Site AS ROMA

Totti et Pallotta célèbrent la prolongation du Capitano

Ce vendredi 20 septembre 2013 était un jour attendu par toute la tifoseria giallorossa. Francesco Totti et James Pallotta ont participé à une conférence de presse qui a permis d’officialiser la prolongation de contrat du Capitano de l’AS Roma jusqu’en juin 2016, avec une reconversion comme dirigeant au sein du club.

James Pallotta a introduit la conférence de presse : « Je suis honoré que Francesco reste ici avec nous, j’aimerais lever un verre pour lui et pour la Roma, pour un futur radieux ».

Francesco Totti prend ensuite la parole : « Tout d’abord je voudrais remercier le président pour ce contrat soupiré, mais à la fin je pense que c’est ce que nous voulions tous, moi et la società. Je le remercie beaucoup parce qu’il me donne une autre possibilité d’endosser le seul maillot que j’ai toujours supporté et que j’ai toujours aimé. J’ai encore deux années de responsabilité et je sais que pendant ces deux ans on pourra faire de grandes choses. Merci pour cette nouvelle expérience américaine ».

Qu’en penses tu de Del Piero et Moratti ?
« Par rapport à Moratti je suis désolé qu’il passe la main, malheureusement dans le football il y a des périodes sombres et ils ont essayé de changer. Mais Moratti dans le football restera toujours une personne vraie, loyale, importante et estimée aussi par les non-interistes. La décision d’Alessandro d’aller jouer en Australie a été une décision personnelle, même si c’est un autre football. Il a été un symbole (bandiera) de la Juve et il n’a pas été traité comme moi à la Roma, et j’en suis fortement desolé pour lui. En ce qui me concerne, je suis extrêmement content d’être resté à ne porter qu’un unique maillot ».

Qu’attends-tu des trois prochaines années ?
« Faire des calculs maintenant est facile, au début de la saison tu te projettes toujours de manière positive et à la fin tu n’obtiens pas ce que tu veux. Par contre je pense que cette année on est parti avec le bon pied, on a trouvé une ossature d’équipe et un entraîneur compétent qui veut bien faire jouer l’équipe et surtout du respect, ce qui manquait ces derniers temps. A cette allure ça sera une Roma compétitive pour le futur ».

Quelle est l’image de ton passé giallorosso que tu retiens ? Laquelle voudrais-tu prendre à l’avenir ?
« Une photo dont je me souviens est celle du 17 juin 2001. Je m’en rappelle très bien, comme si c’était aujourd’hui. J’espère que celle du futur sera encore plus belle »

La Nazionale ?
« La vérité est que je n’y pense pas, je pense à bien faire avec la Roma. Après d’ici mai il faudra voir comment je serai physiquement et psychologiquement, j’ai déjà répété beaucoup de fois que mon maillot azzurro est celui de la Roma. Après il est normal que s’il se passait quelque chose à l’improviste je serai à disposition. C’est un « ni-oui, ni-non » ».

Question au Président, quelle type de garantie pouvez-vous donner aux supporters par rapport à la società ?
« J’ai la chance et le privilège d’être le président de la Roma seulement depuis juillet dernier, j’ai dis que l’on avait un programme quinquennal voir même plus long, mais j’ai ajouté que je serai déçu si nous ne serions pas compétitifs d’ici là. Si on considère la période en partant de l’année dernière je dirais qu’il y a eu divers changements positifs : d’abord, quand j’ai rencontré l’entraineur Rudi Garcia à New-York, la première question que je lui ai posée est quel type de rapport il avait avec l’équipe. Il m’a répondu qu’il aime son équipe et les joueurs. On a remarqué un changement significatif aussi durant la tournée américaine, au moins en ce qui concerne ma présidence. On a noté une relation particulière entre les joueurs, Francesco lui-même ressemblait à un gamin. Il y a eu deux moments significatifs dans ce début de saison : le premier quand Daniele a marqué, à l’exultation on aurait cru qu’on avait gagné la Ligue des Champions, tout le monde est devenu fou de joie pour son but. C’est la démonstration de l’union du groupe. Un autre exemple est celui du dernier match, quand avec un résultat déjà acquis l’un de nos joueurs a subi une faute sévère et toute l’équipe guidée par Kevin (Strootman, ndr) a transmis ce message, et donc si on cause du tort à un joueur de la Roma, c’est à tout l’équipe qu’on le cause. Voilà, maintenant on commence à voir ce que nous sommes en train de construire et que l’on verra à partir de maintenant. »

Francesco, comment va finir le derby dimanche ? Silvio Piola est plus proche ?
« Le match de dimanche est différent de tous les autres, tu le vis et l’affrontes différemment, donc donner un résultat avant ne me correspond pas. A propos de Piola sincèrement je n’y pense pas, mon objectif est de bien faire avec la Roma. Si après je devais rejoindre Piola tant mieux, mais mes objectifs sont autres ».

Président, vous, et vos partenaires, êtes contents de comment votre approche a changé la structure de la Roma ? L’arrivée de capitaux étrangers, comme à l’Inter, peut vous pénaliser ou vous faciliter ?
« Bien sur je suis satisfait de ce que nous avons rejoint dans les 3-4 derniers mois. On se rend compte que c’est un processus continu, on se trouve au milieu de ce processus et on procède rapidement. En ce qui concerne les investisseurs étrangers en Serie A, ce qui est arrivé en Premier League et en France est en train de se vérifier avec des clubs comme le PSG. Je crois que cette tendance continuera aussi pour le futur, l’espoir est que notre présence dans la Roma puisse obtenir des résultats positifs et aussi que celle d’autres investisseurs étrangers puisse avoir des effets positifs. Je le retiens positif pour la Serie A et le foot en général, même si certains pourraient ne pas être d’accord »

Totti, tu as utilisé le terme « soupirer » pour le contrat. Seulement une boutade ?
« Seulement une boutade pour commencer mon discours. Vous savez déjà tout ».

James Pallotta intervient sur cette question : « Il faut mettre au clair le fait que Francesco ne serait jamais parti ailleurs, cela a toujours été une certitude pour les deux parties. Les délais ont été rallongé du fait que nous avions lors de cette période d’autres dossiers importants à travailler. Nous n’avions aucun doute que le contrat serait prêt pour septembre, mais nous avons travaillé pour toute l’équipe et Francesco qui est notre leader a totalement compris cela. Nous avons travaillé à renforcer ce groupe, nous avons pris un nouvel entraineur et nous étions engagés sur tous les fronts. Nous n’avons jamais souhaité prolongé les délais pour un motif particulier, dès le premier jour nous étions d’accord sur le fait que Francesco était le leader de l’équipe et qu’il continuerait à l’être. Nous avons fait quelques boutades, mais Francesco restera ici pour toujours ».

Francesco, le caractère de cette Roma peut aider, vous romains et romanisti, à jouer avec moins de pression ?
« Par chance il y a seulement trois romani dans l’équipe (il oublie Romagnoli et Caprari ^^), et les autres ne souffrent pas comme nous nous souffrons. Il y a des joueurs de grande expérience comme De Sanctis, Maicon et Strootman. Eux ont joué énormément de derby et savent comment les vivre et les affronter. Cela ne sera pas à nous de dire que ce match est différent des autres, mais il est normal que nous le sentions plus parce que nous avons grandi ici dans cette équipe et avec ce maillot, je pense que c’est donc normal. Au final la seule chose qui compte est la victoire ».