Site AS ROMA

Spalletti: « Monchi est le numéro 1 des directeurs sportifs »

A la veille de cette 35ème journée de Serie A et le déplacement au Milan AC, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

Comment avez-vous vu l’équipe mentalement et physiquement ?
« Il me semble qu’il y a eu la bonne réaction, il y a beaucoup d’amertume que moi je ressens mais c’est clair que ce qui compte, l’expression maximale de notre travail est faite sur le championnat, il y a des matchs que l’on perd et ce qui arrive au match suivant est fondamental. Il y a l’examen du classement de fin de championnat et le match de demain devient fondamental, la seconde place est en jeu, la réaction a eu lieu pour moi ».

A quel Milan je m’attends ?
« Le Milan a un peu perdu par rapport à l’aller, ils nous ont beaucoup mis en difficulté. Les résultats maintenant ne les avantagent pas mais ils ont été malchanceux sur certains épisodes, je suis convaincu qu’on trouvera une équipe très stimulée et un très bon entraîneur pour préparer le match. Ce que je dirai à mes joueurs est qu’on trouvera le Milan de l’aller, il sont des joueurs de qualité et de futur, qui tôt ou tard exprimeront leur valeur ».

Monchi a dit qu’il était venu à la Roma en parti pour vous, il vous courtise ?
« (Rire, ndlr). Monchi est le meilleur et Pallotta bien fait de le prendre. Il était voulu un peu partout, qui travaille avec lui le raconte bien, qui a été contre lui. Ce qu’il a dit de nous fait plaisir, car c’est une vision propre, externe, de quelqu’un qui n’est pas influencé parce qui se dit ici, il regarde cela avec professionnalisme et il se fait une idée précise de l’environnement. Tout compte fait la Roma fait un bon travail, puis il est clair qu’il y a des choses à améliorer, il a donné un avis positif en regardant les choses de l’extérieur, à l’étranger ils ont cette vision là de la Roma, pouvoir me confronter avec le numero 1 des DS m’a déjà apporté des choses que je garde près de moi ».

L’épisode des mannequins ?
« Ce ne sont ni des tifosi laziali, ni romanisti, ni des tifosi. Ce sont des gens tordus, des choses comme ça ne montre que de la haine, méchanceté. Dans un article de Vocalelli, ils ont attaqué mes fils pour m’atteindre. J’ai eu Vocalelli et mes fils m’ont dit qu’il avait raison, que certaines choses étaient critiquables. Mes fils, cependant, ne voudraient pas être attaqués dans ses articles, ce sont des étudiants qui vont l’école et ils doivent vivre sans commentaire d’une signature importante comme la sienne ».

Echec en cas de deuxième place ?
« Ca dépend, si on demandait à d’autres équipes si arriver troisième est un échec… C’est clair qu’arriver second derrière la Juventus, cette Juventus qui fait une chose incroyable, comme dire que personne n’aurait pu mettre les mains sur la première place. Un championnat c’est long, il y a beaucoup de matchs et tant de moments où il fallait prendre les bonnes décisions, un match peut être important à l’aller et au retour l’équipe n’est plus au même niveau. Arriver en C1 est un objectif que l’on joue avec le Napoli, qui est parmi les plus forts en Europe, ils sont les détenteurs de cette place, et nous on a bien travaillé car l’an dernier ils sont arrivés eux second. Quand on a commencé à entraîner la Roma, oui moi et toi (il s’en prend à un journaliste présent, ndlr), toi aussi tu entraînes la Roma dans un pourcentage mineur. Je disais, quand on a commencé, nous on été à 5 points de l’Inter et à une dizaine du Napoli, on était à 5 points de la Fiorentina, je peux aussi faire des comparaisons. En Europa League on a pas été éliminé par une équipe faible. On verra comme ça finit puis il est clair que dans certains matchs on aurait dû faire mieux, en qualité, on a pas motivé les joueurs au mieux, on a pas montré notre meilleur visage, mais on est toujours parti de là. On a beaucoup de point d’avance sur l’Inter maintenant… L’objectif c’est toi qui le créés, celui de gagner le championnat car ainsi tout ce qui a en dessous…. Moi j’ai toujours dit qu’il fallait gagner, j’ai confirme qu’il fallait gagner et c’est vrai. Dans le travail il y a des moments où l’équipe te fait sortir un joueur, il faut le remplacer et il y a ces choses qui font parti du jeu, l’équipe a bien travaillé, c’est une équipe forte qui a perdu des matchs qui ne mettent pas en crise mais maintenant il faut réagir et montrer la personnalité que l’on a, sortir d’une défaite où tu n’as pas tout donné, s’en rendre compte et réagir. Ce que tu as concéder tu le dois le transférer dans le prochain match, après arriver second c’est avoir atteint le top des objectifs, il faut le dire aux autres proche de nous, comme le Napoli, dont tu as écrit qu’elle était l’une des meilleures équipe d’Europe. Ils ont tout, le Napoli est l’équipe que tout le monde voudrait avoir, même à l’étranger et nous on est en compétition avec. Dire que la troisième place est un échec…. On peut aussi dire le contraire, mais de mon point de vu ça ne nous fait pas peur, moi je porte avec moi l’impression des joueurs, on a pas peur de jouer contre Milan et la Juventus, ce sont des matchs qui feront la différence, on y arrive avec nos forces, ils nous ont repris 3 points avec le ko du derby mais demain on montrera notre valeur. Si on arrive deuxième c’est comme avoir gagné le championnat, si on arrive troisième c’est avoir un long travail après il y a beaucoup de stats comme les buts faits, encaissés, puis il y a le match contre Porto, Lyon, la Lazio en Coppa, en championnat, puis d’autres que je ne cite pas car il faudrait du temps, il y a plus de matchs gagnés, on travaille pour donner à la Roma une position noble, ce n’est pas un échec ».

