Spalletti: « Ce que je pense de la vidéo sur Nainggolan »

A la veille de la 24ème journée de Serie A et ce déplacement à Crotone, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« Florenzi continue son travail perso, Totti a eu un problème intestinal cette nuit donc il est out. Il a un début de grippe ».

Salah change quelque chose tactiquement ?
« La défense à 4 existait aussi sans son retour. Ca dépend du match. Pouvoir changer est un avantage. Jouer de la même façon l’est aussi, car tu travailles toujours sur certains concepts. Il faut cependant être prêt à faire quelque chose de différent et à utiliser l’intelligence des joueurs. Si tu réussis à tout changer rapidement c’est le top, mais c’est plus dur ».

Crotone a tenu une heure contre la Juventus…
« Contre Crotone il n’y a pas que la Juventus qui a lutté, d’autres équipes ont débloqué le résultat à la toute fin, comme Milan. Nicola est un entraîneur qui travaille bien, il envoie des bons messages à l’équipe, il la maintient vivante. On devra être une équipe forte, on ne doit pas penser à l’adversaire mais nous savons ce qu’on doit mettre pour gagner. Si on perd contre Crotone, Juventus et Napoli feront des résultats. Nos adversaires ont tous les mêmes couleurs, bleus et noirs et blancs, car ils sont devant ».

8 matchs en un mois, décisif ?
« Oui, on l’a dit plusieurs fois mais on y arrive en bon état. On a retrouvé des joueurs qui nous permettent des changements. On réussira à maintenir le même rendement même en mettant au repos certain. Le nombre y est, la qualité doit être présente ».

La video de Nainggolan ?
« D’un point de vu personnel je sais ce qu’il se passe. C’est évident que ce qu’il fait sur le terrain, son tempérament, est à la vue de tous. C’est un très bon garçon. Ca va avec la loyauté, c’est à son image. Ce sont pas deux conneries dites à deux mecs devant un bar. A moi aussi ça m’est arrivé de parler à des tifosi devant Trigoria. La disponibilité d’un garçon qui s’arrête pour parler aux tifosi. Ces choses n’intéressent personne, seuls ces mots intéressent. Il dit deux conneries à deux mecs qui se sont révélés être deux chacals, au passage on ne voit pas le début de la vidéo, ce sont eux qui lancent le sujet Juventus. Celui qui utilise cette chose de la mauvaise manière est un chacal. L’homme est poli et vous le savez bien. Moi je garde son image, comme elle est restée dans le vestiaire, un sens de protection que j’attendais de l’équipe. Ce qui veulent notre défaite sont ceux-là. Nous nous sommes une équipe avec un esprit commun, pour nous c’est une situation très normal. A nous ce qui nous intéresse c’est le match de demain ».

Mon objectif minimum pour rester ?
« Réussir à envoyer un message fort de recherche de victoire. Travailler au maximum et trouver une solution à l’obsession que j’ai, et la transferer aux joueurs. Ce qu’a dit De Rossi je le renverse, c’est moi qui dois mériter la Roma. Pour cela je dois gagner quelque chose. Je ne dois pas signer le contrat, je dois mériter la Roma car c’est un poste magnifique qui doit être préservé. On doit le tûteler comme les jardins, en le maintenant ainsi ».

Résultat minimum ?
« Je l’ai dit, montrer que l’on est un groupe fort, la louve prête à dévorer tous les ballons pour gagner le match. On doit arriver à Trigoria tous les jours avec la bonne mentalité. Celle qui nous intéresse, c’est notre désir principal ».

