Site AS ROMA

Un match pour rejouer la Champions League

4ème durant les 3 dernières saisons, la Fiorentina espère fait péter le plafond de verre pour enfin atteindre le podium. La mission de l’AS Roma ne sera pas aisée, avec l’obligation de faire un résultat à l’Olimpico, dans l’optique de récupérer en solo la troisième place du championnat.

.

La conférence de presse de Spalletti.

« Pjanic et Nainggolan sont à disposition ».

« Ce dont j’ai le plus peur à la Fiorentina ? Ceux qu’ils ont fait lors des 3-4 dernières années et ce que fait Sousa. Ils ont créé un football moderne, spectaculaire, une équipe solide, dure, sure de ses capacités. En analysant le groupe d’équipe dont la Fiorentina fait partie, les viola ont été les meilleurs dans le travail effectué. Pjanic et Nainggolan ? Ils sont à disposition. Falquè a eu un peu de fièvre mais c’est le seul. On verra pour lui et il ne s’entraînera probablement pas aujourd’hui. De Rossi continue sa récupération et ne sera pas convoqué. Si Dzeko jouera ? Il y a des choses auxquelles je dois encore penser, et je prendrais tout le temps possible cette fois. Il a fait une bonne entrée à Empoli et il s’est bien entraîné mais après il y a une évaluation de l’équipe à faire. Je suis désolé mais aujourd’hui je ne suis pas préparé. Fiorentina et Roma se ressemblent ? Un petit peu oui. Dernièrement les deux veulent commander le jeu. Elles ont des milieux bons en conservation de balle et la qualité de savoir lire les situations. Il y a de la possession de balle et elles obligent les adversaires à se découvrir. Ils savent tout bien faire, à comprendre la façon de jouer des autres, avec l’élasticité de faire tourner le ballon à 3, défendre à 4, ils réussissent à s’adapter et à créer du danger suivant comment jouer l’adversaire. Il faudra être plus fort que d’habitude demain mais j’ai une grande confiance dans mes joueurs. Si à Florence ils sont convaincus d’avoir fait un opéra d’art, mes joueurs ont réalisé un chef-d’oeuvre ces derniers matchs dans le fait de retourner la situation, prendre conscience de nouvelles choses et dans le fait d’avoir une solidité mentale qui te permet de lutter jusqu’au bout. Olimpico vide : comment on résout ce problème ? J’en ai déjà parlé, j’espère un bon sens de qui gère ce dossier. A Empoli, on s’est très bien senti avec les encouragements pendant 95 minutes de notre public et ça nous a servi à réagir après l’égalisation toscane. D’après moi, tous ceux qui étaient à Empoli y ont contribué. Kalinic et Dzeko ? Ils sont un peu différents. Le premier est parmi les meilleurs à attaquer les espaces derrière la défense, il est bon à toujours passer derrière la défense et il est efficace devant le but. Il sait quel est son objectif, il sait où il doit aller. Dzeko a bien d’autres qualités mais il aime avoir le ballon sur lui car il a un bon physique. Plus que de couper au premier poteau, il préfère aller attendre au second. Ce sont deux grands joueurs. Dzeko est arrivé marqué du sceau de la qualité, sur Kalinic ils ont été bons à comprendre qu’il avait des qualités.

« Cela va être une belle bataille tactique »

Burdisso a dit que les joueurs ne s’entraînaient pas bien à Rome. Par rapport à il y a 10 ans, si je remarque un engagement différent de l’équipe ? Si Rome est vraiment un lieu difficile ? Avec Burdisso malheureusement je n’ai que très peu travaillé. J’ai essayé d’être bon mais je n’ai pas pu tout lui montrer en une semaine. J’aimerais le retrouver car c’est un grand champion et il sait évoluer dans un contexte footballistique. Sur la difficulté à Rome, je pense que c’est le lieu idéal pour travailler. Dans la vie il y a les gens qui font, ceux qui ne font pas et ceux qui suivent ceux qui font. Pour être à un bon niveau, ils maintiennent l’engouement à un bas niveau comme ça ils peuvent se faufiler. Plus bas c’est, plus tu te faufiles.. Ici on sait faire les choses. Celui qui n’a pas d’idée, qui n’a pas le courage d’avancé, qui ne veut pas s’améliorer doit s’en aller. Nous on veut s’améliorer. Je suis de retour. J’ai été chanceux, j’ai pu choisir et si je suis revenu c’est parce qu’ici on travaille bien et que ça me plaît de travailler ici. Les joueurs ont pris le bon chemin. S’ils nous prêtent Burdisso une semaine on lui montrera comment on s’entraîne ici. On veut donner le maximum. Si quelqu’un peut donner 10, il doit donner 12, il doit toucher les étoiles. De mon point de vu c’est ainsi et je voudrais toujours aller dans cette direction. Si Pallotta m’a demandé quelque chose de particulier ? Je lui ai parlé, il m’a semblé content, excité. Il m’a semblé libre de faire valoir toute sa qualité en tant que personne. Quand on est tranquille et libre on le met en pratique sur le terrain. Il aura transmis ça à l’équipe. Avant la réunion il a parlé aux joueurs, il a regardé l’entraînement. Il a beaucoup d’enthousiasme, d’envie, ça va de paire avec ce qui a été dit jusqu’ici. Il faut avoir le courage d’oser, ce qui fait la différence est une constance de pensée. A quel match je m’attends tactiquement ? Si le pressing de la Fiorentina peut me conduire à mettre Dzeko pour avoir un point de fixation sur les relances ? J’aime cette situation tactique. Ils nous presseront et ils sauront changer d’attitude suivant nos tentatives de positionnement. A Florence ils ont discuté de nombreux mois sur le fait de savoir si la Fiorentina jouait à 3 ou 4. Toute la qualité de l’entraîneur est là : il a créé cette élasticité d’équipe, changeant de module dans l’action, ils ont ces deux milieux très bons devant la défense, ils ont Valero, Bernardeschi, Kalinic, Tello, Ilicic. Ils ont beaucoup de bons joueurs. La solution de Dzeko est valide et on l’a utilisé dans les 20 dernières minutes à Empoli et ça a donné des situations intéressantes.

