Un choc pour relancer la machine

Depuis le derby gagné face à la Lazio, l’AS Roma a enchaîné une série de 5 matchs sans victoire (3 nuls et 2 défaites). L’objectif est donc de retrouver le succès, face à un Napoli en état de grâce sur sa pelouse du San Paolo. Ce match et le Juventus-Fiorentina peuvent redistribuer les cartes de la course aux premières places.

.

La conférence de presse de Garcia.

« Salah et Gervinho peuvent débuter »

« Les conditions de Gervinho et Salah ? Salah va bien, il ne devait pas jouer plus de 45 minutes mercredi, maintenant il peut être titulaire ou entrer en cours de match. Même chose pour Gervinho, on a fait un test et on a pas voulu prendre de risque. Il n’aura pas 90 minutes demain mais il peut débuter. L’enthousiasme que peut donner la qualification en Champions League ? Arriver qualifié est important. En février ça sera une autre Roma, avec tous ses joueurs, il n’y aura plus de pression, on recommencera comme des chefs en Champions League. On verra le tirage lundi, on est très content d’être qualifié, c’était notre objectif, on l’a fait en souffrant mais je rappelle qu’on a bien joué et perdu contre Sampdoria et Inter. Les joueurs ont bien géré la fin, ce n’était pas facile. On voulait gagner, marquer, on a essayé mais c’était important de ne pas prendre de but dans les 10 dernières minutes, on savait que le nul pouvait nous qualifier. Si l’élément stade peut être décisif au titre ? J’ai aimé la réponse de Florenzi. Je pense comme lui, je préfère être sifflé par 70 000 personnes. Cela veut dire qu’au début du match les joueurs voient un stade plein, ce qui leur donne de la force. Les choses peuvent être négatives mais aussi positives : pression sur l’adversaire, l’arbitre, on sait qu’ils pèsent. J’espère que l’Olimpico se re-remplisse, puis ce sera à nous de faire des résultats pour avoir la tifoseria derrière nous. Ce qui me frappe le plus dans le jeu de Sarri ? Higuain a très bien joéu depuis qu’il est en Italie, il est là depuis longtemps, il s’est intégré parce qu’il a eu le temps, ça fait partie du championnat italien. Ils ont des grands champions, Sarri est un bon entraîneur, il a un jeu dangereux car ils marquent, ils ont une spécificité défensive et ils jouent verticalement. Ils ont des combinaisons sur les corners et coup-francs, on dirait que l’équipe la plus faible d’Italie va chez la meilleure, d’après ce que j’entends… Si je changerais quelque chose derrière ? On sent un peu de résignation ? On dirait que le match est déjà perdu, on peut seulement faire mieux. On dirait la veille du derby, où on était fatigué et eux ils avaient fait le turnover, puis on a montré qu’on pouvait faire un bon match. On dirait le match contre la Fiorentina, quand on était pas brillant. Les joueurs doivent tout donner sur ce match et les trois derniers de l’année, mais on va pas à l’abattoir.

« Dzeko est un grand homme et un grand joueur »

