Spalletti: « Castan ? Un transfert déchirure, mais nécessaire »

A la veille de la 6ème journée de Serie A et ce déplacement au Torino, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« La situation est la même que les autres semaines. Vermaelen est à l’arrêt, les autres à disposition. On doit pas se presser et évaluser avec le plus de calme possible son retour. Car à chaque fois qu’on fait un essais on fait des pas en arrière, il ne faut plus courir de risque ».

Comment le Torino a changé avec Mihajlovic ?
« Quand on parle du Torino se crée en moi un respect spécial, qui est amoureux de ce sport et du football italien se souvient du Grand Torino. Quand je joue contre eux, il y a la supervision de cette grande équipe, ça sera un match difficile. Sinisa est l’entraîneur du Torino et il colle bien à ce que je voulais dire avec ce discours, c’est une personne de caractère, il l’a montré en tant que joueur et entraîneur, on devra lutter durement dans ce match. Pour nous, il faut continuer ce qu’on a fait dans les derniers matchs et tenter de gagner. Ils ont des bons joueurs et il faudra une Roma forte ».

Les jeunes de la Roma peuvent être la valeur ajoutée de l’effectif ?
« C’est un peu ce que nous avons dit dans la précédente conférence, on doit mettre des enjeux et mettre en évidence ce que sera le futur, de la part de la Roma il y aussi cette intention, il me semble que qu’il y a eu des joueurs biens choisis pour ce qu’on a vu, ils peuvent donner de la continuité à une Roma forte ».

Quel est l’exemple que transmettra Castan demain ?
« Ca en dit long sur la force et le caractère du joueur. Ca me fait énormément plaisir de le retrouver comme adversaire même s’il est encore un joueur giallorosso. Il aura la possibilité de jouer avec continuité au Torino, il voudra montrer demain sa valeur, quand j’ai parlé avec lui j’ai compris qu’il tenait à la Roma, puis on a dû parler de son transfert avec déception. Ceux qui l’ont demandé pouvaient avoir confiance en lui, ça me remplit de joie qu’il soit titulaire, pour sa qualité de joueur et de personne ».

Pubalgie pour Vermaelen ?
« Oui, mais il y en a différents types et il y a des inflammations qui guérissent en 15 jours et d’autres qui prennent plus de temps. Beaucoup de rumeurs, pour l’instant c’est une pubalgie ».

Vous avez dit que vous offririez une machine à remonter le temps à Totti : et en réalité que lui offririez-vous ? Vous irez à sa fête ?
« Il m’a invité et je pense que j’irai le saluer, je lui souhaiterai un joyeux anniversaire et je partirai, quand ils me verront entrer je ne serai pas souhaité (rire). Le cadeau je lui ai fait, même si je n’ai pas pu acheté ce que j’ai dit. Le vrai cadeau je ne peux pas le dire… ».

De l’extérieur on dirait que Totti a plus confiance en vous et que le rapport se passe bien en ce moment, c’est le cas ?
« Mais non ça a toujours été comme ça et ça continuera. C’est un joueur de la Roma, il peut jouer titulaire, entrer, sortir, actuellement il est parfait, il vient, s’entraîne, il est dans le groupe, il pense au collectif et au jeu de l’équipe, c’est ce que je voulais, on avance ensemble ».

Peu de personnalité pour le peu de victoire à l’extérieur cette saison ?
« Parfois ce facteur cale, cette caractéristique. Il y a des moments où la balle voyage vite et d’autres où on a la peur. Pour moi c’est casuel, on a joué aussi de bons matchs, on est sur le bon chemin et on ne doit plus revenir en arrière ».

Le choix de maintenir Salah plus haut ne peut pas donner des problèmes à Florenzi ?
« Il faut voir ce que l’on retient comme un avantage ou une difficulté. Si Salah partait plus au centre et 10m plus haut, le chemin pour le 1 vs 1 avec le défenseur est bien plus court, s’il part de la doublure du latéral, ça la double. Puis il faut évaluer Florenzi, s’il est laissé seul à défendre, si l’arrière adverse pousse, il a des qualités pour faire le défenseur-arrière en resserrant et il faut apporter des solutions en fonction des situations. Il doit se débrouiller tout seul, s’il y a toujours le besoin du reste de l’équipe, tout le monde peut jouer, parfois il faut trouver la solution seul ».

Votre position sur  Roma 2024 ?
« Je l’ai déjà un peu dit, et c’est difficile d’en dire plus sans connaître en profondeur, mais c’est pour moi une occasion à utiliser. Non seulement pour Rome, mais pour l’Italie, puis c’est clair qu’il a des choses à régler et voir les plus et les moins, mais ça donnerait une joie aux sportifs qui mériteraient cela et ces lieux pour travailler. Je le dis avec superficialité, en profondeur je ne connais pas les comptes ».

La bonne occasion demain pour relancer Juan Jesus ?
« D’après moi on peut avoir confiance en Jesus, il a fait des erreurs sur quelques actions. Il avait un problème et je lui ai demandé de jouer, il fallait quelqu’un en plus sur la ligne défensive et demain je ne sais pas qui jouera, mais aller toucher maintenant à la ligne défensive est dangereux, demain le match est important et les titulaires restent Fazio et Manolas. Jesus peut jouer à plus de postes, il est bon de la tête, il a commis des erreurs comme d’autres, demain il y aura 11 titulaires et 12 mystères donc 23 titulaires ».

Dzeko peut arriver à 20 buts en championnat ?
« Pour moi il y arrivera, d’après moi cependant il y a aussi d’autres choses qui comptent comme la participation au jeu de l’équipe, je veux qu’Edin soit dans le projet et dans nos intentions. Ca me va aussi comme l’an dernier, s’il arrive à faire comme l’an dernier avec son physique on a des solutions, les stats disent que c’était parfait. On doit chercher une solution en plus, une force majeure comme recherche, si on y arrive avec Dzeko alors on aura des buts. Les buts sont un don qui mettent en évidence le plus visible et éclatant, mais s’il n’y a pas de travail d’équipe, le but est réduit à lui-même, c’est la disponibilité, le sacrifice, la façon de raisonner, d’être tous disponible autour du ballon et de jouer dans les 50m pour récupérer la balle. Un joueur qui prend et court jusqu’à la surface adverse personne ne le voit mais il couvre un espace où les autres ont moins à faire. Si un joueur reste en haut, il aurait plus d’énergie pour les contres, mais on aurait aussi pu prendre un but sur l’action précédente car il n’a pas couvert, il a 100% de passes réussies quand ils font en sorte que le score accompagne la performance, aujourd’hui je lui ai dit qu’il avait bien joué il m’a dit « culo » (rire). S’il ne touche que deux ballons c’est peu, il peut en manquer quelques un ».

Cyril