Site AS ROMA

Un 10/10 dans la douleur

Après une victoire au forceps sur la pelouse de l’Udinese (but de Bradley), l’AS Roma a récidivé dans la difficulté face au Chievo, lors d’un match totalement fermé. Pourtant invisible jusque là, Borriello aura réussi à ouvrir le cadenas gialloblu, pour offrir ce 10ème succès tant attendu par le peuple giallorosso.

Comment on pouvait s’y attendre, la rencontre début sur un rythme assez lent, et un match qui s’annonce déjà fermé. Le constat est clair : Le Chievo campe devant sa surface, avec la Louve qui se place dans la moitié de terrain adverse. La Roma tente d’abord par des frappes de loin, notamment par Marquinho et Strootman, mais sans inquiéter le gardien adverse. Les giallorossi concèdent peu de terrain à leurs adversaires et se montre assez serein dans le domaine défensif. Castan subira cependant rapidement un carton jaune, qui le suspendra dimanche face au Torino. Le jeu penche principalement à droite, avec un Torosidis qui tente d’apporter la supériorité numérique. Le grec profite d’une une-deux avec Ljajic pour effectuer un centre au cordeau, qui est capté difficilement par le gardien gialloblu. Les romanisti innovent, sur un coup franc de Pjanic qui voit Ljajic prendre la profondeur derrière le mur, mais cela ne donne rien. Aucune occasion importante à se mettre sous la dent, avec une dernière tentative de la tête signé De Rossi, suite à un centre de Dodo (qui montre du progrès dans l’aspect défensif), qui n’inquiète pas le Chievo. Le mister Rudi Garcia devra trouver des solutions pour cette seconde période.

Comme on pouvait s’y attendre, le mur jaune se renferme de plus en plus à chaque minute qui passe. La Roma a beau faire tourner et conserver le ballon, cela amène une possession de balle stérile, où aucune occasion franche en ressort. Garcia décide alors de faire entrer son joker Florenzi en place du décevant Marquinho. Dès lors, Borriello capte le ballon dans la surface et remise pour Pjanic à l’entrée de la surface, mais la frappe du bosniaque trouve une jambe adverse sur sa trajectoire. Et le but libérateur arrive à la 68ème minute : Florenzi s’infiltre dans la surface sur la gauche, et réalise un centre qui trouve Borriello. Ce dernier, pourtant peu présent jusqu’ici, inscrit son premier but de la saison et délivre tout un stade. Le plus dur semble ainsi fait. Mais voila, 5 minutes plus tard le Chievo est proche de l’égalisation : Hetemaj tente une frappe lointaine qui oblige De Sanctis a relâché sa balle. Fort heureusement Paloschi, qui avait suivi, se retrouve hors-jeu. Le match se crispe alors, et les contacts se font de plus en plus rugueux. Pjanic et Ljajic écoperont notamment d’un carton jaune. A 10 minutes de la fin, la Louve est proche de retrouver la faille. Balzaretti trouve Florenzi à l’entrée de la surface qui, juste avant d’être fauché, remise pour Borriello. Le n°88 frappe du pied gauche, mais voit sa frappe contrée. La Roma tient sa 10ème victoire, et la dernière occasion arrivera d’un coup franc excentré de Ljajic, dégagé en corner par le gardien; Avant que De Sanctis capte dans les arrêts de jeu un coup franc lointain adverse.

Comme face à l’Udinese, une victoire acquise de la plus petite des marges, qui coincident cependant avec la 10ème victoire de la saison. Les hommes de Garcia devront maintenant avoir la tête au Torino, dimanche soir, pour aller chercher le record de Luciano Spalletti qui avait obtenu 11 victoires de suite lors de la saison 2005/2006.