Damiano Tommasi, ex-joueur giallorosso et actuel président du syndicat des joueurs, a livré un interview au journal Il Messaggero :
« Si je suis resté surpris de ce qui s’est passé entre De Rossi et Zeman ? Moi non. Je connais bien Zdenek, il fait ses choix sans regarder l’histoire des joueurs ni les exigences de la ville. Son unique but est le terrain, le travail et la meilleur équipe à utiliser. S’il voit qu’un joueur ne sera pas adapté à un match, il le laisse sur le banc. Tout simplement. Cela peut être aussi un aspect disciplinaire ? Cela peut l’être, mais je crois qu’ici il s’agisse d’une question tactique. De Rossi préfère faire le central ? C’est son rôle, il l’a toujours fait. En nazionale il joue aussi relayeur ? Par le passé il l’a fait aussi avec la Roma, mais c’est des consignes un peu différentes. C’est-à-dire ? L’intermédiaire dans une équipe de Zeman, qui joue en 4-3-3, doit faire des insertions en avant, il y a la recherche et l’agression des espaces, et dans certaines situations de jeu il se trouve aussi à faire un peu l’ailier. Il faut un mouvement continu dans la profondeur vers le but adverse. En nazionale, avec le 4-3-1-2, la manoeuvre est différente, il y a moins de recherche de profondeur et, il y a plus de jeu avec ballon que sans ballon. Et peut-être que De Rosi doit encore apprendre à assimiler les mécanismes « zemaniani ». Puis en azzurro il joue avec des joueurs qu’il connait depuis longtemps, alors que la Roma a beaucoup changé depuis l’été dernier.

Une différence entre jouer à côté de Pirlo ou Tachtsidis ? Non, c’est une question tactique, de caractéristiques, pas de qualités de joueurs. Et de ce fait je ne crois pas que ce soit vrai qu’il joue mieux en Nazionale qu’avec la Roma, et il n’est pas dit que Zeman ait apprécié la prestation face à l’Arménie. Si c’est difficile pour De Rossi d’accepter qu’un jeune comme Tachtsidis joue central à sa place ? Je ne suis pas préoccupé par Daniele. Il acceptera plus sereinement ces décisions, en sachant qu’il peut donner une contribution important même dans un autre rôle. De plus, cela n’est que la première fois qu’il va sur le banc avec Zeman. Mais cela n’est pas grave, l’entraineur doit faire des choix. Ensuite il est évident que quand il s’agit d’un joueur important cela fait du bruit vis-à-vis des tifosi et de la presse. Quand Zeman entrainait la Lazio, il a fait la même chose avec Gascoigne. A la Roma, il y a 14 ans, il l’avait fait avec les brésiliens. Les grands joueurs crées des problèmes donc ? Non, simplement cela fait plus parler. Zeman a un seul objectif : faire le résultat et le spectacle. Et ses choix sont liés à cela. Il ne regarde pas le nom, mais vous savez, cela n’est pas surprenant. Pour le moment nous avons encore trop peu vu le jeu de Zeman ? Pour moi c’est seulement une question de temps. Même à mon époque à la Roma avec Zeman, cela avait été comme ça, nous n’étions pas très bien parti. Osvaldo s’est aussi relancé avec la Nazionale ? Je connais bien Zeman, je sais ce qu’il peut dire et quand il peut le dire. Quand il n’y a pas assez de joueurs ont se plain, et quand il y en a trop on se plain aussi ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here