« Je ne dirais jamais à mes joueurs qu’ils sont fatigués, car je ne veux pas d’excuse »

J’ai donné mon avis cette semaine sur des questions qui vont plus loin que mon travail. Si j’ai demandé à la società d’être proche ? L’autre jour on a fait la photo et il y avait mes 30 collaborateurs, à peu près 30 joueurs plus les photographes et ils étaient tous avec moi. Tous m’aident, ils me disent où je fais bien, et où je me trompe, je suis en très bonne compagnie avec beaucoup de monde. Il y a plus qu’une équipe, l’équipe bénéficie du travail de tout le monde. Je suis avec eux, ils sont avec moi. Il ne manquait que le président, maintenant même lui est là, on est au complet. Je prends les décisions concernant mon travail, je décide les entraînements et l’horaire. Ce qu’on mange c’est le nutritionniste, comment soigner c’est le docteur, comment laver les chaussures le magasinier, le café c’est le barista, moi je ne fais que mon travail et ça veut dire que mon travail dépend de moi. Si la Fiorentina va avoir le contre coup de Tottenham et Napoli ou s’ils auront récupéré ? Dans peu de jours on ira jouer contre le Real, qui a joué hier et je ne dirai jamais à mes joueurs qu’ils sont fatigués car je ne veux pas d’alibi. Les matchs sont joués quand ils doivent l’être. On doit être prêt. On ne peut pas prendre en considération le fait qu’on se sera reposer un jour de moins et la Fiorentina le sait. Si je fais avec El Shaarawy le travail qu’a fait la Fiorentina avec Bernardeschi ? Ce sont deux joueurs qui étaient habitués à jouer en recevant le ballon avec peu de travail collectif. C’est bien vu car ils se ressemblent, ils ont du potentiel. Il y a toujours un début et une fin et c’est le parcours qui compte. Il faut avoir la volonté d’analyser un duel perdu ou gagné, combien de fois tu as passé un adversaire : si les réactions sont bonnes il y aura une croissance et quand tu arriveras à la fin tu auras utilisé toutes les qualités du début et tu auras rajouté quelque chose. C’est ce qu’ils font, ce sont deux grands joueurs ».

.

Du côté de Trigoria

Le début de saison se montre bon, avec un bilan de 15 victoires, 8 nuls et 4 défaites (pour 55 buts marqués et 28 encaissés). A domicile, le bilan reste plutôt bon avec 9 victoires, 3 nuls (Sassuolo, Milan AC, Hellas Verona) et 1 défaite (Atalanta); Toutes compétitions confondues, ce bilan est de 10 victoires, 6 nuls et 2 défaite (contre le Real Madrid en Champions League). Si la Louve restait sur une série, à la maison, d’une seule victoire (Genoa, dernier match de 2015) en 4 matchs, la série en cours est de 3 victoires consécutives (pour 10 buts marqués et 2 encaissés). Mieux encore, sur les 6 derniers matchs, le bilan est de 6 succès, pour 18 buts marqués et 4 encaissés. Ce match au sommet permettra au vainqueur (s’il y en a un) de prendre seul la troisième place du championnat (avec 3 points d’avance sur l’adversaire du soir), et virtuellement de revenir à 2 points du Napoli (qui accueille le Chievo ce week-end).

Pour cette 28ème journée de Serie A, le mister toscan peut compter sur un groupe au quasi complet, puisque seuls Gyomber et De Rossi manquent à l’appel. Uçan (fiévreux le week-end passé) fait lui son retour. Concernant l’équipe de départ, Florenzi et Manolas (sur le banc contre Empoli) récupéreront une place de titulaire en défense. Le principal doute reste à savoir si Dzeko sera aligné en pointe, ou bien si un trident de joueurs rapides (El Shaarawy, Perotti et Salah) sera mis en place. 

Les convoqués de Luciano Spalletti face à la Fiorentina

.

