Un seul objectif : 1/4 de finale

270 kilomètres. C’est la distance qui sépare Roma de Firenze. Si la période actuelle de l’AS Roma est très compliquée, notamment suite à cette défaite contre la Samp, malgré un très bon fond de jeu durant une heure, les hommes de Rudi Garcia n’ont pas la droit à l’erreur dans cette Europa League, où ils peuvent s’appuyer sur le fait qu’ils sont invaincus sur la scène européenne depuis 4 matchs. Outre le score, seul la qualification comptera.

.

La conférence de presse de Garcia et Keita.

Garcia: « je suis venu ici pour gagner des titres »

« Quelque chose à changé avec la « piazza » (l’environnement, ndlr) ? Je veux rassurer la piazza, je ne serai jamais un poids pour la Roma, j’ai appris à aimer cette équipe, quand je sentirai que je ne suis plus utile ou une plus-value au club pour obtenir des victoires ou trophées, je m’en irai, tant que les joueurs me suivent et m’écoutent, moi je dois réaliser mon rêve de gagner ici, car je suis venu pour ça, je veux gagner ici après avoir rêvé de le faire, avec cette équipe, dans cette environnement qui est le plus difficile du monde. Moi je suis inflexible, surtout sur moi-même, c’est important. Chaque année on fait les comptes, on les fera en fin de saison. Si un siège a vraiment volé durant le discours ? Dans le vestiaire il n’y a pas de siège, que des bancs. Pourquoi il est dure de mettre Gervinho sur le banc ? L’utilisation d’Iturbe ? Si on parle du championnat, ils doivent plus marquer. En Europe Gervinho a beaucoup marqué. Iturbe a été blessé longtemps, puis on a eu d’autres défauts devant, Gervinho est le même joueur qui passait l’adversaire l’an dernier, il doit retrouver en championnat son niveau européen, à Rotterdam il nous a un peu aidé pour les 8ème. Iturbe c’est un cas différent, il a toujours dû lutter pour revenir de blessure, s’il n’est pas à 100% il n’arrive pas à exprimer ses qualités, j’ai confiance en ces deux joueurs, comme dans les autres. Les erreurs de cette période ? Moi je ne tombe jamais dans l’euphorie ou le pessimisme, je suis toujours mesuré, tranquille et serein. Comme a dit Keita, après la pluie le soleil, on doit faire remonter l’équipe, on doit laisser les joueurs tranquilles, je me prends toutes les responsabilités, mais ils doivent jouer avec l’aide, on fera les comptes à la fin de la saison, on dirait qu’on lutte pour le maintien, mais on a l’envie de passer le tour et d’avancer, c’est l’unique motivation pour demain. Si on a un peu de succès le match se passera bien, on doit se concentrer sur cela et basta.

« Tant que l’équipe a des occasions, je suis tranquille »

En quoi Rome est la piazza la plus difficile ? Vous le savez mieux que moi, vous en faites parti et basta. Un peu de tout, mais à la fin de la saison on parlera de tout si vous voulez ou au début de l’an prochain, c’est peut-être mieux. Pourquoi il n’y a pas eu d’ajustement tactique pour arranger les choses ? Ces dernières semaines on a utilisé différents modules, la différence c’est quand la balle entre ou non. Contre la Sampdoria on a très bien joué, on a fait des nuls dans des matchs où on a moins bien joué que contre la Sampdoria, par exemple contre Parma ou le Chievo. Tant que l’équipe se procure des occasions je suis tranquille, je n’ai pas vu cela deux jours avant. La défaite est malheureusement arrivée après beaucoup de nuls, puis c’est arrivé d’une façon qui pouvait arriver, je ne veux pas que les joueurs pensent que tout ce qu’on a fait il y a deux jours est à jetter. En ce moment on gagne seulement si nous faisons le jeu, il faut de l’orgueil et du caractère mais le jeu est fondamentale, ils doivent avoir confiance et mes joueurs ont confiance. Rome est une piazza difficiles pour les entraîneurs ? Je ne sais pas, ça l’est aussi pour les joueurs, moi je n’abandonne pas au premier moment de difficulté, j’espère qu’il y en a d’autres pour réagir, pour cette saison je dirais que ça suffit, on a eu assez de problèmes. Je ne sais pas quand est la dernière du championnat, mais jusqu’au coup de sifflet finale je serai là et je serai le premier à encourager tous ceux qui ont besoin de l’être ».