Qu’est-ce que le match de demain peut changer au niveau de la confiance ? On ne sera même pas à mi-championnat, celui qui gagne demain ne gagnera pas le scudetto et celui qui perd ne sera pas hors de la course. On ne pense pas à ça, on pense à faire un résultat positif, on jouera contre une équipe de grande qualité. On se concentrera seulement sur ça. Le Napoli se base beaucoup sur Higuain. Si on peut l’arrêter ? On le saura demain. C’est un grand champion, comme notre attaquant. On ne doit pas avoir juste un plan anti-Higuain, ils ont Mertens, Insigne, Callejon et Hamsik, on le sait. On est un peu moins bons en ce moment, mais on peut montrer que la première attaque de Serie A est toujours là. Si je sens la confiance de Pallotta ? Je ne parle pas avec vous de ce que je dis dans la vestiaire ou avec la società. Le président a vu le prefet, il veut tout faire pour mettre les tifosi dans les meilleures conditions pour supporter l’équipe, c’est un fait. Il fait toujours tout pour le bien de la Roma. Comment Dzeko vit ce moment ? Si on s’attendait à ces difficultés ? Il est là depuis peu, il doit apprendre un autre football, c’est normal qu’il faille du temps. Chaque attaquant vit ce moment, c’est arrivé aux meilleurs buteurs du monde une période sans marquer. J’étais pas buteur, mais il ne faut pas avoir l’obsession du but. Tant que l’attaquant travaille pour l’équipe, les buts arriveront tout seul. Il travaille à l’entraînement, il est serein, il n’en fera pas une obsession. Si l’équipe gagne tout va bien, et c’est mieux pour lui. On doit avoir cette attitude, il marquera beaucoup, c’est un grand homme et joueur. Malgré le passage du tour il y a du scepticisme. Pourquoi ? On ne dit pas que tout va bien, mais tout ne va pas mal. Avec les deux points qu’on devrait avoir, ceux de Torino, le jugement serait différent. Je dois équilibrer. On souffre depuis le début de saison avec l’Olimpico vide, ne pas avoir le coeur du tifo nous manque. C’est toujours ainsi, quand le stade est vide on a l’occasion d’avoir une arme en plus. J’espère que stade redevienne plein. Il y a eu des rumeurs sur une dispute entre Pjanic et Manolas, si ça peut être bon signe ? Bien sûr, ça prouve que l’équipe est vivante, qu’elle veut gagner, qu’elle n’est pas content quand ce n’est pas le cas. La fin du match contre le BATE était particulière, on devait gagner mais ne pas prendre de but, ils étaient nerveux, ils voulaient gagner. Un peu de nervosité vu la fin du match c’est normal. Ils ont clarifié la situation, ce sont deux hommes importants du vestiaire et sur le terrain, j’aime ça. Ils doivent rester dans le respect, le respect est une chose très importante que je ne vois pas partout mais que je vois dans le vestiaire. Ceux qui ont joué au football savent que c’est quelque chose qui arrive ».

.

.

Du côté de Trigoria

Le début de saison se montre compliqué, avec un bilan de 8 victoires, 4 nuls et 3 défaites. A l’extérieur, le bilan est de 3 victoires, 2 nuls et 2 défaites (Sampdoria et Inter). Suite au revers sur le terrain de la Samp, malgré une excellente prestation dans le jeu, l’équipe a su réagir en l’emportant 5 fois consécutivement. Malheureusement, il eût cette rechute sur le terrain de l’Inter, avec une défaite (1-0) imméritée. L’église a été remis au milieu du village, avec le succès lors du derby (2-0) face à la Lazio. Juste après cette trêve internationale, la Louve a pris l’eau dans le bourbier de Bologne, avec un score de 2-2 (deux penalty de Edin Dzeko et Miralem Pjanic) dans un véritable déluge. Mais c’est le week-end dernier, avec la défaite (2-0) face à l’Atalanta, que la Roma a pris un gros coup derrière la tête. Cela ne s’est pas vraiment amélioré, avec le 1-1 sur le terrain du Torino, et l’égalisation à la dernière minute. La qualification, malgré le 0-0 face au BATE à domicile, a ramené une petite dose de bonheur.

Pour cette 15ème journée de Serie A, le mister français récupère certains joueurs. Mohamed Salah et Gervinho sont de nouveau opérationnel, pendant que Maicon fait son retour de suspension. Revenu récemment à l’entraînement collectif, Francesco Totti a été jugé encore un peu juste physiquement. Sont par contre absents Kevin Strootman, Ezequiel Ponce, Elio Capradossi (genou) et Vasilis Torosidis. L’équipe devrait être tout proche de la meilleure possible sur le papier, avec le retour comme titulaire de l’égyptien, qui accompagnera Edin Dzeko et Iago Falque devant.

Les convoqués de Rudi Garcia face au Napoli

.

