Spalletti: « Naples exprime le meilleur football en Italie »

A la veille de la 8ème journée de Serie A et ce déplacement à Naples, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« Rüdiger joue le 22 en Primavera contre Novara, ça sera le test définitif. Vermaelen est toujours dans la même situation mais il s’améliore. Aujourd’hui il a commencé à courir, on verra. Rui et Nura continuent la rééducation. Puis il y a des problèmes avec les internationaux qui seront pris en considération. Il y en a un paquet ».

Ceux qui ont suivi le Napoli le disent moins bon que l’an dernier, vous partagez ?
« Non, le Napoli exprime le meilleur jeu. Ce les meilleurs dans le domaine avec d’autres. Dans leur placement, équilibre, ils reconnaissent ce qu’ils veulent mettre en place, ce sont les meilleurs dans la qualité et les phases offensives et défensives sont complètes. Son entraîneur a montré qu’il était capable, s’ils me le demandent je lui ferai avec plaisir des compliments, il est ingénieux, il a donné sa contribution au football, il a montré de nouvelles choses. Il a été élu des joueurs et entraîneurs ».

Callejon est le meilleur de la Serie A dans l’attaque de la ligne défensive, vous avez pensé à des ajustements ?
« J’ai dit que dans le doute on anticipe la couse. Se rapprocher ou courir ? Dans le doute il faut courir. S’il arrive lui en premier tu risques le but, si tu cours tu peux le reprendre ».

Allegri veut que le mercato ferme le 15 juillet car ensuite il y a les conséquences des préliminaires et que le mercato d’hiver soit en novembre. Vous êtes ok ?
« Dit ainsi il n’a pas tous les tords, s’il a le temps de penser à ça aussi il est le plus fort de tous. Je n’y avais pas pensé. Mais faire la préparation sans avoir toute la rosa peut être une difficulté, c’est ainsi. J’ai vu qu’il y a une période de vide, pourquoi ne pas l’utiliser ? Ca me fait du mal de le dire mais je suis d’accord (rire). Je ne vois pas pourquoi à la fin du championnat il doit y avoir une pause. Le mercato en novembre me semble bon, c’est comme quand on jouait nous. Quand je jouais, il y avait ce mercato, ceux qui ne jouaient pas pensaient pouvoir partir en novembre. D’après moi c’est correct. Même si ça interfère avec le travail sur le terrain et ça créé des perturbations, il suffit de prendre un joueur pas content qui voulait jouer ou de se tromper de joueur. C’est correct que ça aille plus loin, plus tôt c’est fait, mieux c’est. On voit qu’il était un de ceux-là (rire) ».

Vous qui estimez Sabatini, votre position sur le football des algorithmes ?
« Sabatini est une personne de valeur et de valeurs. Il vit le football du matin au soir, comme moi si on ne gagne pas il n’est pas content. Il a fait une très belle conférence j’ai compris ce qu’il vous a dit. Je suis déçu qu’il ait fait ça. Probablement si l’équipe avait mieux fait, plus de résultats et avoir montré sa force, créer plus de choses, peut-être qu’il y aurait plus repensé. Certains matchs n’ont pas été à la hauteur des attentes. Pour cela, cela l’a peut-être aidé, car c’est un sentimentale de ce sport, il conditionne sa vie personnel. Moi je suis presque comme lui. Je suis déçu et je dois faire beaucoup mieux. Je le vis ainsi, je dois faire mieux que ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui car ça m’oblige à agir dans cette direction ».

Ce qui manque pour voir Bruno Peres au top ? Risqué contre le Napoli le duo avec Salah ?
« D’après moi il joue bien et je ne le vois pas différent des saison précédentes. Je le reconnais la même qualité, au début il n’était pas entraîné, on avait besoin de lui à ce moment-là, ça nous a conditionné et on a dû l’utiliser, et d’autres aussi. Mais ne partons pas dans les excuses, il joue bien, leur côté gauche est justement plus productif que le droit, à droite nous sommes forts. Ce qui doit être une conscience de force est d’accepter le défi au haut niveau, de qualité ».

Comment va Nainggolan ? Qui est, autre à Strootman, celui qui est revenu moins bien ?
« Ce sont problèmes qu’on peut avoir dans une équipe. Strootman a dû jouer sans s’entraîner entre les matchs, il a un problème qu’il faut résoudre et qu’on peut résoudre et aujourd’hui il travaillera pour ça même si j’espère qu’il s’entraînera un peu. L’autre est une situation à évaluer, inutile d’en parler avant d’avoir le problème. On regardera tout et on tirera les conclusions. Radja a passé une période où il était en dessous de ses possibilités, maintenant il s’entraîne bien, pour redevenir le joueur fort qu’il doit être il doit continuer ainsi. On a besoin de joueurs forts, pour cela qu’il doit refaire ce à quoi il nous a habitué. Il a un double débit à solder ».

Le déplacement au Napoli est plus lourd depuis quelques années. Il y aura un San Paolo plein mais sans les tifosi de la Roma, vous ne pensez pas que ça sera pénalisant ?
« Quand on prend une règle et une position aussi nette il faut voir les raisons en profondeur. Je n’ai pas les moyens pour évaluer si les décisions sont bonnes ou pas. Je pense, en générale, que la barrière te pousse à aller voir ce qu’il y a derrière. Puis il est clair que si on met en discussion la sécurité ou qu’on peut créer des problèmes à quelqu’un, personne n’en a le droit. Ceux qui ont cette intention seront limités. Pour le match, on doit tous contribuer à créer une ambiance où les gens peuvent vivre les passions sportives de leur équipe de manière correcte, dans la possibilité d’exprimer sa passion et les autres envies. C’est cela qui te permet d’être à la hauteur de la confrontation, montrer que tu es capable. Laissez les autres s’exprimer et s’exprimer mieux. Je dois être meilleur pour avoir un meilleur classement, pas espérer que les autres tombent. L’individu libre doit être celui qui a la possibilité de s’exprimer dans vouloir le mal d’un autre ».

Vous voyez un Napoli un peu au-dessus de la Roma ? Une rencontre directe ? La plus difficile ?
« Le Napoli est fort, d’autres ont exprimé un beau jeu, comme Sassuolo et Chievo. Ce sont des équipes qui recherchent le maximum dans tous les matchs et qui ne lâchent rien de ce qu’elles ont, elles ne baissent jamais leur niveau. Le Napoli l’a montré, dans quelques matchs on a été à la hauteur, pour cela que demain on doit montrer notre maximum. Si on y arrive, on est pas en-dessous. On est au même niveau, proche. On est avec eux, ils ont un point de plus. On veut se confronter à eux comme l’an dernier, ils ne méritaient pas de perdre, mais il y a eu un match de haut niveau entre deux très grandes équipes, qui ont joué de manière spectaculaire. J’espère que ça sera un match de ce niveau. Il y a beaucoup de matchs difficiles, contre l’Inter ça l’était. Vivre sans but est un objectif que j’ai eu, j’ai l’objectif de faire mieux et ces occasions là sont là pour avoir un but dans mon métier. Je suis ici pour tenter de gagner le match, puis c’est difficile car ils sont forts ».

Le match de demain est un tournant pour la tête du championnat ?
« Une valeur importante, c’est une occasion de prédire le futur. La seule chose pour le prédire est de bien faire les choses, mettre tout de suite en évidence notre qualité et faire un résultat en se basant sur l’engagement journalier. Puis il y en aura d’autres, cependant le niveau de possibilité augmente ou diminue selon ce match. Cependant ça sera un beau match, une belle occasion, on devra être prêt ».

Cyril