Site AS ROMA

Un duel d’équipes malades

Dimanche à 15h, l’AS Roma (7e) se déplacera sur le terrain de la Fiorentina (16e) pour le compte de la 14e journée de Serie A. Après la défaite à Udine, et avant les deux chocs face à la Juve et Napoli, les giallorossi auront à coeur de se relancer au classement, face à un adversaire qui oscillent dangereusement avec la zone de relégation.


L’adversaire du jour

La Fiorentina réalise un début de saison décevant, et se montre une nouvelle fois comme la grande déception de Série A. En effet le club viola est en état de crise et le coach Miahjlovic en a fait les frais, laissant sa place à Delio Rossi. Malgré un effectif de qualité, les toscans se morfondent en milieu de tableau depuis plusieurs saison, une place pas à la hauteur des ambitions d’un club aussi prestigieux.

Delio Rossi semble vouloir introniser son habituel 4-3-2-1. Dans les buts on retrouve Boruc. Devant lui de gauche à droite sont présent Pasqual, Natasic, Gamberini et De Silvestri. Sur le papier le milieu de terrain semble être un des points fort des mauves avec un trio composé de Behrami, Montolivo et Vargas. En soutien de Gilardino, qui n’a marqué qu’un seul but cette saison, on retrouvera un duo avec Lazzari arrivé de Cagliari, et Jovetic de retour de blessure.

Comme nous vous le dision en préambule, le début de saison de la Fiorentina est fort décevant. La viola ne compte que 13 petits points en 12 rencontres, à 4 points de leur adversaires giallorossi. Et en cas de mauvais résultat demain, la zone de relégation se rapprocherait dangereusement. Malgré tout la Fiorentina peut garder espoir, étant donné que 95% de leur point ont été pris chez eux, à l’Artemio Franchi. En effet 11 de leurs 13 points ont été empoché dans leur base. En 6 matchs à domicile la viola a obtenu 3 victoires, 2 nuls (dont un face au Milan) et 1 défaite (face à la Lazio). Ils restent cependant sur une saison négative avec deux défaites et un nul, pour zéro but marqué. Delio Rossi devra donc trouver les mots pour remonter la pente.


Du côté de Trigoria

Alors que la Roma semblait avoir retrouvé son rythme de croisière après avoir battu Novara et Lecce, le réveil a été difficile après la défaite sur le terrain de l’Udinese. Si le classement n’est pas encore catastrophique, la série des 3 matchs qui arrivent pourraient cependant mettre en position délicate les giallorossi. Il serait donc bon d’engranger un maximum de points lors de cette série pour voir le ciel bleu pour la suite. Une victoire à la Fiorentina permettrait de faire le plein de confiance, juste avant de recevoir le leader, la Juventus, à l’Olimpico la semaine prochaine.

Luis Enrique a livré sa liste de 18 joueurs pour la rencontre. Il s’agit d’un groupe quasiment identique à celui qui s’est déplacé à Udine. Seul Kjaer et Osvaldo sortent du groupe, remplacés numériquement par Cicinho et Totti. Caprari est donc une seconde fois convoqués. Ces absences peuvent profiter à certains comme Caprari qui refait son retour dans le groupe pour la première fois depuis Roma – Slovan Bratislava. Si Stekelenburg est incontournable dans les buts, Juan devrait remplier avec Heinze dans l’axe. Angel devrait être confirmé sur le côté gauche, tout comme Taddei à droite. Il n’est pas exclu une surprise tel que Perrotta, Cassetti ou Cicinho. Au milieu, le trident De Rossi – Gago – Pjanic a convaincu face à Lecce, et devrait être remis à l’ordre du jour. En attaque, avec les forfaits de Osvaldo, Borriello et Borini, il ne fait guère de doute que Luis Enrique fera confiance au trio Lamela, Totti et Bojan. Avec Caprari prêt à entrer en cours de match.

 

Par le passé

  • 2010/2011 : Fiorentina 2-2 Roma (Totti x2)
  • 2009/2010 : Fiorentina 0-1 Roma (Vucinic)
  • 2008/2009 : Fiorentina 4-1 Roma (Baptista)
  • 2007/2008 : Fiorentina 2-2 Roma (Mancini, Giuly)
  • 2006/2007 : Fionretina 0-0 Roma
  • 2005/2006 : Fiorentina 1-1 Roma (Cufrè)
  • 2004/2005 : Fiorentina 1-2 Roma (Montella, Cassano)

La Louve a un bilan plutôt positif en terre toscane. En effet sur ses 7 derniers déplacements le bilan ramené est de 2 victoires, 4 nuls et 1 défaites. On peut donc constater qu’il s’agit souvent de matchs serrés et étriqués, où il est souvent difficile de trouver un vainqueur. Et pourtant demain les deux équipes auront un besoin vital de points.


Le duel

Stevan Jovetic / Miralem PJANIC : Le match des meneurs de jeu des balkans. Le premier est d’origine monténégrine (comme Vucinic), pendant que le second (malgré qu’il est vécu au Luxembourg et en France) a quitté la guerre en Bosnie étant jeune. De retour de blessure Jovetic est attendu comme le messi du club viola et fera tout pour apporter sa facilité technique, notamment pour tenter d’offrir des caviars à Gilardino. Il a pour le moment joué 10 rencontres et a déjà marqué 5 buts, se montrant donc également plein de réaliste. Il ne disputera malheureusement pas l’Euro, puisque sa sélection a cédé en barrage face à la République Tchèque. En face il retrouvera donc le bosnien en provenance de Lyon, Miralem Pjanic. Lui aussi est chargé d’amener le jeu vers l’avant dans l’entrejeu romain et rapidement il a su s’imposer dans le collectif de Luis Enrique avec déjà 5 passes décisives au compteur et un but inscrit, son premier en giallorosso, il y a deux semaines. Après avoir été un peu décevant en soutien des deux attaquants, il devrait retrouver une place où il a une meilleure emprise sur le jeu, en relayeur dans un milieu à 3.


Les équipes probables

Fiorentina (4-3-2-1) : Bouc – Pasqual, Natasic, Gamberini, De Silvestri – Montolivo, Behrami, Vargas – Lazzari, Jovetic – Gilardino.

Roma (4-3-3) : Stekelenburg – Taddei, Juan, Heinze, Angel – De Rossi, Pjanic, Gago – Lamela, Totti, Bojan.

L’arbitre

Le match sera dirigé par Antonio DAMATO (39 ans), arbitre en Serie A depuis 2006 et au niveau international depuis 2010. Il a déjà arbitré la Roma à 15 reprises pour un bilan de 10 victoires, 2 nuls et 3 défaites dont la dernière date de cette saison puisqu’il était l’arbitre du Roma – Milan (2-3) le 29 octobre dernier. Il a aussi arbitré le douloureux Roma – Sampdoria (1-2) en avril 2010 qui coûta le Scudetto aux giallorossi.