Site AS ROMA

Totti, Immense Capitano Giallorosso

Elle s’est fait attendre, avec impatience pour certains, avec sérénité pour d’autres mais elle est enfin arrivée ! Francesco « Er Puppone » Totti a finalement signé pour ce qui seront ses dernières années de footballeur, que cela soit sous le Maillot de son club de toujours, ou bien en tant que héros de tout un peuple. Focus sur un joueur qui vient de fêter aujourd’hui même ses 37 ans et qui a non seulement marqué l’histoire de la Roma, qui a battu bien des records, et qui continue encore à épater le monde du Football.

Si vous venez à parler de la Roma, vous parlez d’office de Francesco, du Maillot Giallorosso et de cette belle ville qui a donné naissance à ce grand joueur, dont il devient difficile de contester les qualités. Francesco, né le 27septembre 1976, est un milieu offensif de formation avec une qualité technique et une intelligence de jeu sans pareil.

Son aventure Giallorossa, histoire et chiffres.

C’était il y a un peu plus de 20 ans, Francesco rentrait dans le monde du football professionnel avec l’équipe pour laquelle il donnera tout : l’AS ROMA, équipe dont il est lui-même un tifoso. Son premier match sera contre Brescia, un après-midi de (28) mars 1993. Mais son premier but ne viendra qu’en 1994 (4 septembre) contre Foggia.

Pour voir la carrière de Francesco Totti décoller réellement, il faut attendre 1997, qui correspond à l’arrivé de l’entraineur Zdenek Zeman avec son indéboulonnable 4-3-3 où Totti sera cantonné dans le couloir gauche. Rôle qu’il assumera totalement et qu’il reprendra plus que correctement 13 ans plus tard lors du retour du Bohème. Les années Zeman correspondent à celles où Totti reçoit d’Aldair son brassard de Capitano, qu’il gardera encore 20 ans plus tard. Faisant de lui le plus long Capitaine de la Roma de l’histoire. Francesco verra ses qualités offensives accrue lors de l’arrivé de Fabio Capello, avec qui il gagnera le troisième scudetto de la Roma. Lors cette saison, 2000-2001, Totti inscrira 13 buts en 30 match, ce qui sera son meilleur chiffre jusqu’ici. Cette même année il inscrira le 3ème but romain lors de la supercoppa contre la Fiorentina (3-0). D’année en année, les stats d’Er Puppone s’amélioreront sans cesse. Son premier triplé ? Face à Brescia en 2002 (3-2). Son 100e but toute compétition confondue ? Face au Real la même année. La dernière année de Capello sera pour lui une très bonne année : 20 buts en 31match et finissant 3e meilleur buteur de la saison 2003-2004.

L’arrivée de Spalletti (en 2005), après une vague répétée d’entraineurs (lire), correspond à des records et quelques titres. En effet ce dernier décide de faire jouer Francesco comme un véritable attaquant. C’est la saison suivant son glorieux mondial que Francesco est sacré meilleur buteur Européen (26 réalisations et synonyme de soulier d’or), avant la longue lignée des Messi-Ronaldo. Cette même année il remporte la coupe d’Italie en infligeant une raclé à l’inter (6-2) ainsi que la super coupe d’Italie. Malgré tout, nous ne pouvons oublier que cette même année, Francesco a du voir son équipe se prendre une déroute monumentale face au Manchester United champion (Ferdinand affirme qu’il s’agissait de son meilleur match).

C’est en 2008 que Francesco dépasse le cap des 500 match toutes compétitions confondues, année où la Roma fini 2e du championnat.
C’est en 2009 que Totti réinscrit encore un triplé : celui de Bari (3-1). En 2010 on décernera, à Monaco, le Golden Boy à Francesco.
Quelques bons dans l’Histoire maintenant : 2011. Face à la Fiorentina, Totti dépasse le cap des 200 buts, mais cette foi en SERIE A.

La Roma de Luis Enrique sera désillusion pour Francesco. En effet, même si (à 35 ans) Totti devient le meilleur buteur de l’histoire sous un même maillot (devançant ainsi Gunnar Nordhal) Totti voit sa Roma privée de compétition Européenne (ce qui n’était pas arrivé depuis 15 ans). Mais les chiffres parlant continuellement d’eux même, Francesco réalise la pire saison de toute sa carrière (seulement 8 buts en 27 rencontres), bien que cette année-là il atteignait le cap des 500 présences (le faisant passer joueur le plus capé du club). On peut aussi souligner que Totti s’est vu décerner par L’IHHP le titre de « joueur le plus populaire » d’Europe.

