Spalletti: « Autant nous que l’Inter sommes inconstants »

A la veille de la 7ème journée de Serie A et cette réception de l’Inter, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« Sur les indisponibles il n’y a que Vermaelen, qu’on doit voir sur le terrain la semaine prochaine. Puis ça dépendra de la réponse au travail en situation réelle ».

L’Inter a alterné le bon et le moins bon, plus difficile de préparer un match contre ce type d’équipe ?
« Nous jusqu’à maintenant on a pas donné de signaux précis, ils auront le même problème. Bien faire de notre côté devient fondamentale, montrer le niveau de jeu atteint ensemble, de reconnaissance de situations de match. D’après moi on s’est bien entraîné dernièrement, on est sur le bon chemin. On doit se concentrer sur ce qu’on peut améliorer et jeter un coup d’oeil aux adversaires. Ils sont forts, l’Inter est aussi fort que la Roma. Et tôt ou tard ils le montreront ».

La Roma a marqué 14 gol, mais en a pris 8. Ce qu’il manque pour trouver l’équilibre ?
« Il manque une série de comportements et de stats qui ne sont pas ceux que tout le monde regarde. Car il y a des choses importantes comme la gestion du ballon, les buts, les assits, puis ce que vous ne connaissez pas, qui ne vous intéressent pas, mais qui donnent une résultante importante sur l’équilibre, comme les doubles marquages, la fermeture des lignes de passe, passer derrière la ligne adverse. Ce sont des stats que je vois jamais dans les journaux, mais qui ont également une importance notable sur la gestion du match. Peut-être pour faire une synthèse, beaucoup ne savent pas ce qui se passe là où il n’y a pas la balle, c’est une chose très importante par rapport à où on est, où tout le monde est attiré ».

Trop rapide les jugements sur de Boer ?
« Moi je le connais très peu. A première vue il me semble sérieux, pro. Après, une società comme l’Inter si elle choisit un entraîneur elle sait qui choisir, elle connaît la façon de travailler de la personne dans le groupe, les dirigeants laissent des signaux d’appréciation ou non. Il faut le laisser travailler, il vient de commencer. Il a montré des choses importantes, il a pris des positions pas faciles où il montre sa personnalité, une sécurité sur son rôle. D’après moi, il montrera sa valeur. Vous le savez mieux que moi, il y a des situations qui n’ont pas le bon timing, on a besoin de sortir des nouvelles tous les jours, ça ne va pas avec un projet de travail. Il faut que les choses arrivent et sortent et on passe d’une semaine à l’autre de phénomène à incapable. C’est une nécessité de devoir sortir tous les jours des nouvelles à la différence d’un choix de culture qui serait différent ».

Une Totti dépendance ? Il peut jouer contre l’Inter ?
« Il ne faut pas donner un avantage à l’Inter, je ne parle pas de la formation. Malheureusement on passe du fait qu’en juin vous vouliez lui faire faire une tournée d’adieu à se demander s’il sera confirmer titulaire. D’après moi si vous on est entre les deux et qu’on réfléchie tranquillement on trouve la solution, comme j’essaie de le faire. Jusqu’à ce moment je me suis toujours comporté que je l’ai dit et je continuerai. Il y a des numéros que vous ne connaissez pas, moi oui, entre 1 et 2 il y a 1,1 , 1,2 , 1,24 et j’en connais d’autres ».

De Boer essaie de faire jouer l’Inter pour dominer le match, c’est un avantage ou une inquiétude ?
« Ca dépend si on saura développer notre jeu. Moi je préfère être attaqué, s’ils sont bons j’ai de l’espace derrière la ligne défensive. Mais s’ils t’attaquent fort et bien il peut y avoir de la peur et la balle peut être perdue. Ca dépendra de l’intensité, de la vitesse et de la capacité à trouver des idées. Il faudra être prêt à toutes les phases de jeu avec différents types de vitesse ».

Vous avez déjà été proche de l’Inter ?
« J’en ai pas parlé et je n’en parle pas, j’ai entraîné les équipes qui se sont intéressées à moi et je suis content de mon parcours. Ces choses m’ont beaucoup donné et j’espère que ça m’arrivera encore pour m’améliorer et vivre d’autres émotions ».

Les stats qu’on ne voit pas sont bonnes, top, mauvaises ? Si elles sont bonnes comme vous expliquez la distance avec la tête du championnat ?
« Vous m’avez parlé de stats mais il y en a d’autres comme le doublage du marquage, si on le fait beaucoup on gagne. Si on couvre plus de lignes de passe, on récupère plus de ballon, ce sont des stats correctes, ne le prenez pas mal. Ca ne me satisfait pas, on a pas un équilibre fort d’équipe, on est pas au mieux dans l’addition de ces stats. Je n’ai jamais entendu parlé de combien de fois on a passé la ligne adverse, Salah est l’un des meilleurs comme Callejon à l’attaquer. Callejon est le plus fort de tous, Salah est très bon. Quand un joueur y va 20 fois c’est important pour ce qu’il sait apporter. La Juventus a plus de stats que tout le monde, elle doit encore s’améliorer, d’après moi la Juventus s’améliore. Il faut savoir utiliser toutes les situations car elles ne reviennent pas. Les matchs que l’on joue maintenant ne se rejouent pas ».

Vous avez utilisé Totti dans les derniers 20 jours plus que dans les 5 mois précédents. C’est un autre Totti ou une autre Roma ? Totti n’est pas dans les conditions pour jouer des matchs à haute intensité ?
« Je l’ai dit tout de suite, pour moi la gestion de l’équipe devient fondamentale. Il a bien joué et a été plus pris en considération. Si vous écrivez qu’il devait arrêter, vous aussi vous faites référence indirectement à son âge et sa gestion, personne ne s’est demandé de d’abord voir ce qu’il fait puis d’évaluer. Ceci en est le résultat. Il est géré dans l’équipe, il fait les choses que fait l’équipe. Naturellement j’évalue les autres choses auxquelles vous faisiez allusion en disant qu’il arrêterait cette saison ».

Vous n’êtes pas préoccupé par le fait que l’équipe ne joue bien qu’avec Totti ?
« Ca me fait seulement plaisir quand l’équipe s’améliore, si je dois être préoccupé par quelque chose c’est pour le reste de l’équipe. Car selon moi Iturbe a gagné un coup-franc important, celui du 2-0. Iturbe n’a pas été mentionné, nul part, on lui a pas donné ce mérite d’avoir passé un joueur et pris un coup sur le cheville. On ne donne pas de valeur à des situations que les autres développent et qui sont importantes. C’est pour renforcer la solidité mentale des co-équipiers, si Totti fait plus d’actions, de buts, tout, je suis content et je le fais jouer en évaluant que ce que je fais soit juste ce que je peux donner. Je le fais moi, vous ne pouvez pas le faire vous ».

Cyril