Un coup de nitro dès le départ, puis la gestion

Après la débâcle de Borisov en Champions League, les hommes de Rudi Garcia ont su reprendre leur chemin en Serie A, avec un second succès de suite (après Carpi, 5-1), sur la pelouse de Palerme (4-2). L’AS Roma, grâce à un doublé de Gervinho, passera cette trêve internationale à la 4ème place du classement.

4-4-1-1: Comme le nouveau système instauré par le mister Rudi Garcia face à Palerme : Alessandro Florenzi et Iago Falque dans les couloirs, Radja Nainggolan et Miralem Pjanic à la récupération, avec Mohamed Salah en soutien de Gervinho.

108 : Comme le nombre de secondes qu’il aura fallu à Miralem Pjanic pour marquer le premier but de la rencontre, et… le but le plus rapide de la saison 2015/2016 en Serie A.

60 : Comme le nombre de possession de balle en % qu’a eu la Roma face à Palerme. Le paradoxe vient du fait que la Louve n’a eu que 32% de sa propre possession dans la moitié de terrain adverse, pendant que les siciliens ont eu 58% de leur propre possession dans la moitié de terrain adverse. Le quart d’heure le plus serré en terme de possession de balle fût entre la 60 et 75ème minute.

50 : Comme le nombre de matchs joués avec l’AS Roma par Kostas Manolas, dont 40 lors de la saison passée. Il a joué 37 matchs en championnat (dont 30 la saison dernière), 12 en Coupe d’Europe (dont 8 en Champions League) et 1 en Coupe d’Italie. Il n’a inscrit qu’un seul but, le week-end passé face à Carpi. 

32 : Comme la vitesse maximum, en kilomètre/heure, atteinte par Gervinho (32,29km/h) et Mohamed Salah (32,2km/h) sur un sprint.

26 : Comme le nombre de minutes qu’il aura fallu à la Louve pour inscrire 3 buts. Soit entre la 2ème et la 28ème minute.

17 : Comme le nombre de buts inscrits par la Roma durant ces 7 premières journées de Serie A, soit 2.4 buts/match. Cela en fait logiquement la meilleure attaque du championnat.
Avec la Champions League, cela fait 20 buts inscrits en 9 matchs (soit 2.2 buts/match).

16 : Comme le nombre d’actions offensives de la Roma qui sont passé soit sur le côté gauche soit par l’axe, sur un total de 17 actions. En effet, une seule action est venu du côté droit.

10 : Comme le nombre de tirs cadrés par les giallorossi, dont 4 ont trouvé le chemin des filets. Palerme a lui trouvé 7 fois le cadre, pour 2 but. Les rosaneri ont également tiré 9 fois sans trouver le cadre, contre une fois pour les romanisti.

10 (bis) : Comme le nombre de kilomètres parcourus par Miralem Pjanic (10,8km) et Radja Nainggolan (10km). Le podium est conclu par Lucas Digne avec 9,5km. 

9 : Comme le nombre de buts inscrits par l’AS Roma durant les 2 derniers matchs de Serie A. Il s’agit d’un record sous l’ère Garcia, juste devant les 8 buts inscrits face à Bologne (5-0) et l’Inter (0-3).

9 (bis) : Comme le nombre de buts encaissés par les giallorossi durant ces 7 premières journées, soit une moyenne supérieure à 1 but/match encaissé. Durant ces rencontres, seulement une fois le gardien a terminé le match avec un clean-sheet (face à Frosinone) en 9 matchs (toutes compétitions confondues).

4 : Comme le nombre de buts de Gervinho en l’espace de 3 matchs. Muet en fin de saison passée, et en ce début de saison, il aura scoré durant ces 3 dernières rencontres : un but contre Carpi, un but contre Borisov et ce doublé face à Palerme. Il est pour le moment le meilleur buteur, toutes compétitions confondues. Il n’avait pas marqué durant deux matchs consécutifs, depuis la saison 2013/2014 avec la 5ème et 6ème journée (but contre la Samp, puis doublé contre Bologne).

4 (bis) : Comme le nombre de passes décisives pour Miralem Pjanic, qui sert involontairement Alessandro Florenzi sur le second but. Un très bon total, si on se rappelle qu’il n’a pour le moment joué que 6 matchs en championnat.

3 : Comme le nombre de buts inscrits par Pjanic en Serie A. Après ces 2 coup-franc face à la Juventus et Frosinone, c’est lui qui a ouvert le score en Sicile, concluant une belle action collective. Le bosniaque semble bien parti pour battre son record de buts (6, en 2013/2014) et son record de passes décisives (10, en 2014/2015).

3 (bis) : Comme le nombre de buts toutes compétitions confondues de Florenzi en ce début de saison. Après une belle frappe croisée lors du premier match à Verona, et son chef-d’oeuvre face au FC Barcelone, le polyvalent italien (qui jouait pour la première fois au milieu) a inscrit le second but du match. A signaler que son record sur l’ensemble d’une saison est 6 réalisations (tous en Serie A), en 2013/2014.

2 : Comme le nombre de buts encaissés par les romanisti face à Palerme. Cela est la 4ème fois, cette saison, en 9 matchs que les hommes de Garcia ont encaissé 2 buts. Pas de jaloux, cela est arrivé deux fois à Morgan De Sanctis (Sassuolo et Sampdoria), et deux fois à Wojciech Szczesny (BATE Borisov et Palermo).

1 : Comme le nombre de match joué par Norbert Gyomber et Emerson Palmieri avec la Louve. Le brésilien est rentré dans une position plus offensive au sein du couloir gauche, juste devant Lucas Digne, dans le 4-4-2. Le slovaque est lui rentrer dans une position de milieu de terrain, un peu devant Vasilis Torosidis, en montrant son grand gabarie et sa bonne technique.

1 (bis) : Comme le nombre de cartons jaunes pris par Manolas et Nainggolan cette saison. En effet, le grec et le belge (qui ont joué chacune des 7 rencontres de championnat, comme Salah) n’avait pas encore pris de biscotte en Serie A jusqu’ici. Il n’aura fallu que quelques minutes à Emerson pour prendre son premier jaune de la saison.

Twitter: @Romanista35