L’adversaire du jour

Y a-t-il une malédiction de la 4ème place pour la Fiorentina ou bien un fameux plafond de verre les empêchant d’atteindre la Champions League ? Alors qu’ils ont fini 4ème ces 3 dernières saisons, c’est à nouveau à cette position qu’est la viola à l’instant T. Leur bilan est de 16 victoires, 5 nuls et 6 défaites (pour 48 buts marqués et 27 encaissés). On constate cependant une différence importante entre les matchs à domicile (10 victoires, 2 nuls et 2 défaites) et ceux à l’extérieur (6 victoires, 3 nuls et 4 défaites. En Serie A, les toscans n’ont plus perdu depuis 7 matchs (4 victoires, et 3 nuls). Petit bémol, sur les 4 derniers déplacements, on trouve trace d’une victoire (Atalanta), 2 nuls (Bologne et Genoa) et 1 défaite (Milan AC). La meilleure série de victoires consécutives est au nombre de 4, entre la 4ème et 7ème journée de championnat.

Sur le mercato estival dernier, la Fiorentina a perdu des joueurs importants comme Neto (Juventus), Richards (Manchester City), Diamanti (Watford), Gilardino (Palerme), Pizarro (Wanderes Santiago), Aquilani (Sporting Lisbonne), Salah (AS Roma), Gomez (Besiktas), Vargas, Joaquin (Betis) ou encore Savic (Atletico Madrid). Côté arrivée, on retrouve Vecino, Sepe (Empoli), Suarez (Atletico Madrid), Gilberto (Botafogo), Astori (Cagliari), Kalinic (Dnipro), ou encore Blaszczykowski (Borussia Dortmund). Durant ce mercato de janvier, cela a beaucoup bougé aussi avec les arrivées de Tino Costa (Genoa), Zarate (West Ham), Tello (FC Barcelone), Kone (Udinese) et Benalouane (Leicester). Côté départ, on retrouve Rebic (Verona), G.Rossi (Levante) ou Suarez (Watford).

Pour ce vendredi, le mister Sousa devrait aligner un 4-2-3-1 (contrairement au 3-4-2-1 de la phase aller). On retrouvera notamment Rodriguez et Astori en défense centrale, avec Alonso et Roncaglia sur les côtés. Au milieu, Vecino et Badelj s’occuperont de la récupération, avec Borja Valero en meneur de jeu. Enfin, Kalinic sera entouré de Bernardeschi et Tello.

Les équipes probables de l’AS Roma et la Fiorentina

.

Les dernières confrontations

2014/2015: AS Roma 2-0 Fiorentina (Nainggolan, Gervinho)
2013/2014: AS Roma 2-1 Fiorentina (Maicon, Destro)
2012/2013: AS Roma 4-2 Fiorentina (Castan, Totti x2, Osvaldo)
2011/2012: AS Roma 1-2 Fiorentina (Totti)
2010/2011: AS Roma 3-2 Fiorentina (Simplicio, Borriello, Perrotta)
2009/2010: AS Roma 3-1 Fiorentina (Totti x2, De Rossi)
2008/2009: AS Roma 1-0 Fiorentina (Totti)
2007/2008: AS Roma 1-0 Fiorentina (Cicinho)
2006/2007: AS Roma 3-1 Fiorentina (De Rossi, Taddei x2)
2005/2006: AS Roma 1-1 Fiorentina (Tommasi)
2004/2005: AS Roma 1-0 Fiorentina (Montella)
2001/2002: AS Roma 2-1 Fiorentina (Totti, Panucci)
2000/2001: AS Roma 1-0 Fiorentina (Batistuta)
1999/2000: AS Roma 4-0 Fiorentina (Montella x3, Nakata)
1998/1999: AS Roma 2-1 Fiorentina (Alenitchev, Totti)
1997/1998: AS Roma 4-1 Fiorentina (Paulo Sergio, Delvecchio x2, Totti)

Exception faite de la 2011/2012, la Fiorentina réussit très mal face à l’AS Roma sur le terrain de l’Olimpico. En effet en 16 confrontations, le bilan giallorosso est de 14 victoires (dont 6 avec au moins 3 buts marqués), 1 nul et 1 défaite. On notera également que la Louve a toujours marqué au minimum un but lors de ces matchs, et plus d’une fois sur deux au moins 2 buts. A noter que sur cette période Totti a marqué 9 fois, et Montella 4 fois.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Massimiliano Irrati. Cet arbitre a dirigé à 5 reprises l’AS Roma pour un bilan de 1 victoire, 3 matchs nuls et 1 défaite. Il a arbitré deux fois la Louve cette saison, lors du 5-1 à domicile face à Carpi et lors du déplacement au Chievo (1-1, premier match de l’année 2016). La saison dernière, il a dirigé lors de deux matchs nuls : le 2-2 à domicile contre Sassuolo (De Rossi expulsé, et un penalty transformé par Ljajic), ainsi que le 1-1 sur la pelouse du Torino. La saison 2013/2014, il avait arbitré la dernière rencontre et la défaite dans les dernières minutes de la Louve (1-0) contre le Genoa.

Twitter: @Romanista35 @Cyrilbaldassari