Site AS ROMA

Spalletti: « On sera attentif, mais attention au Chievo »

A la veille de cette 37ème journée de Serie A et le déplacement au Chievo, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

Risque de baisse de concentration ?
« De la façon dont je le vois non, il y a plutôt le risque de trouver une équipe forte, le Chievo a mis en difficulté plusieurs équipes, ils ont une identité bien claire et ils jouent avec de la qualité, il y a ce risque. J’avais dit moi que nous devions toutes les gagner, il reste deux journées ».

Sarri a dit que ça aurait été plus juste de jouer en même temps, vous en pensez quoi ?
« Que probablement cette fin de championnat, pour enlever certains doutes, ça aurait été juste. Mais la journée précédente aussi, on avait la même distance pour la seconde place. Ca me va, cependant c’était pareil quand ils ont joué Cagliari et nous Milan après ».

Le Chievo n’a rien à perdre…
« Ca pourrait être une motivation en plus pour eux, leur joueur voudront se montrer, pour des possibilités futures, ils donnent toujours le meilleur d’eux-même, ils n’ont pas d’autre choix. Ils jouent sur la base de ce qu’ils ont construit ».

Vous croyez en un retournement pour le scudetto ?
« Nous devons croire dans la possibilité de rejouer la qualification contre le Porto, nous maintenant on joue contre Chievo et Genoa. Le championnat la Juventus le gagne justement, elle s’est montré prête quand il le fallait, il a fait de grandes stats, à nous ça nous change rien car nous ferons ainsi. C’est toute la semaine, avant il y avait les enfants au portail et je dis « Chievo-rombo » car ils jouent ainsi et j’ai pris le risque de signer des autographes car je pense seulement à eux. De toutes les belles choses que ce sport a, la plus belle est de jouer dans ce championnat, on s’est créé la possibilité de jouer le championnat ».

Dzeko ?
« Il va bien, il est à disposition ».

Comment va Totti ?
« C’est une légende, il continuera à l’être, c’est le symbole de notre équipe de n’importe quel point de vu sur la Roma, il y a Totti. Comme j’ai toujours dit, moi je dois le traiter comme un joueur important mais il fait parti de l’équipe et pour être correct je dois faire des choix et parfois je l’ai pénalisé, ça me désole mais contre le Chievo et le Genoa ça sera pareil, moi j’essaie de faire gagner la Roma et dans ce raisonnement je mets aussi la gestion de Francesco, il s’est mérité de grands titres, ce qui lui sera attribué quand il arrêtera ».

Les entraîneurs cités à la Roma ?
« Les rumeurs ne m’inquiètent pas, nous on doit travailler pour avoir un meilleur futur, la società a pris Monchi car elle veut les meilleurs à la Roma et c’est correct de parler autour, je ne sais pas, avec les autres. Ca me fait plaisir, moi je dois être meilleur qu’eux si je veux rester, en me comparant à de hauts niveaux je surpasserai l’obstacle ».

Ca vous fait plaisir d’être cité par l’Inter ?
« Avec l’équipe on parle tous les jours et parfois on se dit des choses, cette semaine on s’est dit que si on devait signer un contrat, on aurait signé Chievo, car seul le Chievo nous intéresse, savoir défendre sur leur verticalisation. Il y a des stats que parfois vous mettez en évidence car ça vous plaît, regardez celles du Chievo, ils sont les pires dans les centres, dans la possession dans la surface adverse, dans la gestion de la balle, mais quand ils reprennent le ballon ils sont parmi les meilleurs, ils sont souvent hors-jeu, ils lancent beaucoup, ils sont meilleurs sur les seconds ballons, le ballon qui n’appartient à personne est toujours à eux. On voit l’objectif de l’équipe qui est que l’on devra modifier nos capacités pour bloquer ces stats, ce qui sera le futur de l’entraîneur de l’Inter, de la Roma, vous devez vous en foutre, on pense au Chievo. Je répondrai juste sur le Chievo ».

Les points perdus contre Cagliari et Empoli ? Perdre des points contre les petites est quelque chose qui était présent aussi lors de votre précédent passage…
« Dans ce moment là on avait gagné à San Siro, cette année on a gagné tous nos duels avec les milanaises. C’est vrai que l’on a perdu des points à Empoli cependant on en a gagné d’autres, chez moi on dit gagner et perdre fait nul. Ca arrive de perdre des points, Crotone à un moment les a toutes perdues, puis ils ont repris de l’enthousiasme et ils sont devenus compacts. Quand on a joué contre eux, notre victoire semblait certaine, pour avoir cette inversion de tendance, ils luttent tous sans polémique, ça te fait retrouver tes caractéristiques et maintenant ils luttent pour le maintien, il faut être objectif et bon, puis ça arrive de perdre des points. Si on avait pas gagné les autres, on arriverait pas à ce résultat, je n’avais jamais battu la Juventus, seulement une fois en Coppa Italia 3-2 à Turin avec Okaka, Rosi et Tommasi sous la neige, j’avais gagné car il neigeait. Ce sont des stats importantes car l’équipe a toujours répondu présent, le chemin s’est construit pour avoir la visibilité sur cet objectif, ce sont les matchs qui peuvent te rendre le bonheur. Nous on a parfois laisser sur le chemin un résultat qui nous a fait mal, on le garde avec nous mais ce match peut tout nettoyer ».

A quoi vous renonceriez pour voir la Roma championne ?
« Je répondrai la semaine prochaine ».

Monchi a dit qu’il voulait travailler avec vous, et Pallotta arrivera aussi la semaine prochaine : dans quel esprit vous les rencontrerez ?
« Sous une forme différente, ton collègue m’a dit ça : à la fin on mélange tout. Il y a des entraîneurs qui sont venus, il aura parlé avec quelqu’un, pour moi c’est normal on parle de mercato ouvert, chacun décide de programmer ce que sera le futur. Pour moi et les joueurs le programme futur dépend de demain ».

Cyril