapeau du juge de touche se lever.. but refusé.

Le premier des deux retardataires arrive au pas de course. A peine il s’assoit, Acquah égalise pour Parme. 1-1. Je le maudis pour avoir porter la poisse.
Lui regarde incrédule le tableau d’affichage. « Ma come nun stamo a 2 a 1 ?? Ho sentito du’ botti !! » (Comment ça, il y a pas 2-1 ? J’ai entendu deux célébrations).

Et bien non gros malin, Parma est revenu au score. Vraiment dommage, la Roma faisait un début de match d’anthologie… ah tiens, voilà l’autre qui arrive.
Malgré l’égalisation d’il y a 30 secondes, je le regarde en éclatant de rire et lui montrant le tableau d’affichage.
« Hai scelto il giorno giusto pe’ fà tardi » (Tu as choisi le bon jour pour arriver en retard)
« Vabbé dai, speriamo che ne segnino altri… » (Allez, espérons qu’ils en marquent d’autres)

A peine il dit ça, Pjanic déboule sur le côté droit de la surface adverse, il sert en retrait Totti… tir limpide dans la lucarne de Mirante. 2-1. Che cazzo de partita.

Après ce but, le match va enfin se calmer, et on arrivera tranquillement à la pause. Parma aura deux occasions par Amauri, mais c’est Destro qui est tout proche de marquer avec une tête sur la barre. Plus tôt, il avait loupé l’immanquable sur un autre centre, mais heureusement il était en position de hors jeu.

Au retour des vestiaires, le match repart fort. Gervinho sème la zizanie dans la défense adverse, mais n’est pas en bonne position de tirer. Il attend Pjanic qui arrive comme une locomotive et place un très beau tir dans le petit filet. 3-1. Le bosniaque vient fêter sous la Curva.

En vue du match de dimanche face à Cagliari, Destro et Totti sortent, remplacés par Florenzi et Bastos.

Le match ne semble plus avoir grand chose à donner, et le rythme baisse considérablement.
Mais nos joueurs vont nous offrir une autre belle émotion. Taddei, le sénateur, en grande forme sur ces derniers matchs malgré son âge avancé, marque de la tête sur corner, et vient lui aussi fêter sous la Curva.
Durant quelques minutes s’entendent alors les « Rodrigo Taddei eeeeheeeeeooooohooooo ».

La réduction du score par Biabiany en fin de match est anecdotique, même si le but est très beau.

Score final 4-2, pluie de buts à l’Olimpico donc pour un match qui n’a duré qu’un peu plus de 80 minutes. La Champion’s League se rapproche inexorablement, et on essaye tant bien que mal de poursuivre cette course utopiste au scudetto.

Roma – Atalanta

En souvenir du début de saison, je dois faire entrer en Curva Sud avec moi un ami non-abonné. Pour la première fois, les stewards vont me faire des histoires et je vais devoir attendre près d’une demi-heure pour avoir le dernier mot. C’est le temps qu’il m’a fallu pour trouver la personne qui nous permettait de faire entrer des gens en début d’année, personnage mythique du secteur qui se fait appeler « er questore » par ses subalternes.
Entre temps, je m’étais cassé les dents avec une authentique tête à claques, qui faisait rentrer certaines personnes mais pas d’autres, avec l’excuse la plus stupide du monde. « Lui è poliziotto, lo puo’ fà, te invece ? » (Lui il est flic, il peut le faire, et toi par contre ?)
Donc un policier a le droit d’enfreindre les règles plus qu’une personne lambda. Sympa.
Je ne pourrai pas m’empêcher d’avoir une petite remarque narquoise à son égard quand mon pote sera enfin rentré.

Bref, mon ami que je ramène ce soir, c’est un milanista qui souhaitait voir du beau foot cette saison. « Pour une fois ».

Bizarrement, je me fais pas trop de souci pour lui, et en effet il sera servi.

La Roma est en forme, Gervinho le premier. Il va avoir la première franche occasion de but, en faisant absolument tout ce qu’il veut dans la surface. Son tir sera repoussé par Consigli.

L’Atalanta du romanista Colantuono n’est vraiment pas en forme ce soir, à l’image d’un Bonaventura médiocre.

Gervinho retente le coup avec un tir bien placé aux abords de la surface. Consigli se montre vigilant.

Puis le but arrive enfin, à la suite d’une série de très longues passes. Taddei balance en cloche dans le dos de la défense pour Dodô, qui ne commet pas faute et réussit à garder la balle dans le terrain. C’est Totti qui est à la récupération, mais la balle est trop haute et il ne peut pas la reprendre de volée.
Pas grave, c’est l’homme du moment qui s’en charge. Demi-volée de Taddei, pour son second but consécutif sous la Curva Sud. 1-0.
« Rodrigo Taddei eeeeheeeeeooooohooooo »

La Roma continue de pousser, Ljajic se charge de tirer un coup franc mais ça passe au dessus. C’est le match le plus important de la saison pour le serbe, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a envie de bien faire.

Et ses efforts seront récompensés en fin de période.
Gervinho est sur le côté droit, il sert en retrait Totti, qui lobe la défense pour servir en profondeur De Rossi. Danielino a trois possibilités, le tir, la passe à Ljajic, la passe à Nainggolan. Il passera la balle au serbe, qui était le mieux placé pour la mettre au fond, mais aussi celui qui avait le plus besoin de marquer ce but. 2-0.

Au retour des vestiaires, German Denis va manquer plusieurs occasions de rouvrir le match, dont la plus importante restera celle où, après avoir effacé même De Sanctis, son tir sera repoussé par un très beau tacle de De Rossi.

La Roma va tuer le match. Passe en aile de pigeon de Totti pour Ljajic, qui sert Gervinho dans l’espace. L’ivoirien n’y pense pas à deux fois avant de tirer, et c’est le but du 3-0.

L’ambiance est belle en Curva Sud, aux « In Curva Sud noi saremo ad aspettar » s’ajoutent les chants anti-juventini « Il Lunedi che umiliazione » et « Pessotto buttati de sotto ».

On est tout proche d’un quatrième. La frappe de Ljajic vient mourir sur le poteau gauche bergamasque, alors que Gervinho, malgré son but, ne peut pas s’empêcher de manquer l’immanquable. Sur un centre tendu de Dodô, il ne trouve rien de mieux à faire que de mettre la cuisse, et cela ne fera pas but.

En fin de match, l’Atalanta réduit le score sur une belle tête, le coupable est Maicon qui n’essaye même pas de sauter pour aller au duel.

Le match se termine sur ce score. Rapide passage sous un arbre du Foro Italico où mon ami rossonero avait planqué son parfum après que les flics lui aient dit qu’il ne pouvait pas l’amener. Il aurait pu « s’en servir comme projectile ». Remarque à laquelle il avait très bien répondu, « comme si je n’ai que ça à faire. »

La 2ème place est presque définitivement assurée. Et il ne me reste plus que 2 matchs à l’Olimpico avant de conclure cette saison extraordinaire pour notre club. Et ce ne sera pas des petites rencontres. Milan et Juve, rien que ça.

Bonnes Pâques à tous, rendez-vous pour Roma-Milan dans deux semaines

Edo