Spalletti: « Sampdoria ? Nous devons impérativement gagner »

A la veille du 8ème de finale de Coupe d’Italie et cette réception de la Sampdoria, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« Jesus a été un peu mal hier mais ensuite tout est rentré dans l’ordre. Il voulait participer à l’entraînement mais nous l’avons par précaution laissé à la maison. Rudiger avait accusé une fatigue musculaire mais aujourd’hui il s’entraîne normalement. Florenzi continue à travailler ».

Le match de demain peut être l’occasion pour voir ceux qui ont moins joué ?
« Vous démarrez rapidement mal. En Italie il y a trois titres. Le match de demain est à ne pas rater. On ne peux faire d’expérimentations. Les joueurs qui sont en dehors sont comme ceux qui sont sur le terrain. Cela se rapport au mercato. L’effectif est un peu restreint mais cela permet à ce que tous se sentent titulaires. Cela permet de gagner en automatismes, tu te sens plus fort, plus sur. La Roma a la nécessité de vaincre, pas seulement pour la victoire mais pour ses tifosi, pour le mouvement d’affection et de sentiment. La Roma doit capitaliser chaque moment de son existence. La Roma ne doit pas penser à court terme mais à un mouvement continu qui s’auto-alimente. Cet entraînement doit être bien fait parce que ainsi nous ferons mieux demain. Cette victoire doit servir à faire venir cette sensation de pouvoir gagner aussi le suivant. Marquer ce but parce qu’ensuite on veut en mettre deux parce que le but devient ensuite une habitude. Nous, en toscane, nous avons moulins à eau : plus l’eau bouge et plus l’énergie est produite. Nous ne sommes pas en conditions de dire que demain joueront ceux qui ont joué peu jusqu’ici. Ceux qui joueront le feront pour amener la victoire. Nous avons besoin de faire de la sérénité absolue de chaque seconde de notre vie. Pour croître il faut faire cela et nous sommes sur le banc chemin ».

La Sampdoria a un classement tranquille et peut penser plus à la Coupe d’Italie. Est-ce que cela vous préoccupe ?
« Bravo. Le fait qu’il y a trois équipes larguées au classement et que cela permet aux autres d’être tranquilles est un avantage pour eux. Ils n’ont pas un effectif au niveau des plus forts mais ils ne peuvent pas jouer les premiers rôles en championnat. Cela donne un petit avantage dans les choix. La Sampdoria est apprécié de tous pour un excellent football. Son entraîneur, avec qui je suis lié, a fait voir d’excellentes choses. Giampaolo est un entraîneur de très grande équipe et si on lui met à disposition une équipe de haut niveau il fera voir sa valeur. Nous l’avons déjà rencontré, la Samp nous avons mis en difficulté en première période. Cela sera un match difficile avec de l’intensité au milieu du terrain, en mettant de la pression continue sur le porteur du ballon, peu de temps pour réfléchir. Il n’y a pas d’espaces pour voir ce que l’on peut faire. Ils ne te laissent pas de temps. Il faut courir, beaucoup ».

Salah a dit que vous êtes un obsessionnel de la victoire.
« Oui, nous sommes tous des obsessionnelles de la Roma, de l’envie de tout donner à la Roma, tout pour eux parce que nos tifosi le méritent. Il faut avancer pas après pas ».

Si vous deviez écrire un livre sur la saison de la Roma jusqu’ici, quel titre donneriez-vous ?
« Obsession. C’est ce que nous recherchons et que nous avons comme objectif quotidien. Obsessionnels, nous devons savoir absorber et nous devons montrer que nous donnons le maximum à chaque moment ».

Mario Rui est prêt à jouer demain ? Il peut jouer dans une défense à 3 ?
« Il s’entraîne à bon niveau mais il faut évaluer le facteur physique parce que ces situations doivent être répétés en match. Ou comme titulaire ou en cours de jeu, Mario Rui jouera demain. Nous verrons aussi aujourd’hui à l’entraînement parce que ces deux derniers jours nous ne sommes pas entraînés avec l’équipe mais individuellement, après la fatigue du dernier match. S’il est bien nous le mettrons d’entrée. Avec la défense à trois il se trouve très bien ».

Alisson joue ?
« Oui, parce qu’il démontre qu’il peut être au niveau de Szczesny ».

