The American Dream (le Rêve Américain)

Alors que ce match contre l’Udinese semblait bien mal engagé (un poteau, un sauvetage sur la ligne et une expulsion), l’AS Roma a su trouver la faille sur une frappe du plat du pied signé Bradley. Les hommes de Rudi Garcia enchaine une 9ème victoire de suite, sur une pelouse où le dernier succès des visiteurs remontait à septembre 2012.

Contrairement aux matchs précédents, c’est l’adversaire du jour qui va prendre d’entrée de jeu le dessus. En effet l’Udinese instaure un pressing haut et pose des problèmes aux giallorossi. Plutôt dans un profil de contre-attaque, les bianconeri obtiennent une très grosse occasion dès la 3ème minute de jeu, avec Muriel qui s’échappe et trouve d’une frappe croisée le poteau de De Sanctis, bien heureux de voir le ballon repartir dans l’autre direction. S’ils semblent récupérer la possession de balle, c’est bien l’équipe hôte qui se créent les meilleures occasions. Peu après la 10ème minute, Pjanic perd un ballon dans l’entre-jeu et oblige Benatia a réaliser un tacle dangereux dans sa propre surface. C’est ensuite De Sanctis qui dégage mal et qui doit s’y reprendre ensuite pour la capter. Dès lors les débats vont se rééquilibrer. Les occasions romanisti restent cependant maigrent, avec une tête de Benatia et une frappe de De Rossi non cadrés. Le danger se rapproche ensuite sur une frappe de Pjanic, bien servi par Ljajic, puis sur une tête de Borriello qui oblige le gardien à s’employer. La plus grosse occasion arrive à la 38ème minute, avec Castan qui réalise un miracle en sauvant la balle sur sa ligne, après que De Sanctis se fasse prendre dans son face à face. Le gardien de l’Udinese réalisera deux arrêts sans trop de complications sur un coup franc de Pjanic, puis une frappe de Ljajic. Les équipes rentrent au vestiaire sur ce score de 0-0, avec un match emballant où le score peut évoluer à chaque instant.

Les romains reviennent après la pause avec de meilleurs intentions, et s’installent petit à petit dans le camp adverse. C’est encore les deux joueurs des Balkans qui se mettent en évidence, avec deux frappes de Ljajic et Pjanic, qui ne trouvent pas la faille. C’est ensuite Maicon qui s’y essaie à deux fois, mais toujours sans trouver le cadre. Mais le danger reste présent, avec une mauvaise relance dans l’axe de Balzaretti, qui profite à Di Natale. L’attaquant italien rentre dans la surface et frappe, mais Castan le gêne dans son enchainement et le ballon passe de peu à côté. A 20 minutes de la fin, Maicon laisse ses coéquipiers à 10 suite à deux cartons jaunes. Rudi Garcia doit effectuer un changement tactique et fait entrer Torosidis à la place de Pjanic. La Roma passe en 4-4-1 avec Marquinho et Ljajic qui bloque les couloirs. Entré pour les 12 dernières minutes, à la place de Borriello, Bradley va délivrer tout un peuple giallorosso. On est à la 82ème minute, Strootman part en contre, profite de l’appel de Ljajic sur sa gauche pour temporiser et sert l’américain à l’entrée de la surface. Plein de sang froid Bradley utilise le plat du pied et trouve le but de la victoire. Un score qui ne bougera plus jusqu’à la fin, même si l’Udinese fait le siège de la surface de De Sanctis, qui comme à son habitude harangue ses hommes avec ses gueulantes caractéristiques.

Une 9ème victoire consécutive pour un record dans l’histoire de la Serie A. Les joueurs devront maintenant récupérer rapidement, avant un 10ème match se jeudi soir face à la lanterne rouge (le Chievo) à l’Olimpico.