Un triplé historique pour les Giovanissimi Nazionali

Italia Nike Cup, Tournoi « Memorial Gusella » et Championnat d’Italie. Le site Cesololaroma vous retrace la saison exceptionnelle et historique de cette génération 1999, qui n’a pas laissé une miette à ses concurrents; avec un bilan de 38 victoires, 7 nuls et 1 défaite (141 buts marqués et 11 encaissés).

Un « final-eight » parfaitement maitrisé

Après avoir échoué en finale (aux tirs au but) de cette même catégorie la saison précédente, les Giovanissimi Nazionali de l’AS Roma ont cette fois-ci ramené le Scudetto du côté de Trigoria. Une génération 1999 qui aura maitrisé d’un bout à l’autre sa saison, comme elle aurait parfaitement géré ce « final-eight ». S’il n’ont pas impressionné par leur potentiel offensif, les jeunes giallorossi ont surtout mis en avant une défense de fer et un gros collectif. En effet, durant ces 5 rencontres de phase finale, la Louve n’a encaissé qu’un petit but (dans un match face à la Juventus, où les hommes du mister Coppitelli étaient déjà assurés de rejoindre les 1/2 finales). Mieux encore, le gardien titulaire, Stefano Greco, n’a lui pas encaissé le moindre but, vu que c’est son remplaçant Simone Assi qui gardait la cage sur ce troisième match de poule. Offensivement, Riccardo Cappa aura brillé dans la phase de poule, avec 3 buts en autant de match, et aura pallié à merveille l’absence pour suspension de Gianluca Scamacca lors des deux premiers matchs. Ce dernier aura ensuite pris le relaie en 1/2 finale et en finale, en inscrivant à chaque fois l’unique but de la rencontre, d’abord contre le Milan AC, puis contre la Juventus. Une véritable revanche pour celui qui avait déjà offert, la saison passée, le but de la qualification en finale (alors surclassé avec la génération 1998 en compagnie d’Andrea Marcucci), mais qui avait également raté le dernier tir au but lors de cette finale perdue contre l’Internazionale. Outre cela, de nombreux joueurs ont brillé sur ce « final-eight », à commencer par l’arrière gauche Luca Pellegrini, les milieux de terrains Andrea Marcucci (capitaine et métronome du jeu) et Alessandro Petruccelli (devant la défense) ou encore l’ailier Mirko Antonucci.

Quel parcours pour en être arrivé là ?

La Roma a tout d’abord dominé la phase championnat en terminant avec le record de points, de buts marqués et de buts encaissés de toutes les équipes italiennes. Placé dans le Groupe F, les giallorossi ont terminé facilement leader avec 23 victoires et 3 matchs nuls; pour 104 buts marqués et seulement 7 encaissés, tout cela en 26 rencontres. A noter par exemple que Gianluca Scamacca a inscrit 29 buts en 24 matchs, que la Louve a terminé 8 points devant la Lazio (1-0 au match aller, 0-0 au match retour). Face à de nombreux adversaires assez moyens, la Louve a régulièrement réalisé des cartons, avec notamment un 21-0 face à l’Aquila lors du match aller.
Au terme de cela, il a fallut affronter Monza Brianza en 16ème de finale (qui avait terminé 4ème du Groupe B, derrière l’Atalanta, Milan AC et Internazionale). Cela s’est plutôt bien passé, avec d’abord une victoire à l’aller 3-1 (en déplacement), grâce à des buts d’Andrea Marcucci, Luca Pellegrini et Gianluca Scamacca. Le mister Coppitelli fera alors tourner au retour certains cadres, mais l’emportera tout de même sur le score de 2-0, avec des buts d’Emmanuele Spirito et de nouveau l’arrière gauche Luca Pellegrini. Le 8ème de finale a lui été beaucoup plus compliqué, face à Palermo (2ème du Groupe H, juste derrière le leader Napoli). Cela s’est notamment pas très bien passé lors du déplacement en Sicile, avec une défaite 2-1 (malgré le but de Gianluca Scamacca), mais le travail a été bien réalisé lors du match retour à Trigoria, avec un large succès sur le score de 4-0, avec notamment un doublé d’Andrea Marcucci et un but de Mirko Antonucci. L’expulsion de Gianluca Scamacca peu après l’ouverture du score entâchera cependant cette belle qualification.