Les erreurs de Dzeko, outre à l’aspect caractériel dont vous-même avez parlé, peuvent être aussi du à la fatigue du au fait qu’il joue toujours ?
« Le discours sur le temps de jeu est correct. Le fait que je l’ai piqué certaines fois est aussi vrai. Je ne l’ai jamais critiqué, il est resté surpris parce que quand je dis qu’il est magnifique vous ne faites jamais un titre dessus, mais quand je dis qu’il est mou alors vous en faites plusieurs pages. Avec Dzeko on se connait très bien. Nous avons un très beau contact avec toute l’équipe. Il ne faut jamais se relâcher. Il a joué des matchs splendides. A Udine il a fait très bien mais ensuite il a raté ces deux occasions. S’il marque pas deux fois en 3-4 occasions, je lui dis : « Edin, quand tu as 4 occasions, tu dois les marquer. Je te vois tranquille et avec enthousiasme ». Il m’a répondu d’être heureux d’avoir marqué deux buts. Voila, c’est ce que je veux. Lundi, après le déplacement à Udine, j’ai coupé le gâteau en deux, disant d’une part le classement actuel et de l’autre le classement avec un hypothétique nul à Udinese. Pour ceux qui se relâchent c’est égal parce que nous serions toujours seconds. Cependant, il y a 50 différences. Qui se relâche est content de lui-même. Il y a la différence entre le joueur de caractère, qui veut ramener la victoire à la maison, qui passe avant tout chose. Récupérer d’une blessure une heure avant, récupérer un match, ce n’est pas un discours sur Dzeko mais sur l’équipe. Dzeko est un joueur magnifique, splendide, divin. Nous verrons si quelqu’un fait un titre de cela, comme quand je dis que Dzeko est mou ».

Le mercato peut influer à quel point ?
« Nous sommes critiqués pour avoir un effectif restreint, et souvent nous avons des blessés, mais nous sommes bon à gérer tout cela. 15 joueurs me suffisent. Eux sont aussi bons dans le fait d’être polyvalents et disponibles. Je suis avec la societa et s’ils ont besoin de faire quelque chose sur le mercato, parce qu’il y a des règles pour le faire, cela me va. Si quelqu’un doit partir jouer ailleurs, ça me va aussi. Je dis seulement que si un joueur part il doit être rmeplacé. Nous avons joué deux matchs fondamentaux à l’extérieur sans deux joueurs de notre secteur offensif. Si ensuite Dzeko fait l’extraordinaire, si on récupère Totti alors ça me va. Mais ensuite on s’adapte, comme quand De Rossi a joué en défense. Pour l’heure nous sommes bons à gérer cette situation. Il faut aussi penser à quand nous aurons beaucoup de matchs rapprochés. Le message, cependant, n’est pas que nous devons trouver un apprenti. Nous n’avons pas le temps. Nous aurons besoin d’un joueur qui devra avoir tout de suite un rendement, nous ne pourrons pas travailler sur lui. Un joueur qui a la mentalité de vaincre. Je n’ai pas critiqué Musonda, il deviendra très fort mais il n’y a pas le temps pour le former. Conte parle de manière extraordinaire de lui mais on ne peut pas amener ici un jeune qui joue peu en lui demandant de nous faire gagner. Le club cherche ce profil. Si nous avions deux points en moins, la Juventus serait à six points. A Turino nous avons perdu une occasion, peut-être un peu de confiance mais on perd vraiment quand on arrête d’essayer. Nous, pour reprendre ces trois points, avons mis 3-4 matchs. Avec 2 points en moins on serait énormément plus en difficulté. J’ai demandé un seul joueur parce que un est parti. J’ai fais voir la cohérence : Florenzi, par exemple, est la solution pour faire tourner aussi les autres parce qu’il peut jouer dans plusieurs rôles ».

Donc d’avoir un joueur qui joue déjà en Italie ?
« Ce n’est pas seulement cela, cela peut aussi être un qui joue à l’étranger mais de haut niveau. S’il joue en Italie c’est une valeur en plus. Cela doit être un joueur déjà formé. Un joueur qui sait prendre ses responsabilités, qui sait faire son métier. S’il a 18 ans c’est mieux, parce qu’il pourra continuer de progresser. S’il est jeune, fort et sait faire les choses c’est mieux ».

Defrel ?
« Il y a des joueurs forts en Italie et il en fait partie. Sassuolo a dit que nous ne l’avons pas demandé. Ce n’est pas à moi de donner des noms. Il y a un groupe de personnes qui travaillent, guidé par Massara, ensemble au Président qui décide. Si on trouve quelqu’un tant mieux, sinon on restera ainsi. Nous cherchons un joueur, milieu offensif, ailier, ou aussi qui peut remplacer Edin. L’équipe a fonctionné quand la saison passée nous avons fait quelque chose de différent mais l’alternative sert ».

Gagner la Coupe d’Italie suffirait à me faire rester ?
« Je ne parle pas de contrat jusqu’à la fin de saison. Seul les bons joueurs comptent, qui aient en tête l’objectif de donner le maximum moment après moment ».

Comment on gère la force quand on joue tous les trois jours ?
« Si on cherche à jouer avec les meilleurs c’est différent. Puis cela dépend de ce qu’il se passe, match après match. On fait jouer ceux qui donnent le plus de tranquillité. Je sais ce que peuvent donner les joueurs. Si tu remplaces un joueur important par un jeune, ce dernier a des responsabilités importants. Il a un fardeau de responsabilité qu’il n’est pas normal qu’il ait. Il n’y a pas de temps pour se tromper. Demain nous devons absolument gagner. Si on le prend comme un simple match de milieu de semaine, pour faire jouer ceux qui n’ont pas joué le week-end, ça ne va pas. Nous devons gagner. Si on ne vise pas toujours la victoire, nous sommes des médiocres et à la Roma les médiocres ne peuvent pas être ».

Romanista35