Site AS ROMA

Un déplacement périlleux

Après avoir remporté 4 matchs consécutifs (tous à l’Olimpico et sans encaisser le moindre but), l’AS Roma de Rudi Garcia retrouve les joutes d’un déplacement. Une rencontre à l’extérieur qui s’annonce compliquée, sur la pelouse du Hellas Verona (où la Curva des tifosi sera fermée) qui a remporté 8 de ses 10 rencontres disputées dans son entre.

.

La conférence de Rudi Garcia

« Le jeu que produit l’équipe est celui que je veux voir »

« Quelle difficulté représente le Verona ? Ils font un bon championnat surtout à la maison, ils ont de bons joueurs comme Toni et Iturbe. C’est une équipe qui fait de belles choses à domiciles, on le sait et notre objectif reste le même. Comme d’habitude on ira pour prendre les trois points, on sait que ça sera dur mais on doit faire en sorte que ça le soit aussi pour eux. Si je ferai un turnover ? Si Destro jouera ? Quand tu as 3 matchs en 7 jours, tu as juste 3 jours pour récupérer et la gestion est difficile, mais depuis la Juve cinq jours sont passés, c’est quasi une semaine. Sur le plan physique ils sont tous prêts à jouer. Un danger de prononcer le mot scudetto ? Non car nous sommes les créateurs de notre destin, il y a une équipe qui a 8 points en plus et on doit penser au match de demain, on fera tout pour gagner et continuer ainsi. On doit être présent si devant ça cale. Si je pense que la Roma joue le plus beau football d’Italie ? Je n’en ai pas la prétention. Le jeu de la Roma est celui que je veux voir, une équipe avec enthousiasme, talent, esprit d’équipe, forte et qui ne lâche rien. On doit continuer comme ça jusqu’à la fin de la saison.

« Destro est très important, il a le but dans le sang »

Si cela m’a ennuyé que Blanc parle de Pjanic ? Chacun est responsable de ses paroles. Ce qui m’a plu c’est le message très clair de la società. Il n’y a pas de négociation pour Miralem, point. Destro et Totti ensemble dans un 4-3-3 ? Vous les avez déjà vu ensemble. Mattia n’a pas joué contre la Juve mais contre Livorno oui et il a marqué. Ca veut dire que comme les autres c’est un joueur important, on a encore 20 matchs et j’espère 21, tout le monde doit être prêt. Mattia l’est et c’est une bonne chose de le voir prêt de la sorte. Il a le but dans le sang et ça me va très bien en attaque car les attaquants sont ceux qui donnent le plus, surtout sur les côtés et il faut avoir l’effectif pour gagner les matchs. Avec le départ de Burdisso et la blessure de Balzaretti, si j’ai demandé un ou deux défenseurs ? Si Iturbe me plaîrait ? On a pris Bastos pour cela, il peut jouer de partout sur le flanc gauche. Avec moi à Lille il a très bien joué en attaque mais il peut faire le terzino, on l’a pris car il est polyvalent et que c’est un grand joueur et un grand homme. Je savais que pour lui ça serait facile d’entrer dans le vestiaire de la Roma car c’est un beau vestiaire, tout le monde s’entend bien et c’est facile pour quelqu’un comme Michel de s’intégrer. Après Benatia et Castan nous avons Jedvaj et Romagnoli,voire De Rossi, il n’y a pour moi aucune urgence. On a le temps pour voir mais on peut rester comme ça.

« La victoire contre la Juve peut aider psychologiquement »

