Site AS ROMA

Uçan, Le longiligne turc aux pieds d’or

Après Sanabria et Paredes, le site CSR vous présente la biographie de la toute jeune carrière du turc Salih Uçan, avant d’affronter le Fenerbahçe ce mardi. Le milieu de terrain de 20 ans arrive du « Fener », où il peinait à obtenir un temps de jeu conséquent. Avec son n°48, Uçan a pu se mettre en évidence durant ce début de préparation avec Rudi Garcia.

Les débuts en deuxième division de Turquie, à 16 ans

Salih Uçan est né dans les tous premiers jours de l’année 1994, plus précisément le 6 janvier. Le jeune turc est natif de la ville de Marmaris, situé dans la province de Mugla (au bord de la mer Méditerranée et face à l’île grecque de Rhodes), petit port étant l’un des lieux les plus touristiques du pays. D’abord formé chez les jeunes du Marmaris Belediyespor, où il joue de 10 ans à 14 ans, il va ensuite rejoindre durant l’été 2008 la ville d’Izmir et le club de Bucaspor, évoluant en seconde division. Il va lors des deux premières années évoluer chez les U16 du club (de 14 à 16 ans), et ses bonnes prestations lui feront déjà signer son premier contrat professionnel en 2010. Lors de la saison 2010/2011, il ne débute pas en championnat mais dispute tout de même deux rencontres en coupe de Turquie, alors qu’il n’est même pas encore âgé de 17 ans. C’est lors de la saison suivante, en 2011/2012, qu’il va définitivement exploser sur la scène nationale. Le milieu de terrain d’1m83 joue en effet pas moins de 25 rencontres, pour 1 but et 3 passes décisives. Salih illumine alors de son empreinte la « Türkcell Super Lig ». Alors âgé de 18 ans, et que son club actuel stagne en milieu de table (12ème place), le chevelu turc comprend qu’il est temps de passer un cap et de rejoindre la première division.

Le premier but sur la scène européenne et en championnat turc, en l’espace de trois jours

C’est alors qu’il attire les convoitises des trois grands clubs stambouliotes, mais c’est le Fenerbahçe qui remporte la mise en juin 2012 pour le jeunot de 18 ans, contre la somme d’1,4 millions d’euros et Okan Alkan (joueur âgé de 20 ans). Il signe un contrat de 5 ans, le liant au club des « jaunes et noirs » jusqu’en 2017. S’il ne débutera sur la fin d’année 2012, il aura l’occasion de montrer toute l’étendue de son talent dès les premiers mois de l’année 2013, avec de nombreux matchs en Coupe d’Italie (9 au total. S’il n’est pas titulaire en championnat, il fera cependant sa première entrée face à l’Antalyaspor (lors d’une défaite 3-1, à domicile). Son temps de jeu augmentera un peu plus lors de la seconde partie de saison, où il jouera notamment 7 matchs en Europa League, avec entre-autre son premier but (et unique jusqu’ici) sur la scène européenne face aux tchèques du Vitkoria Plzen. Un but qui offre la qualification vers les 1/4 de finales de la compétition, face à… la Lazio. Une double-confrontation qui le fera définitivement rentrer dans les radars giallorossi, même s’il est probable que Walter Sabatini le suivait déjà auparavant. Le week-end suivant sa réalisation européenne, il débloque également son compteur but en championnat, toujours face à l’Antalyaspor.

Une fin de saison au « Fener » en boulet de canon, et le Mondial U20

Suite à une blessure avec la Turquie U20 (lui qui exprime lui-même devoir progresser sur le plan physique), il retrouve les pelouses début avril, avec notamment une entrée en jeu face aux laziale à l’Olimpico. Trois jours plus tard, le 7 avril, profitant d’une blessure de Topal, il débute titulaire face à l’Orduspor en championnat, où il inscrit son premier doublé professionnel, offrant la victoire (2-0) aux siens. Deux magnifiques buts qui feront le tour de la toile : d’abord une frappe du plat du pied, puis un lob façon Francesco Totti en dehors de la surface. Lors de cette première saison au haut niveau, il disputera 26 rencontres, pour notamment 4 buts. Une grande performance, du haut de ses 18-19 ans. Au terme de cette saison, il participe lors du mois de juin au Mondial U20, qui se joue chez lui en Turquie. Après être sorti de la poule avec la Colombie, son aventure s’arrêtera en 1/8ème de finale, face à la France de Pogba future championne du Monde. Uçan disputera les 4 rencontres, dont 3 titulaires, et inscrira 1 but contre le Salvador. A noter que lors de cette compétition, il fût insulté tout du long de la rencontre face à l’Australie (du jeune Daniel De Silva, milieu classe 96 qui rejoindra la Louve l’été prochain), qui se jouait à Trabzonspor, ennemi juré du « Fener ».

Une seconde saison mitigée, puis le transfert à l’AS Roma

La saison 2013/2014 fût paradoxalement plus compliqué. S’il joue plus souvent en championnat, notamment 16 apparitions en 36 matchs, mais surtout ne joue qu’un petit match en coupe de Turquie et aucun en Europe. Déjà lors du mercato de janvier, l’AS Roma fait une offre au club turc, mais ces derniers rejettent la proposition giallorossa. Cela ne sera que partie remise. En effet, alors que le Fenerbahçe recrute le brésilien Diego (arrivant de l’Atletico Madrid), Uçan demande alors à ses dirigeants d’accepte la proposition de la Roma. Le président essayera de convaincre son joueur, mais devra contenter son envie. Salih Uçan, qui a comme modèles Franck Lampard et Sergio Busquets, débarque à Rome avec le n°48, et intègre directement le groupe de Rudi Garcia, malgré les rumeurs d’une première année en prêt. La forme est de son transfert (avec un salaire passant pour lui de 0,2 à 0,7 million par an) est un prêt de deux ans (contre 4,5 millions d’euros), avec à ce terme une option d’achat fixé à 11 millions d’euros. Salih épate des ses premières apparitions avec le maillot romanista, où il inscrit notamment son premier but face à l’Indonésie U23. Il emmagasine un temps de jeu important lors de la tournée américaine, notamment grâce au retour tardif de Miralem Pjanic. Uçan montre déjà sa qualité indéniable balle au pied et sa vision du jeu, où il est placé dans une position de numéro 8 au milieu du terrain. Celui qui a promis de se couper « un peu » les cheveux s’il devait marquer lors du derby face à la Lazio, devrait être la première alternative au bosniaque Pjanic à la création de l’entre-jeu.

Les chiffres du transfert de Salih Uçan, du Fenerbahçe vers l’AS Roma

La conférence de presse de présentation de Salih Uçan à l’AS Roma