Comment on explique qu’un joueur comme Nainggolan qui a ce type de vie soit souvent le meilleur sur le terrain ?
« Pourquoi il a quelle vie ? Vous m’appelez Radja, je veux le faire parler avec le journaliste. (le journaliste réplique en disant que la vidéo est tournée le soir, devant un local et qu’il y fume, ndlr). Oui mais ce n’est pas un problème. Il est souvent le meilleur car il a une vie très réglée, mieux que tous. Cette soirée c’était une de celles que je concède libre durant la semaine. Ca dépend des matchs. Chacun la passe comme il veut. Puis il y a des règles internes et elles parlent de respect entre nous, lui il est correct comme tous. Si tu veux voir la vie correcte, on va voir quelques semaines d’entraînement en Russie et tu te rends compte qu’ils y sont habitués et plus forts. Ils savent alterner les moments. Probablement que Radja trouve l’équilibre pour aller toujours très fort. Il y en a qui mangent peu, boivent peu, embrassent peu. D’autres au contraire, courent beaucoup, mangent beaucoup, embrassent beaucoup et ils ont aussi leur équilibre. Il est de cela ».

Un derby nocturne 4 ans après. Signe positif ? Nura ?
« Il continue avec la rééducation et maintenant il s’entraîne assez bien. Il a réussi à ne pas se faire oublier. Pour le derby c’est une confiance qu’on nous donne et on doit l’utiliser. J’ai eu Gabrielli et il a raison, on doit bien se comporter, faire les choses corrects pour faire venir plus de monde au stade. Moi une fois j’étais avec les joueurs et j’exposais les règles. Un joueur m’a dit « Mister, si vous voulez vous me faites pas jouer mais je n’éteins pas le téléphone tant que ma femme et mes enfants ne sont pas assis dans le stade ». Ce climat de tension dehors se ressent aussi pour les joueurs, qui ne font pas venir les femmes par peur. Et c’était le capitaine de l’équipe. Les joueurs sont touchés. Stades neufs pour les familles. Où ils sont meilleurs, il faut savoir apprendre ».

Où en est le style Roma ?
« Moi je me sens à mon aise ici. Quand j’entraîne, quand je pars tard. Je vois beaucoup de situations. Je ne commande sur rien mais je veux contrôler le plus de choses possibles. C’est correct ici. Il y a un président qui crée de nouvelles choses pour s’améliorer. L’envers du décors de la Roma est de qualité. Ces garçons sont très sérieux et corrects, ils ont grandi. Sur Totti nous sommes habitués à lui car on en a pas trouvé d’égal, mais on doit travailler pour en trouver plus qu’un. Dzeko est proche d’être un comme lui, Strootman aussi. De Rossi est là, Fazio est une très belle personne, Rudiger est un jeune mais il montre qu’il est attaché à ces couleurs. Ce sont tous des signes positifs. Si vous me demandiez de changer mes joueurs je ne le ferais pas, cependant il a des améliorations possibles un petit peu sur la mentalité. Le niveau ne descend pas d’un centimètre. Qui arrive doit voir notre niveau et s’adapter, à celui au-dessus ».

Comment va la Roma physiquement ?
« Non, non, on a oublié que le Cesena allait fort. J’ai vu Rodriguez lutter avec Manolas et Rudiger et tenir le coup sur le tout le terrain. En Angleterre ça arrive chaque année que des équipes fortes sortent contre des petits clubs en coupe. Ils auraient mérité la prolongation. On a été meilleur à la reprise, on a montré qu’on savait changer des choses et c’est juste d’accéder à la demi ».

L’Olimpico après le rugby peut conditionner le match ?
« On s’est informé ce matin auprès du Coni pour savoir s’ils étaient intervenus sur la pelouse. Des plaques d’une cage ont été levées et il faut le régler. Il faut soutenir le spectacle. Le temps n’aide pas non plus étant donné qu’aujourd’hui et demain il pleut donc le terrain ne sera pas bon. Le spectacle sera plaisant car il y aura deux bonnes équipes ».

Les contrats sont liés aux résultats. Quels sont ces résultats ?
« On verra quand on aura les éléments. Si on arrive second, si on se créé des marge de progression, ou si on gagne. On arrive à la fin de la saison et on évaluera tout cela ».

Cyril