Comment vont Pjanic et Benatia ? Si je regarderai Lazio-Juve ? Je sais pas c’est pas important, si j’ai le temps oui. Benatia a bien travaillé, Pjanic a pris un coup et on a été prudent aujourd’hui mais j’espère que demain il sera là. Si j’ai pensé que l’arrivée de Nainggolan puisse pousser Pjanic dehors ? Il faut lui demander à lui mais je pense pouvoir répondre pour lui, en disant qu’il n’y a aucun soucis. Quand on joue dans une grande équipe, l’arrivée de bons joueurs est une chose positive, ils savent qu’avec un bon joueur en plus on peut arriver à l’objectif plus facilement. Contre la Juventus, Torosidis a joué à gauche : est-ce que la hiérarchie a changé ? Dodò est un grand talent, il grandit bien et joue bien. Torosidis est un joueur polyvalent qui quand il joue, joue bien, il est meilleur sur la droite mais contre la Juve il a bien joué à gauche. C’est mieux d’avoir plus de solutions que moins, pour moi c’est une découverte de le voir à ce niveau. La victoire contre la Juventus a apporté un plus moral à la Roma ? Après la défaite à Turin c’était important de gagner en Coppa Italia. On l’a fait à la maison, ce qui a beaucoup aidé, on avait pas besoin de se savoir fort mais maintenant on en est sûrs. La Juve ne perd quasi jamais et on a gagné de manière juste. Ca peut aider l’équipe psychologiquement même si le besoin n’était pas présent. On a montré que la Juve n’est pas imbattable et ce match il valait mieux le gagner que le perdre. On avance en Coppa Italia et ça peut être intéressant.

.

Du côté de Trigoria

Après avoir chuté lourdement face à la Juventus, sur un score de 3-0 et en terminant à 9 contre 11, pour ce début d’année 2013, l’AS Roma a su relever la tête. D’abord en Coupe d’Italie, grâce à des victoires face à la Sampdoria et la Juventus (à chaque fois 1-0, grâce à Torosidis et Gervinho) leurs ouvrant les portes des 1/2 finale. Puis en Serie A face au Genoa (avec un large succès sur le score de 4-0 (des buts de Florenzi, Totti, Maicon et Benatia) et contre Livorno sur le score de 3-0 (des buts de Destro, Strootman et Ljajic). Depuis cette sanglante défaite, les hommes de Rudi Garcia ont donc remporté 4 matchs sur 4, en inscrivant 9 buts et en en encaissant aucun.

Rudi Garcia a livré sa liste officielle de convoqués pour la vingt-et-unième journée de Serie A, qui se jouera dimanche à 12h30 contre le Hellas Verona. Le mister français a appelé 23 joueurs. Parmi les absents on ne retrouve que Federico Balzaretti (opéré aux USA suite à pubalgie, et de nouveau absent pour deux bons mois). Gianluca Caprari (Pescara) et Marco Borriello (West Ham) ont été prêté et ne sont donc pas appelés.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera logiquement la cage. La défense centrale sera de nouveau guidé par Castan et Benatia, avec Torosidis à droite (ou Maicon) et Dodo à gauche. De Rossi retrouvera sa place devant la défense, avec Strootman dans le rôle de piston et Pjanic pour animer le jeu (ou bien Nainggolan). Devant, Destro (ou Totti) évoluera en pointe, avec Ljajic et Gervinho autour de lui.

.

L’adversaire du jour

Promu parmi l’élite après avoir passé plus de 10 ans dans les étages inférieurs, le Hellas réalise un retour tonitruant en Serie A. En effet les gialloblu pointent à une intéressante 5ème place (ex-equo avec l’Inter), qui leur permet tout simplement de rêver d’Europe. Leur bilan global est de 10 victoires, 2 nuls et 8 défaites. Il s’agit de la 6ème meilleure attaque, mais de la 16ème moins bonne défense (où seuls les 4 derniers du championnat font pire). Leur bon positionnement au classement vient surtout de leur parcours à domicile, où ils font quasiment le plein de points, avec 8 victoires et seulement 2 défaites (contre le Napoli et le Chievo). Verona connait cependant un léger calage, puisque sur leurs 9 derniers rencontres de Serie A, on retrouve 3 victoires, 1 nuls mais surtout 5 défaites. Le début de la chute ?

L’équipe du Hellas Verona a réalisé un mercato intelligent, mixant entre expérience et jeunesse. La recrue n°1 est clairement Luca Toni, qui est déjà autour de 9 buts en 17 rencontres, et probablement entrain de réaliser son dernier défi. Les deux autres recrues offensive sont l’argentin Iturbe (FC Porto) et le serbe Jankovic (Genoa), ainsi que le prometteur italien (Inter) Longo. Le milieu a été refondé en très grande partie, avec les arrivée de Ragatzu, Romulo (Fiorentina) ou encore Donati (Palermo), ainsi que le jeune talent argentin Cirigliano (River Plate). On rajoutera les arrivées de Sala, ainsi que deux autres sud-américain : l’uruguayen Gonzalez (Penarol) et le brésilien Marques (Mineiro). Ce mercato de janvier a cependant vu la perte extrêmement important du métronome brésilien Jorginho, parti au Napoli et qui pourrait être remplacé par Marquinho de l’AS Roma.