Le retour de Zeman sera une bénédiction pour le Puppone. En effet, depuis peu Francesco prend un diététicien personnel ainsi qu’un préparateur physique. Il est remanié au poste qu’il a connu autrefois sous le même entraineur (et ami). Les choses tournent bien pour Totti : 13 buts en 34 rencontres, pour un vieux de 36 ans c’est pas mal ! Surtout qu’il devient, face à Parma, le deuxième meilleur joueur de l’histoire de la Serie A avec 226 réalisations. Dépassant Nordhal et se positionnant en dessous de Silvio Piola (274). Malgré le départ du Bohémien, les performances de Totti ne se dégraderont pas. Pour l’anecdote, la Gazzetta dello Sport le nomme meilleur joueur du Championnat avec une note de 6,79 le 10 décembre.
Dernière année en date, 2013-2014. L’arrivé de Rudi Garcia qui affirme que Totti est le meilleur joueur qu’il ait entrainé, s’annonce sous de beaux hospices pour lui. En effet, Totti en est à 228 gol en Serie A, et ne semble pas vouloir s’arrêter là puisqu’il en est déjà à 4 passes décisives et un but en Championnat.

Son aventure en Nazionale Italienne.

Dans son aventure en Nazionale, Totti se démarquera très tard, en effet il faudra attendre l’après mondial 1998 pour le voir jouer.
En 2000, Francesco est nommé meilleur joueur de l’Euro au cours duquel il inscrit 2 buts dont une panenka lors des tirs au but face aux Pays Bas de Van der Sar. Cette année-là, Totti récupère le numéro 10 de son grand ami et rival Alessandro Del Piero. Sous Trappatoni, en 2002, Totti devient titulaire devant Del Piero (qui sera cantonner au rôle de Vice-Totti), mais doit quitter ses coéquipiers dès les 1/8ème de finale pour expulsion litigieuse. L’Italie perdra au but en Or face à la Corée du Sud.

2004, cette année devait être l’année de Totti. Attendu et observé, Totti ne réussi pas son rendez-vous en crachant sur Christian Poulsen, L’Italie sera battu par ce qu’on appel le (« Biscotto »).

2006. Francesco Totti est blessé gravement face à Empoli. Participera au Mondial ou pas ? C’est alors qu’en pleine convalescence à l’hôpital, Marcelo Lippi (entraineur de la Nazionale et futur champion du monde) vient le voir à l’hôpital lui annonçant que même sur un jambe Totti devra venir au Mondial. Chose faite, Totti guéri de justesse et participera, mais avec une condition physique assez dégradée, ce qui obligera Lippi à utiliser en partie la tactique du Milan d’Ancelotti : Totti reprend le Rôle de KAKA’ avec Pirlo qui le couvre dans les phases offensives. Et puis Alessandro Del Piero peut très bien lui reprendre le flambeau. Totti qualifie son équipe contre l’Australie en demi finale sur un pénalty obtenu par Fabio Grosso et deviendra le co-meilleur passeur du Mondial (avec Andrea Pirlo et Luis Figo). Totti prend sa retraite en 2007 mais ne laissera jamais une porte fermée à un retour.

Vie privée et caractère.

Francesco est marié depuis 2005 à la belle Ilary Blasi avec qui il a eu un garçon Christian et une fille Chanel. C’est en leur honneur que Totti à sucer son pouce la première fois au Mondial 2006.
Totti est un joueur fort généreux de nature. Pour exemple, il a vendu les droit TV de son mariage (400 000 euros récoltés) pour donner les gains à des bonnes œuvres. En outre, il a réuni toutes les blagues sur lui dans un livre « tutti gli Balzarette su Totti » et donna les profits à des bonnes œuvres.
Même si Totti a eu quelques coups de sang (Crachats, coup de pied sur Balotelli, …) Totti reste un joueur fair-play. On dénombre cependant 16 cartons rouges sur toute sa carrière.

Francesco Totti, le héros éternel du peuple de la ville éternelle n’a pas encore fini d’en faire rêver. Son contrat lui rajoutant deux ans, ne laisse nul doute qu’il marquera encore l’histoire, une trace indélébile, nous vous laissons avec une belle musique de Piero Mirigliano en l’honneur de Francesco, avec l’introduction du grand Carlo Zampa ! Daje CESCO !

 

Pelé (Champion du Monde 58-62-70) : « Le meilleur joueur du monde même s’il a eu un peu de malchance. »

Diego Armando Maradona (Champion du Monde 86) : « Il est le meilleur joueur du Monde, plus convaincant que Zidane et Beckham. »

Marcello Lippi (entraineur de la Nazionale championne du Monde en 2006) : « le meilleur joueur des 20 dernières années. »

Roberto Mancini : « Il sait toujours être déterminant. »

Fiorentino Perez (président du Real Madrid) : « Lui chez les « Merengues » ? c’est un rêve que j’aurais jamais. »

Arrigo Sacchi : « Un des plus forts que j’ai jamais vu. »

Roberto Baggio : « Un des derniers vrai numéro DIX ».

José Mourinho, entraineur de Chelsea : « Le plus fort du championnat Italien ».

Alex Ferguson ex entraineur de Manchester United : « Totti est l’architecte de tout ce que la Roma fait ».