Site AS ROMA

Spalletti et De Rossi en conférence de presse pré-Liverpool

A quelques heures d’affronter Liverpool pour le premier vrais test de cette préparation estivale, Luciano Spalletti et Daniele De Rossi étaient en conférence de presse dimanche soir au Stadium de Saint-Louis.

A Spalletti, peux-tu faire un bilan de ces jours à Boston et l’importance de la blessure de Mario Rui ?
« Le travail a été fait, la disponibilité des joueurs s’est vu tout de suite, aussi parce qu’ils devront se montrer disponible. Ils ont montré qu’ils pouvaient travailler de la meilleure des manières en mettant aussi la tête sur le risque des blessures et ils ont montré qu’ils savaient doser sur la base de leurs sensations. Tout a été fait de manière correcte. Tout cela crée un peu de fatigue au muscle et dans la tête des joueurs. Cela est le football, il faut porter des messages dans les autres pays, avoir de la visibilité et beaucoup d’équipes se sont adaptés à cela. La blessure de Mario Rui coûte très cher, elle s’ajoute à celle de Rudiger. Avant nous étions proche d’être au complet. Désormais numériquement, pour les matchs et les défis de ce début de saison, nous devons être au complet. Je n’ai pas de doute sur le fait que la societa ajustera les choses, j’entends dire que la situation n’est pas des meilleures. De l’extérieur cela peut sembler ainsi, mais de l’intérieur je vous assure que ça n’est pas ainsi et nous serons prêts pour nos objectifs ».

Si la blessure de Mario Rui était évitable ?
« Désormais je veux la disponibilité de tous à jouer dans d’autres rôles, même si certains ont quelques fatigues musculaires. Je n’ai pas dit qu’on pouvait éviter la blessure ».

Qu’est-ce que vous chercher sur le mercato ?
« Nous cherchons deux défenseurs, la societa est d’accord. Puis nous avons Florenzi, qui a de grandes capacités, nous sommes entrain d’évaluer ce qu’il faut. Nous nous donnons à 101%, nous devons mettre les bouchées doubles, nous ne pouvons pas attendre demain et la societa le sait. Le tout tient dans la compatibilité avec notre situation et avec ce qui peut être disponible. A faire les choses trop vite, on peut avoir ensuite des regrets. Il y a l’obligation d’être un nombre juste de joueurs pour affronter nos engagements, mais d’un autre côté il faut prendre le mieux que l’on peut ».

Lors des tests de Boston, tu as fait jouer deux équipes différentes, si cela sera aussi ainsi contre Liverpool et l’Impact Montreal ?
« Je devrais voir si j’en aurais 22 à disposition. Ce sont des évaluations que je dois faire, nous ferons deux matchs en peu de jours avant de retourner en Italie, j’essayerais d’en faire jouer le plus possible, tout cela avant le tour préliminaire de Champions League. Demain soir je ne sais pas ce que je ferais, je dois obtenir la disponibilité de tous. Au milieu il faut être attentif parce que nous ne sommes pas nombreux, certains joueront plus que d’autres et seront remplacés avant, mais cela ne sera pas une chose indicative et fait avec un objectif précis. Forza Roma ».

A De Rossi, comment te sens-tu physiquement ? Les internationaux semblent en forme…
« Oui, nous sommes revenus rapidement parce que nous savons que le début de saison sera décisif et nous avons écourté les vacances. Nous travaillons durement, sur le terrain et en salle de musculation, et désormais nous devons récupérer des blessures que nous avons eu. Nous devons nous donner à fond, avec un staff à notre disposition. Il n’y a de peur extrême du match et du résultat, mais cela approche ».

Pouvez-vous tenir tête à la Juventus ?
« On a l’habitude de voir nos saisons déjà catalogué dès l’été, parfois à surévaluer les choses et d’autres fois le contraire. Le football m’a enseigné que l’important est de travailler durement, nous sommes une équipe forte qui joue bien. Il faut aussi avoir la continuité, bien connaître le mister peut donner un avantage. Nous commençons en voulant gagner les matchs un par un, nous ne gagnerons pas tout et la Juve non plus, nous devons raisonner par étape. Puis regardez Leicester, le Portugal ou même l’Italie. On se prépare sans penser aux joueurs du Napoli ou de la Juve, mais nous pensons à l’Udinese. Il y aura beaucoup de matchs où sur le papier on sera plus fort ».

Est-ce cela pourrait être ta dernière année à la Roma ?
« Concernant mon contrat, je suis très serein, je n’y pense pas. Ce sont des discours qui se feront à la maison ou en famille ou dans une phrase de négociation. Désormais je ne dois pas y penser. Si cela devait être ma dernière année ici, j’espère que cela sera la plus belle de ma carrière. Mais je ne pense pas au futur, un homme mature doit être en phase avec son physique et sa dignité, chaque décision qui sera prise sera évalué avec grande sérénité. Il n’y aura pas de cataclysme si je reste ou non, je décide de ne pas en parler pour l’instant parce que cela ne serait pas bien ».

Romanista35