L’équipe sera composé demain de Rafael dans la cage. La défense sera constitué avec une ligne à 4 où on retrouvera Gonzalez, Marques, Maietta et Cacciatore. Le milieu à 3 sera constitué de Romulo, Donati et Hallfredsson. Enfin on retrouvera Iturbe, Toni et Martinho dans le trident offensif.

.

Les dernières confrontations


1999/2000 : Hellas Verona 2-2 AS Roma (Tommasi, Montella)
2000/2001 : Hellas Verona 1-4 AS Roma (Candela, Totti, Batistuta x2)
2001/2002 : Hellas Verona 1-1 AS Roma (Samuel)

AS Roma et Hellas Verona ne se sont affrontés qu’à 3 reprises depuis le début de ce siècle en Serie A. Et le bilan est positif pour la Louve, puisqu’on y retrouve deux matchs nuls et une victoire. On notera cependant que la Roma y a toujours encaissé au moins un but, même si elle a toujours marqué également.

.

Le duel du match

Mattia Destro / Luca Toni : Un duel générationnel entre deux buteurs italiens. D’un côté l’un qui fait le passé de la Roma et de l’Italie, et de l’autre un qui peut écrire le futur de la Louve et la Squadra Azzurra. Mattia Destro est âgé de 22 ans, tandis que Luca Toni est âgé de 36 ans : 14 ans sépare donc ces deux attaquants de race. Depuis le début de saison, l’attaquant giallorosso a joué 290 minutes (6 matchs, dont 3 titulaires) et a inscrit 4 buts, soit un ratio de un but toute les 72 minutes. De son côté l’attaquant de Verona a disputé 1510 minutes (17 matchs) et a inscrit 9 buts, soit un ratio de un but toutes les 167 minutes. Si l’on compare à plus grandes échelles, Toni a scoré 118 fois depuis le début de sa carrière en Serie A, contre 24 fois pour Destro. Mais s’ils ont tous les deux des statistiques intéressantes, ils dégagent cependant un profil différent. Le champion du monde italien possède le classique attaquant de pivot, dépassant le mètre 90 et très fort dos au but. Il a cette qualité de conservation de balle et pèse énormément dans le domaine aérien, principalement dans la surface. De son côté, le fraîchement international italien possède un jeu plus complet et plus mobile, en étant à la fois capable de se battre physiquement, mais surtout doté de bons appels et mouvements dans la profondeur. Destro est le profil type de l’attaquant moderne, capable de partir de loin en misant sur sa vitesse et sa technique, mais également de conclure dans la surface grâce à un sens du placement inné.


L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Paolo Mazzoleni. Cet arbitre a dirigé à 10 reprises l’AS Roma pour un bilan de 5 victoires, 4 nuls et 1 seule défaite. C’est la première fois qu’il arbitre la Louve cette saison, contrairement à l’an passé où il a dirigé les nuls contre la Sampdoria et la Lazio (1-1), et les victoires à Sienne (1-3) et Fiorentina (0-1). Fait étonnant, Totti marque très souvent avec cet arbitre. Il a en effet scoré à 8 reprises en 8 matchs joués.

De son côté, le Hellas Verona n’a jamais gagné avec cet arbitre en 7 matchs officiels (dont 6 en Serie B et 1 en Coppa), avec 3 nuls et 4 défaites.

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Torosidis-Benatia-Castan-Dodo
De Rossi
Pjanic-Strootman

Ljajic-Destro-Gervinho

Remplaçants: Lobont, Skorupski, Maicon, Jedvaj, Nainggolan, Marquinho, Florenzi, Ricci, Caprari, Totti.
Blessé(s): Balzaretti, Romagnoli
Suspendu: /
Diffidati: Maicon, Pjanic, Florenzi, Ljajic.

Hellas Verona (4-3-3): Rafael; Gonzalez, Marques, Maietta, Cacciatore, ; Romulo, Donati, Hallfredsson; Iturbe, Toni, Martinho.