Keita: « Les champions relèvent la tête dans les mauvais moments »

« Le moment le plus difficile de la saison ? Oui, mais demain on a une opportunité importante de gagner, on alterne les bons et mauvais moments, les champions dans ces moments-là relèvent la tête, on peut se qualifier. Les conseils à donner aux jeunes dans des moments comme ça ? Pour moi un club est formé des joueurs, entraîneur, società et tifosi. Si demain la Roma gagne, ce sont surtout les tifosi qui gagnent, c’est normal qu’ils soient énervés, on n’est pas à la hauteur des attentes, mais je leur demande de ne pas arrêter de nous suivre, demain on gagnera mais on aura besoin de leur aide. C’est dur de jouer quand on est sifflés, ça arrive aussi aux champions, moi je ne suis pas la Roma, je pourrais être dans un autre club demain, mais les tifosi sont toujours là. Ce qui a changé à la Roma ces derniers mois ? Ce qui a changé c’est que dans le football comme dans la vie, il y a des moments positifs et négatifs, en ce moment on manque des occasions, ce qui a changé c’est que le ballon ne rentre pas dans les cages, on doit continuer à travailler pour changer les choses. Comment les critiques ont été écoutées ? Les critiques sont normales, car quand tout va bien elles sont positives, c’est normal d’accepter les négatives. Je ne suis pas content en ce moment, mais je suis convaincu qu’après la pluie arrive le beau temps. La pression est déterminée parles tifosi et la presse, les tifosi peuvent nous aider à gagner, les jugements de la presse par contre, dépendent des résultats, si on retrouve la victoire, les jugements changeront. Les tifosi nous soutiendrons, eux comme nous représentent ce club et ils nous aideront.

.

.

Du côté de Trigoria

Globalement depuis le début de saison, et toutes compétitions confondues, le bilan est de 15 victoires, 16 nuls et 6 défaites (dont 13 victoires, 11 nuls et 4 défaites en Serie A). Mais le bilan est cependant moins réconfortant à domicile, avec notamment une série toutes compétitions confondues de 11 matchs sans la moindre victoire au Stadio Olimpico, avec notamment trois défaites (Man City en Champions, Fiorentina en Coppa et Sampdoria en Serie A). Une phrase qui devient répétitive depuis trois mois et demi, mais le besoin de succès à la maison devient plus qu’une nécessité. En effet, une élimination dans cette Europa League pourrait créer un vrai chaos. Le mister Garcia pourra malgré tout s’appuyer sur les deux dernières prestations à domicile, au niveau du fond de jeu, face à la Juventus et la Sampdoria.

Rudi Garcia a révélé la liste des 22 joueurs qui ont été convoqué pour ce 8ème de finale retour d’Europa League, qui se jouera ce jeudi à 19h contre la Fiorentina (BeiN Sports 1). L’infirmerie se vide petit à petit, puisque outre Leandro Castan, Federico Balzaretti et Kevin Strootman (genou, saison finie), seul Maicon (genou, 1-2 semaines) n’a toujours pas repris avec le groupe. Victor Ibarbo dimanche, mais est encore un peu juste pour la convocation. Enfin, Radja Nainggolan purge sa suspension suite à son carton jaune du match aller, et est numériquement remplacé par Francesco Totti (absent à l’aller). A noter que seuls 18 jours pourront être mis sur la feuille de match, et donc 4 joueurs iront en tribune durant la rencontre.

Concernant le onze de départ, Skoruspki gardera de nouveau la cage giallorossa. La défense centrale sera composé de Mapou et Manolas, tandis que les couloirs seront pris par Torosidis et Holebas. De Rossi évoluera juste devant la défense, avec Keita et Pjanic autour de lui. Devant, le trident devrait être composé de Ljajic, Florenzi et Iturbe.

.

L’adversaire du jour

Contrairement à la lourde défaite à l’Olimpico, face à la Lazio, sur le score de 4-0 il y a une semaine, le match de ce week-end a créé mentalement une dynamique inverse. En effet, après avoir été mené par le Milan AC, les hommes de Montella l’ont finalement emporté durant les 10 dernières minutes. Cela leur permet donc de redémarrer une nouvelle série positive en championnat, qui avant ce revers contre les biancocelesti était de 5 victoires et 3 nuls. Mais la Fio réussie plutôt bien en déplacement, avec un bilan en Serie A de 7 victoires, 4 nuls et 3 défaites (Lazio, Parma, Sampdoria), soit une victoire sur deux. Concernant ces succès probants, la Fiorentina a, il y a peu, était l’emporté sur la pelouse de l’Inter (1-0) et face à la Juventus (2-1, en Coppa). Paradoxalement, et un peu comme la Roma, la Viola réussit mieux en déplacement depuis le début de saison. Cela sera la 5ème confrontation de la saison entre ces deux équipes, pour un bilan de 1 victoire, 2 nuls et 1 défaite. A noter que Montella récupère de nombreux joueurs tel que Savic ou Gomez, mais perd Pizarro.

