Site AS ROMA

« Torna presto » Kevin Strootman !

8 mois après son arrivée à l’AS Roma, Kevin Strootman fait déjà l’unanimité à son égard. Le n°6 giallorosso a cependant connu l’enfer ses derniers jours, où une grave blessure au genou lui fera manquer la fin de saison, et surtout le Mondial au Brésil. Après avoir été opéré, le batave va débuter sa rééducation dans les prochaines heures, pour espérer un retour sur les terrains début septembre.

Le néo-numéro 6 fait l’unanimité

Arrivé cet été à l’AS Roma, Kevin Strootman a eu le culot de récupérer le n°6, jusqu’ici laissé de côté suite à la retraite d’Aldair (joueur étranger ayant passé le plus de saisons au club). Ce choix a fait débat entre tifosi. Mais cela est aujourd’hui bien loin. En effet le batave a su en l’espace de quelques apparitions se faire adopter par les tifosi et les médias. A tel point qu’il en est devenu très vite indispensable, et formant un trio redoutable avec la sentinelle Daniele De Rossi et le créateur Miralem Pjanic. Kevin annonce d’ailleurs qu’il est venu grâce au mister Rudi Garcia et pour jouer avec le « Capitan Futuro ». De son côté, Francesco Totti déclare que « Il s’est très bien intégré dans ce groupe, on dirait déjà un vétéran. C’est un joueur formidable, qui sait avoir la bonne approche du match, avec personnalité. Je ne m’attendais pas à le voir aussi fort, je ne le connaissais pas bien. Il est arrivé à l’improviste, dans une période compliquée du club, où tous venaient et partaient. Quand j’ai su qu’il couterait 20 millions, je me suis dis qu’il devait être un top player ». Impérial autant en club qu’en sélection, Louis Van Gaal déclare même que « Strootman, Robben et Van Persie sont les trois seuls joueurs assurer d’aller au Mondial cet été ». Lui non plus n’avait probablement pas anticiper une telle mauvaise nouvelle quelques semaines plus tard, pour le joueur qui a inscrit 6 buts et réalisés 7 passes décisives (Serie A et Coupe d’Italie) depuis son arrivée ici.

Napoli, du paradis à l’enfer

En ce début d’année 2014, le Napoli sera le fil conducteur du baromètre de Strootman. C’est d’abord face à cette équipe qu’il réalise, probablement, le plus beau but giallorosso de la saison. Démarrant quasiment du rond central, l’ex-joueur du PSV avance, temporise, et déclenche une lourde frappe qui va se loger dans la lucarne gauche de Pep Reina qui ne peut constater les dégâts et la beauté du geste. Mais Kevin va vite retomber de son nuage, lors du match retour au San Paolo. Comme l’équipe, il déjoue totalement, allant même jusqu’à obtenir un carton rouge stupide en fin de rencontre. Un rêve de finale de Coupe d’Italie qui s’envole ce soir-là. Strootman retrouve sa sélection des Pays-Bas quelques semaines plus tard, pour un match amical de prestige face à l’équipe de France. Alors qu’il obtint les éloges des commentateurs de TF1 durant toute la première période, Strootman doit céder sa place peu avant la pause, suite à un contact trop rugueux avec Valbuena. Les tifosi sont en état de choc, et craignent alors le pire. Plus de peur que de mal, et les examens ne mettent en évidence qu’une simple contusion. Strootman est donc apte à affronter, pour la quatrième fois de la saison, les Azzurri de Benitez, où Daniele De Rossi commence à purger sa suspension de 3 matchs.

L’autre genou ne résiste pas

Kevin est donc bien titulaire au coup d’envoi et en bonne forme. Il n’y restera qu’une dizaine de minutes, avant que son autre genou (cette fois-ci le gauche) se dérobe suite à un duel avec Dzemaili. Alors qu’il souffre le marthyr et que tout le monde sent que le genou a craqué, il tente quand même de revenir sur la pelouse en boitant large. Quelques ballons touchés sans conviction, Strootman s’éffrondre tout seul dans la surface, laissant éclater sa douleur. Le diagnostic semble alors sans appel, et les examens le révèleront le demain : Rupture du ligament croisé, avec le ménisque touché. Saison terminée et le rêve de disputer la Coupe du Monde qui s’envole en fumée. La Roma perd son guerrier et devra serrer les dents jusqu’à la fin de saison, pour s’assurer au plus vite de sa 2ème place, pour Kevin. Ce jour noir sera suivi par un nombre incalculabes de soutien sur les réseaux sociaux : Tifosi, coéquipiers, dirigeants, ex-coéquipiers ou compatriotes. Tout le monde y passe. Jamais un joueur étranger avait eu, en quelques mots, une telle côte de popularité et de respect mutuel. Quelques jours plus tard, Roma Channel diffuse une vidéo où joueurs et tifosi lui apportent leur soutien. Mehdi Benatia et Miralem Pjanic déclarent notamment à demi-mots qu’ils attendent le retour de leur gladiateur pour jouer, tous ensembles, la prochaine Champions League. Une simple promesse en l’air ou bien un pacte de vestiaire ?

Soirée hommage orangée à l’Olimpico face à l’Udinese, Strootman sur le billard le lendemain

Allongé sur son lit de chambre d’hôtel, Kevin a probablement apprécié le spectacle offert par ses coéquipiers, même si la victoire est arrivé dans la douleur. Il a notamment pu voir les tifosi inonder les tribunes de banderoles à son égard, voir ses potes porter un t-shirt à l’échauffement où l’on pouvait lire « #ForzaKevin », ainsi que Totti et Benatia déployer son maillot n°6 floqué de son nom suite au premier but giallorosso. Un plein d’affection et de confiance à quelques heures d’entrer dans le grand hôpital d’Amsterdam où il s’est fait opérer ce mardi matin. Alors qu’une délégation du Roma Club Amsterdam (récemment créé) faisait le pied de grue devant le bâtiment, l’opération au genou s’est elle « parfaitement déroulée », avec le ligament qui a été ratâché et la lésion du ménisque qui a été comblé. Heureusement ce dernier n’est pas fracturé, et le joueur va pouvoir dès les prochains jours commencer sa rééducation. Ce guerrier au fort mental aura sûrement envie de faire des pas de géant à chaque séance physique, mais il devra comprendre qu’il faut y aller par étape, sans charger trop rapidement les efforts. Si son planning se passe comme prévu, il pourrait être convocable pour la première journée de championnat de la prochaine saison (de nombreux exemples par le passé permettent d’être optimiste, comme Emerson, Eusebio Di Francesco ou encore Francesco Totti qui étaient revenus en environ 5 mois après une même blessure). Mais il faudra attendre les prochaines semaines, et les examens respectifs, pour constater les progrès et les avancées de sa rééducation. Toujours est-il qu’il est attendu pour le mois de juin à Rome, où il pourrait alors refouler la pelouse et augmenter la charge de travail.

« Maintenant je me concentre sur ma récupération pour revenir plus fort qu’avant. Je veux remercier mes (ex) coéquipiers, collègues, tifosi et tous ceux qui m’ont montré leur affection. Fier de faire partie de cette équipe ». Une phrase qui conclut cet article de belle manière, et dont on espère avoir des nouvelles positives très rapidement.