L’Italia Nike Cup et le tournoi « Memorial Gusella »

Mais avant cela, les U15 de l’AS Roma avaient déjà remporté deux titres importants. Tout d’abord l’équivalent de la Coupe d’Italie de la catégorie (la Nike Cup), en réalisant un parcours assez similaire à ce final-eight. Placé dans la poule de la Juventus et Sassuolo, il a fallu une part de chance pour se qualifier sur le fil, avec d’abord un 0-0 face au bianconeri, puis une courte victoire 1-0 (but de Gianluca Scamacca) face au neroverde. En 1/2 finale, il a fallu passer l’obstacle Hellas Verona, avec de nouveau un but de l’avant-centre Scamacca. En finale, face à l’Internazionale, ce sont les deux ailiers qui feront le travail pour offrir ce premier trophée saisonnier, avec Riccardo Cappa et Mirko Antonucci.
Un peu plus tard dans la saison, les jeunes romanisti ont ensuite été remporté le tournoi international « Memorial Gusella ». Après être sorti premier (avec trois victoires) dans une poule composée de Callegno Paradisio (6-0), Valenza Calcio (7-0) et Sidney United (1-0). A noter que sur ce premier tour, l’ailier gauche Ricardo Cappa a inscrit un triplé et un quadruplé, et deux titularisations pour le jeune Ludovico D’Orazio (trequartista, classe 2000) qui débute dans cette catégorie. Le second tour était alors une poule composée de trois équipes, avec là encore deux victoires (mais beaucoup plus serrées) face au Lokomotiv Moscou (1-0, but de Scamacca) et contre Bromma Stockholm (2-1, buts de Marcucci et Petruccelli). En 1/2 finale, c’est aux tirs au but qu’il a fallu venir à bout de l’Espanyol Barcelone, sur un score de 2-1 avec deux tirs au but arrêtés par le gardien Greco, et Scamacca-Cappa qui manquent le leur. Même scenario en finale face au Torino, mais cette fois sur un score de 10-9, avec notamment les gardiens qui ont du aller tirer leur penalty.

Place à la Manchester United Nike Cup, puis le passage en Allievi

Dans environ un mois, cette génération 1999 (avec probablement quelques éléments classe 2000) rejoindront l’Angleterre et Manchester pour le tournoi Manchester United Nike Cup. Une compétition qui sera composée de 20 équipes, chacune représentant son pays. La Roma, qui aura le blason du scudetto sur son maillot, est le représentant italien grâce à sa victoire dans l’Italia Nike Cup. Une compétition qui permettra à cette talentueuse génération d’emmagasiner encore plus d’expérience en vue de leur avenir proche, et notamment la saison prochaine où ils évolueront en Allievi.
En effet, les meilleurs de cette classe 99 iront à la fin de l’été rejoindre la génération 1998 pour évoluer en Allievi Nazionali. S’il n’y a pas de doute sur la présence de Marcucci et Scamacca, il faudra batailler pour les autres. Greco aura probablement une belle carte à jouer, d’abord comme doublure de Lorenzo Crisanto. En défense, Luca Pellegrini (arrière gauche) et Lirim Kastrati (défenseur central) semblent les mieux armer pour y postuler. La concurrence sera cependant rude, avec Riccardo Marchizza, Stefano Ciavattini et Alessandro Vogliacco. Au milieu Marcucci postulera à un poste de titulaire, aux côtés des Lorenzo Grossi, Emmanuele Spinozzi et Antonio D’Alena. Enfin devant, le trio classe 98 titulaire devrait être composé des ailiers Alessandro Bordin et Francesco Di Nolfo, ainsi que la pointe Marco Tumminello. Mais derrière Scamacca, Cappa et Antonucci auront une très belle carte à jouer, surtout si le mister Roberto Muzzi décide de conserver son 4-4-2. Les autres éléments de cette génération 1998 évolueront eux soit en Allievi Lega Pro ou bien en Allievi Regionali.
Et c’est donc la génération 2000 qui aura comme objectif de défendre ce scudetto en Giovanissimi Nazionali, avec de nombreux talents. A commencer par les trequartisti Ludovico D’Orazio et Nicolo De Angelis qui ont déjà fait le grand saut dans la catégorie supérieur cette saison. Mais encore Alessio Pagliarini (gardien), Salvatore Pezzella (défenseur), Luca Del Signore (attaquant) ou encore le neveu d’Alessandro Nesta, prénommé Gianmarco (attaquant).