Sur le mercato, l’effectif de la Fiorentina a peu bougé. Niveau départ, Matri (Milan, parti au Genoa) et Anderson (Manchester United) n’ont pas été conservé, pendant que le contrat d’Ambrosini n’a pas été prolongé. Le défenseur Roncaglia a rejoint le Genoa, tandis que le croate Rebic a lui été prêté à Leipzig. Enfin, l’ex-laziale Diakité a lui rejoint Sunderland de façon définitive. Niveau arrivée, les jeunes attaquants Bernardeschi et Babacar ont fait leur retour de prêt de la Serie B, pendant que l’attraction de cet été est pour l’instant l’allemand Marin. On citera enfin les arrivées des sud-américains Brillante et Basanta, ainsi que l’expérimenté Lazzari arrivant de l’Udinese. Montella a pu cependant obtenir deux gros coups durant ce mercato hivernal, avec les deux retours de Chine, en personnes de Diamanti et Gilardino. A l’inverse, Marin n’aura pas fait long feu et rejoint Anderlecht. Enfin, un échange (au sein de la transaction du colombien) a eu lieu entre Juan Cuadrado et Mohamed Salah avec Chelsea.

L’équipe sera composé demain de Neto dans la cage. La défense sera constitué par une ligne de 4 joueurs, où l’on retrouvera Tomovic, Rodriguez, Savic et Pasqual. Les 3 milieux de terrain axiaux seront Borja, Badelj et Fernandez. Enfin, le trident devant sera composée de Joaquin, Salah et Babacar.

.

Les dernières confrontations

Les romanisti sont clairement la bête noire de la Viola. Durant les 15 dernières années, ces deux équipes se sont rencontrées à 35 reprises, pour un bilan largement en faveur de la Louve : 21 victoires, 9 nuls et 5 défaites. Si les hommes de Montella ont remporté le 1/4 de finale de Coupe d’Italie en ce début d’année sur le score de 0-0, cela n’est autre que la première victoire sur les 9 dernières confrontations (6 victoires consécutives, puis 2 nuls et 1 défaite). Mais le bilan à l’Olimpico est aussi favorable aux giallorossi, avec une série en cours de 7 victoires et 2 défaites. Il n’y a donc jamais eu de matchs nuls entre ces deux équipes durant les 9 dernières confrontations.

S’il y a de nombreux joueurs passés par les deux équipes, comme Pizarro, Aquilani ou encore Rosi, c’est surtout Montella qui a probablement le plus de souvenirs de la Louve. En effet l’aeroplanino a joué 215 matchs à la Roma, pour 118 buts marqués. Vainqueur du scudetto 2001, on se souviendra notamment de son quadruplé dans le derby, mais aussi un trident fantasque qu’il formait avec Totti et Cassano.

.

Le joueur à suivre

Incontestablement, le joueur à suivre côté Fiorentina sera Mohamed Salah. L’égyptien a été le véritable feuilleton du mercato de janvier : restera à Chelsea ? Ira à l’AS Roma ? Ira à la Fiorentina ? Pour résumer en quelques mots, la Louve avait le joueur en mains en début de mercato mais, à cause de son statut de joueur extra-communautaire, a du temporiser le dossier étant donné que la priorité allait à l’attaquant de pointe. Ayant manqué Luiz Adriano (qui pourrait arriver gratuitement cet été), Walter Sabatini a tenté de revenir vers Chelsea, qui cependant avait déjà donné un accord de principe à la Fiorentina concernant la transaction menant à Cuadrado. Salah a réalisé un mois de février de feu, puisqu’il a inscrit 6 buts (3 en Serie A, 1 en Europa League et 2 en Coupe d’Italie) pour 7 rencontres disputées. L’ex-joueur du FC Bâle a cependant marqué le pas ensuite, d’abord en championnat face à la Lazio, puis lors du match aller face à la Roma la semaine passée. S’il a peiné à se créer des espaces et à être dangereux sans pointe, le retour de Babacar pourrait donc lui être bénéfique.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Cuneyt Cakir. Cet arbitre turc a dirigé à une reprise la Louve, lors du déplacement à Munich cette saison (défaite 2-0), où il n’avait d’ailleurs pas sorti le moindre carton à cette occasion. Il ne dispose d’aucun précédent avec la Fiorentina cependant. Cela n’a pas beaucoup d’importance vu que les deux équipes sont italiennes, mais son bilan avec les équipes italiennes sont de 4 victoires, 1 nul et 8 défaites.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
Skorupski
Torosidis-Manolas-Mapou-Holebas
De Rossi
Keita-Pjanic

Florenzi-Ljajic-Iturbe

Remplaçants: De Sanctis, Astori, Paredes, Gervinho, Totti, Doumbia, Verde.
Blessé(s): Balzaretti, Castan, Strootman, Maicon.
Suspendu(s): Nainggolan

Fiorentina (3-5-2): Neto, Tomovic, Rodriguez, Savic, Pasqual; Badelj, Borja, Fernandez; Joaquin, Salah, Babacar.