Photo tirée du site Gazzettaregionale.it

Daniele Trasciani, défenseur de la Primavera de l’AS Roma, auteur de 29 matchs cette saison (dont 6 en UEFA Youth League), s’est exprimé au micro de Roma TV :

« Chaque fois que je rentre sur le terrain, il y a toujours la même émotion. On ne s’habitue jamais à lire l’écriteau ‘AS Roma’. Football dans l’ADN ? Oui, mon père a joué au niveau amateur et il a évolué dans toutes les catégories. Grâce à lui j’ai cette passion. Le passage de la Romulea à la Roma ? En réalité, je ne comprenais pas ce qu’il se passait, j’étais trop jeune. Je suis venu faire un essai, avec 50 autres enfants, et je pensais que jamais j’aurais été choisi. J’étais avant-centre, et dès que je suis arrivé ici ils m’ont fait reculer. Mon père était défenseur central, j’aimais l’idée d’être comme lui. Depuis ce jour j’ai toujours été défenseur central, parfois latéral, et rarement on m’a placé devant quand il y avait un score à récupérer. Pourquoi la génération 2000 s’est autant perdu en chemin ? Belle question. Nous étions peut-être trop joyeux, nous voulions trop nous divertir. C’est normal de s’amuser, mais quand on vient ici il faut aussi du dévouement. Peut-être que ce groupe n’a pas eu le juste sérieux. Je parle encore avec beaucoup de ces joueurs, nous étions très liés même si nous nous sommes souvent battus. C’était plus de l’amour que de la rage.

Le brassard de capitaine ? J’ai eu la chance de le porter pendant longtemps. Le premier à me le donner fut Baroni lors d’un derby. Depuis ce jour, je l’ai porté durant deux ans, et je l’ai récupéré en U17. Pourquoi le prêt à Cesena l’an passé ? Je devais rester, puis je me suis rendu compte que je jouerais peu, c’est normal pour la première année en Primavera. Nous avons décidé avec la società et l’entraîneur que cette expérience serait utile. Là-bas j’ai grand comme homme, sans mes parents : c’était la première fois que je quittais le foyer familial. Pourquoi je ne marque plus de la tête ? Je n’ai pas réussi à le faire cette saison, ça me manque. Même ma mère me le dit souvent. Le retour cet été à Trigoria ? Cela a été étrange, je suis parti en étant le plus jeune et je suis revenu en étant le plus âgé. Puis beaucoup de mon groupe n’étaient plus là, mais les 2001 sont tous des personnes sympathiques et éduquées, je me suis rapidement bien trouvé. Nous sommes un beau groupe, nous sommes très soudés et nous nous disputons jamais. Objectif pour la fin de saison ? Clairement le scudetto : nous avons les cartes en main pour le conquérir. Je veux quitter la Roma en ayant gagné quelque chose, et cela serait la cerise sur le gâteau ».