Site AS ROMA

Spalletti: « La prestation à Naples n’est pas un fait isolé »

A la veille de la 9ème journée de Serie A et cette réception de Palerme, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« Pour les blessés, j’ai un papier là… Nura a commencé à s’entraîner avec la Primavera, Strootman est disponible, hier il s’est entraîné et bien, puis il faut réfléchir de manière correcte sur sa convocation. Rudiger a joué, bien et a marqué, c’est clair qu’il doit récupérer maintenant. Quelqu’un ce matin, déguisé en étudiant, m’a demandé si je l’emmenais demain, mais je ne peux pas, le problème est la récupération. Demain c’est risqué même pour 5 minutes. Mercredi il vient avec nous. Je vous rappelle le Hall Of Fame demain, j’ai salué Cerezo aujourd’hui ».

Journée favorable à la Roma ?
« Si on gagne demain oui, Palermo peut devenir dangereux, puis il faudra voir ce qu’on arrive à produire ou pas car on baisse de niveau parfois. Ah, Perotti et Peres suivent leur programme. Celui qui donne des signaux positifs c’est Vermaelen, Mario Rui suit aussi son programme ».

Ca peut être un match dangereux contre Palermo ?
« Oui, De Zerbi est un entraîneur fort et prometteur. J’ouvre une parenthèse : Zamparini a lancé beaucoup de bons entraîneurs, si on regarde combien de jeunes il a lancé et qui sont devenus importants. Il est présent et sur ton dos, De Zerbi a un futur important, Zamparini voit sur le long terme ».

Ce qu’il faut faire pour avoir une mentalité gagnante ?
« Le président ne peut rien faire si ce n’est acheter des joueurs forts. C’est important la vitesse, la force, le caractère qui est très important. Il y a des joueurs qui lâchent jamais et d’autres qui se reposent un peu sur leur laurier sans être à fond dans la recherche du résultat. Ca doit être une qualité du pro en général, il faut être vraiment professionnel, c’est le moment de difficulté qui permet de faire un résultat, c’est une caractéristique des joueurs. J’ai eu des attaquants qui nous fait prendre beaucoup de ballons, c’était un bon choix. Parfois sur un trajet il y a un moment où on est moins bon, d’après moi on s’est reposé un peu et on s’est mal repris. Les contres cependant sont fondamentaux ».

Le match contre le Napoli fut un fait isolé ?
« Non, c’est notre niveau. L’autre soir ce fut anormal, ce n’est pas juste la faute de la défense. Ce n’est pas un seul secteur qui gère la situation, c’est toute la conséquence de ceux qui sont devant, si on avait pas tiré le coup franc, si on avait mis le ballon devant, il faut prendre les bons tempo. C’est douloureux quand ça arrive, cependant les épisodes douloureux ne nous enlèveront pas la volonté de créer des choses importantes, on le montrera ».

Les mots de Blind ?
« Ce que vous avez écrit est vrai, je n’ai pas le temps pour cela. Vous pouvez écrire ou ajouter ce que vous voulez. Je ne sais pas, je n’ai pas le temps, je suis pressé… ».

Le sélectionneur des Pays-bas a dit qu’il était frustré…
« Encore ? J’ai pas le temps pour ça… ».

Les mots de Garcia sur les préparateurs américains ?
« Un fait : quand tu bosses à un endroit certains doivent s’adapter à ma manière de travailler. Lippie et Norman sont intelligents et l’ont fait, si le travail ne te pèse pas tu t’entraînes mieux. En pesant bien les exercices, 90% avec la balle, il faut savoir où tu vas et ils sont très bon là-dedans et c’est pour moi une confirmation, une valeur ajoutée qui me fait bien travailler. En ce qui me concerne, ce sont deux bonnes personnes, on peut parler de tout, puis ils doivent s’aligner sur ma méthode de travail ».

Rüdiger meilleur en central ou arrière ?
« Il peut jouer les deux, il a cette qualité sur les ballons lancés en avant, sur le côté il ne fluidifie pas comme Peres mais il défend comme Rudiger ce qui est bien. Quand le sélectionneur allemand est venu le voir, il m’a demandé s’il était meilleur à droite ou au centre, je lui ai répondu que ça dépendait du match et de l’équilibre de l’équipe ».

La Roma est prête pour une grande scène en ayant gagné 4 matchs en 5 ans en Europe ?
« Pourtant elle en a gagné, Totti a joué 100 matchs en Europe, donc la Roma fut bonne, quelques semaines il les a passées en Europe. C’est claire que les stats sont ce qu’elles sont, on doit les améliorer, nous on est en Europe et on veut bien faire, il y a la nécessité de bien faire en Europe. Comme déjà dit, nous avons sur les épaules le nom de la capitale de l’Italie, donc on doit habituer tout le monde en portant ce nom là, à prendre du plaisir dans la beauté de notre ville, de nos monuments, et faire de bons résultats pour rester à la hauteur de notre beauté ».

Cyril