L’adversaire du jour

Le Napoli réalise un très bon début de saison, avec un bilan de 9 victoires, 4 nuls et seulement 2 défaites. Un de ses deux revers est d’ailleurs arrivé le week-end passé, sur la pelouse de Bologne; tandis que l’autre était arrivé lors de la 1ère journée à Sassuolo. Le bilan est encore plus convaincant à domicile, avec 6 succès et 1 petit nul (2-2 face à la Sampdoria lors de la 2ème journée); pour 16 buts marqués et 5 encaissés. Avant cette défaite à Bologne, les azzurri restaient sur une série impressionnante de 18 matchs sans la moindre défaite, dont 14 victoires. Mieux encore, ils ont réussi une série de 12 victoires sur les 13 matchs précédents Bologne. Autant dire que la Roma s’attaque à une montagne, sur son propre terrain. 

Sur le mercato, l’effectif un peu évolué l’été dernier. Côté arrivée, on citera Reina (Bayern), Hysaj, Valdifiori (Empoli), Gabriel (Milan), El Kaddouri (Torino), Chiriches (Tottenham) et Allan (Udinese). Côté départ, on signalera Andvelar (Cagliari), Acquah (Sampdoria), Obi (Inter), Zappacosta, Baselli (Atalanta), Belotti (Palermo) ou encore Prcic (Rennes). Côté départ, on signalera Andujar (Estudiantes), Britos (Watdord), Inler (Leicester), Mesto (fin de contrat), Michu (Swansea), Gargano (Monterrey), Zapata (Udinese) ou encore Vargas (Hoffenheim).

Pour demain, le mister Sarri alignera son traditionnel 4-3-3, avec un trident offensif de feu composé de Callejon, Higuain et Insigne. La bataille du milieu sera aussi importante avec Allan et sa touche athlétique, ainsi que Jorginho et Hamsik avec leur touche technique.

Les équipes probables de l’AS Roma et du Napoli

.

Les dernières confrontations

2014/2015 Napoli 2-0 AS Roma
2013/2014 Napoli 1-0 AS Roma
2013/2014 Napoli 3-0 AS Roma [Coppa Italia]
2012/2013 Napoli 4-1 AS Roma (Osvaldo)
2011/2012 Napoli 1-3 AS Roma (Lamela, Osvaldo, Simplicio)
2010/2011 Napoli 2-0 AS Roma
2009/2010 Napoli 2-2 AS Roma (Baptista, Vucinic)
2008/2009 Napoli 0-3 AS Roma (Mexes, Juan, Vucinic)
2007/2008 Napoli 0-2 AS Roma (Perrotta, Totti)
2005/2006 Napoli 0-3 AS Roma (Aquilani, Nonda, Okaka) [Coppa Italia]
2000/2001 Napoli 2-2 AS Roma (Baptistuta, Totti)
1997/1998 Napoli 0-2 AS Roma (Totti, Di Biagio)

Lors des 12 derniers déplacements sur le terrain de Naples, le bilan est de 5 victoires, 2 nuls et 5 défaites. Sur ces revers, on en retrouve cependant 4 sur les 4 dernières confrontations. En effet, si la Louve l’a emporté à trois reprises à l’Olimpico lors des dernières confrontations, cela a été l’effet inverse à Naples. Il faut remonter à l’ère Luis Enrique, pour retrouver la dernière victoire, avec un succès sur le score de 3-1.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Nicola Rizzoli. Cet arbitre a dirigé à 32 reprises l’AS Roma pour un bilan de 13 victoires, 11 nuls et 8 défaites. Les trois dernières victoires étaient à domicile, face à des grosses écuries : en fin de saison dernière face au Napoli (1-0, Pjanic) et la Lazio (2-1, Iturbe et Mapou), ainsi qu’en début de saison face à la Juventus (2-1, Pjanic et Dzeko). A l’inverse, les dernières défaite étaient en déplacement : récemment sur la pelouse de l’Inter (1-0) et en janvier 2014, avec le revers 3-0 sur la pelouse de la Juventus.

Le bilan du Napoli avec Mr Rizzoli est de 6 victoires (le 4-0 face au Milan AC cette saison à domicile), 10 nuls et 7 défaites.

Twitter: @Romanista35 / @CyrilBaldassari