Site AS ROMA

Un match référence contre la bande à Ranieri

Après la cuisante défaite 4-2 à Cagliari, l’AS Roma s’est repris de très belle manière en atomisant l’Inter de Ranieri sur le score de 4-0, avec des buts de Juan, Borini (2 fois) et Bojan. Un score, face à un big, que l’on aura plus vu depuis le fameux 4-0 du 08 février 2004 contre la Juve.

Luis Enrique pouvait se satisfaire de retrouver De Rossi dès le coup d’envoi, lui permettant de reconstituer son triangle magique au milieu. Devant c’est le trident habituel avec Totti pour soutenir Lamela et Borini. Derrière la seule surprise est la titularisation d’Angel au dépend de Rosi. Et comme à l’habitude, l’AS Roma prend de suite le contrôle du ballon pour en priver son adversaire. Cependant la nouveauté est l’intense pressing réalisé par les giallorossi dès que le ballon est perdu pour pouvoir le récupérer le plus haut possible. Et cela sera vite payant car dès la 4ème minute, Gago récupère le ballon et lance Borini. Le jeune italien tente sans contrôle la reprise de volée tendue, qui rase de peu le poteau. La Roma ne s’arrête pas là. A la 12ème minute Totti réalise une aile de pigeon de grande classe qui envoie Lamela s’enfoncer dans la surface. La frappe de l’argentin est dans un premier temps repoussée par Julio Cesar, qui doit de nouveau s’employer sur la reprise de Pjanic. Sur le corner qui suit, à la 13ème minute, Le Capitano giallorosso envoie le ballon sur la tête de Juan, qui catapulte la balle au fond des filets. Une ouverture du score totalement mérité, qui va permettre ensuite de déroulée le jeu. Oui mais voila, comme à son habitude la Louve est capable de manque d’attention, et de perte bête de ballon. C’est Milito qui quelques minutes après le but en tirera partie. L’argentin s’écharpe en solo, et tente la frappe à l’entrée de la surface, mais Stekelenburg s’interpose. Une des rares occasions interiste de la rencontre. Un nouveau beau mouvement collectif arrivera à la demi-heure de jeu. José Angel, très solide défensivement aujourd’hui et un peu plus culoté devant, trouve Totti, qui lui la remet dans la course en entrant dans la surface. Le petit espagnol temporise et retrouve Cesco qui ne peut malheureusement conclure. José Angel encore lui déborde sur son côté gauche peu avant la mi-temps, et adresse un beau centre que Lamela reprend de la tête entre Lucio et Samuel, cependant pas cadré. La délivrance arrivera à la 42 minutes, quand Pjanic envoie en une touche le ballon dans la profondeur pour Borini. Ce dernier se présente seul devant le gardien, mais décide d’effectuer un petit crochet pour éliminer le dernier défenseur et trouver son pied droit, pour pouvoir tromper Julio Cesar d’une frappe croisée.

A la reprise Luis Enrique ne réalise pas de changement et demande à ses joueurs de continuer avec cette intensité. Et il ne sera pas déçu. Juan, à la 48ème minute, voit Borini partir à la limite du hors jeu et le trouve. L’ex-joueur de Chelsea se joue une nouvelle fois de la défense adverse pour marquer son premier doublé giallorosso. La suite de la rencontre va ensuite logiquement baisser de rythme, étant donné le score quasiment déjà entériné. La défense giallorossa continuera de bien maitriser son match, avec une charnière Juan-Heinze toujours aussi impériale, et Taddei-Angel qui auront su très bien bloquer les montées de Maicon et Nagatomo. Au milieu le retour de De Rossi aura clairement stabilisé le milieu de terrain, permettant à Gago et Pjanic de conserver leurs efforts pour participer au jeu offensif. Luis Enrique profitera de la dernière demi-heure pour sortir à la suite Gago, Lamela et Borini, pour faire entrer Simplicio, Bojan et Piscitella. Ce dernier a disputé ses 10 premières minutes dans le monde professionnelle. Et c’est d’ailleurs sur un mouvement du joueur de 18 ans de la Primavera, qui sur le côté gauche arrive à trouver le centre, que le dernier but arriva. Bojan récupère la balle dans la surface et se bat comme un lion pour la conserver. Il arrive finalement à temporiser, se retourner et frapper croisé en dehors de la surface. Un but qui pourrait lui faire le plus grand bien, lui qui n’avait pu marquer depuis le déplacement à Novara. Une petite récompense également pour le jeune Piscitella.

S’il s’agit d’une des prestations les plus abouties de ce début de saison, la difficulté sera de la reproduire de façon continue lors des prochains matchs. Et notamment dès mercredi pour « seulement » 25 minutes face à Catane. Un match en retard dont le score pourrait changer la suite de la saison…