Ce que je pense de la façon dont la società a géré le cas Totti ?
« C’est dur de dire quelque chose. Quand Monchi a parlé de cela mercredi il a seulement dit ce qu’il a trouvé, en disant que Francesco a ce contrat et que lui il a que ça en main. En étant Totti dans le moment le plus important de sa carrière, en étant aussi attaché à la Roma il veut attendre la fin du championnat et il préfère rester silencieux pour mettre toute l’attention sur ce final, moi je le vois ainsi. Là on parle de reporter des choses dîtes avec cohérence, la gestion du joueur, la sortie de Totti vous tient à coeur mais pour pour faire le bien de la Roma il faut compter sur tous les joueurs. Raconter la carrière de Totti se finit toujours par les stats, pour ce qui est de faire la formation ça se fait à l’entraînement, en affrontant les autres. Tout le monde a parlé de l’épisode sur Dzeko, personne a parlé de Salah, El Shaarawy. Où ça été écrit ? C’est votre opinion, moi je dis que la gestion du champion, de l’histoire du champion, c’est le président qui doit gérer, si lui il voulait sortir et dire quelque chose mais si personne parle, de son entourage personne ne dit rien, quand tu arrives à la fin du championnat, de sûr ça serait plus facile s’il le disait le plus tôt possible, ce qu’il pense comme ça la società l’évalue. Monchi a juste dit ce qu’il a trouvé. Le numéro 10 ? On fait des évaluations qui n’existent pas, pour moi le numéro reste vivant, il ne meurt pas. D’après moi enlever le numéro c’est la mort, avant Totti il y avait Giannini, c’est une façon de raisonner obsolète. On veut bien se souvenir de Totti ? On peut mettre un petit 10 sur tous les maillots. D’après moi c’est ainsi, on ne doit pas regarder ce qu’on fait les autres dans le passé. Ce que ça fera de jouer avec ce maillot ? Le jeune qui la mérite, et peut la mettre, quel objectif pour un enfant ? On veut lever cette satisfaction, le 10 de Totti doit continuer à vivre. C’est insupportable en ces temps de dire qu’un numéro va être retiré, moi je pense pas comme ça. Si je ne la vois plus, j’irai la chercher au cimetière pour la revoir ».

Un changement de module possible ? Retour de la défense à 3 ?
« Ca se pourrait, il faut voir comment va jouer le Milan. Il poussent avec les latéraux, abaissent le milieu, ils rentrent dans le dernier quart du terrain sur les ailes avec Suso et un peu moins avec Deulofeu. Nous on veut faire des prises de position, des choix corrects ».

Mes mots après le Torino ?
« On y donne trop d’importance. 60% des entraîneurs en Italie ne savent pas s’ils seront là la saison prochaine, ici à l’inverse c’est la fin du monde. Pour mettre les points sur les i, il faut finir le championnat, ces matchs peuvent dire beaucoup pour la position que l’on doit rejoindre, on a Milan et Juventus. Montella est un entraîneur de rang, apprécié de tous, ça sera difficile, ils la prépareront très bien ».

Le peu de changement au milieu ont influencés les résultats. Pourquoi Gerson n’est pas allé à Lille ?
« Il y a une entente avec la società, dans le vestiaire je ne veux pas entendre que lui doit partir ou pas. Quand tu utilises peu un joueur, après tu peux sortir de certaines compétitions, alors les joueurs commencent à être ces 15-16 là, puis il est clair que quand tu as des absences tu dois y remédier, si j’ai Strootman, je le mets. J’ai pénalisé Gerson, j’ai peu fait jouer Grenier, après en ayant fait jouer De Rossi, Nainggolan, Strootman, j’ai pas fait jouer des joueurs qui nous ont fait perdre, on parle de passages dans la longueur du championnat où il y a eu besoin d’assumer des responsabilités et ici ce sont les miennes, où je peux m’être trompé ».

Cyril