Spalletti: « Atalanta ? Une des meilleures équipes du moment »

A la veille de la 13ème journée de Serie A et ce déplacement chez l’Atalanta, Luciano Spalletti était en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes :

« On commence avec les retours, Manolas et Palmieri. Francesco s’entraîne avec le groupe et sera évalué durant l’entraînement, Paredes dans le groupe, Vermaelen a passé toutes les étapes, il y en a encore une lundi. Si c’est ok, mardi dans le groupe. Mario Rui se prépare au retour en Primavera du 26, si tout est ok il jouera et puis reviendra dans le groupe la semaine d’après. Florenzi et Nura continuent leur ré-éducation ».

A quel point se fut important de travailler avec des joueurs comme Strootman et Nainggolan ?
« Fondamental pour reprendre un travail physique correct, sans en faire plus qu’ils ne peuvent en faire pour le moment. L’attraction des sélections pousse au delà des limites, faire des choses programmées nous a fait respirer et préparer au mieux cette période, les réponses ont été positives ».

L’Atalanta est la révélation du championnat ?
« Oui, on peut parler de ça, d’une des meilleures équipes du moment. On doit penser à affronter une des meilleures équipes car c’est ainsi, ils le montrent avec leur jeu, parfois les stats sont accompagnés de chance mais eux ils ont mérité toutes les victoires, on doit être prêt à combattre. Ils sont bons dans les duels individuels, le coach déjà avec le Genoa montrait que sur l’aspect de la bataille ils donnaient tout, ils remportent beaucoup de duels. On ne doit pas combattre dans les duels, on doit combattre à chaque respiration. On est prêt à la bataille, on a gagné quelque chose dans la lutte individuelle, dans le métier de la lutte individuelle ».

Bruno Peres a les mêmes caractéristiques dans les phases que Florenzi ?
« Oui. Le centre peut s’atteindre en partant de devant ou derrière. A Florenzi je pouvais demander les deux, à Bruno Peres seulement de derrière. On est couvert, quand je l’ai demandé à El Shaarawy, Perotti, Radja, ils l’ont fait. De là c’est plus naturel, l’arrière qui a plus de caractéristiques pour pousser trouve ça naturel, les caractéristiques sont présentes, on est ok. J’aimerais avoir Florenzi ».

Ce que vous avez pensé quand vous avez vu Dzeko se prendre un jaune pour lever le short de Papastathopoulos ?
« (rire, ndlr). Il n’a pas fait au mieux. Il a montré que son talon d’Achille est encore présent, il doit apprendre cette qualité, choisir l’attitude et le moment ».

Vous avez parlé avec Bruno Peres après l’accident ?
« On parle de tout ce qui arrive. Si je me suis énervé ? Il était plus déçu lui que moi, quelque chose à dire je l’ai, mais ça arrive à tout le monde. A vous aussi. Il faut faire attention ».

Il reste 33 jours jusqu’à la fin de l’année sportive. Allegri a dit que l’objectif est de rester devant la Roma même avec un match en moins. Vous avez donné des devoirs ?
« Je n’y avais pas pensé. Vous m’avez donné une idée. Si Allegri donne des devoirs, nous on fait la synthèse. Pour être bon à viser la Juve il faut faire comme la Juve. Gagner les matchs qu’ils gagnent, avoir le même objectif. Ce qui manque pour être à leur niveau ? Si on fait comme eux il manque peu, autrement beaucoup. Il faut viser leur objectif. Pour quelqu’un ce n’est pas fait dans le bon timing, pour le métier qu’ils ont dans le fait de gagner, pour la bravoure de choisir le bon moment oui. On fait le constat de ne pas jouer un très beau football, mais si on joue un meilleur football devant la qualité augmentera. Nous, on doit encore consolider ce qu’on a montré, on doit être beaux pour être bons, à l’inverse on peut être bon individuellement ».

Vous avez toujours dit que les joueurs avaient notre renouvellement en main. Lier la permanence à la Roma à l’issue de la saison ne vous fera peut-être pas arriver en retard sur les programmes ?
« Pour ambitionner un contrat il faut le mériter, faire des résultats. Pour rester à la Roma il faut faire des résultats. C’est aussi mon évaluation, je pense que qui reste à la Roma, doit le montrer. Parfois la Roma a fait des contrats à des entraîneurs qu’elle a viré et elle a dû les payer. Moi je veux aider la Roma à ne pas se tromper. Je dois montrer la qualité du travail. Combien de matchs on a joué ? Si après 12 matchs on doit dire qu’on a atteint un résultat, ce n’est pas comme ça. Il y en a beaucoup à jouer. L’évaluation objective se fera en fin de saison. La società doit s’organiser pour tout prévenir, c’est juste ainsi. Elle doit regarder les joueurs comme elle a fait et fait en ce moment, la Roma a fait des bons résultats sur l’aspect du classement, c’est une croissance constante, c’est évident, elle travaille pour donner une structure à la composition de la Roma. Ce qui me tient à coeur c’est le rôle, je le sens sur mes épaules. C’est un discours qui me concerne, car ce sont les stats que nous ferons et ça dépend de l’équipe. Ca dépend peu de moi, je ne suis pas quelqu’un qui doit commander la Roma, la Roma est une équipe aussi dehors, très fort, autrement elle n’aurait pas cette force. Tous ont un rôle, mon rôle est de rester attentif à donner plus de force et être celui qui dit les bonnes choses. Je suis celui qui exalte ou calme les choses, cependant je le fais pour mon rôle et basta. Dans les autres positions il y a des pro très fort ».

Ventura a dit que De Rossi doit travailler, devenir plus dur. Vous avez vu une renaissance du joueur ?
« Ca fait partie de la croissance du joueur, Daniele a produit du travail dans ce sens là. Cependant nous travaillons de manière sérieuse, les joueurs ont des pensées sérieuses, correctes et importantes pour l’objectif futur. Et Daniele entre dans ces considérations. En Nazionale, il est clair qu’il est stimulé par quelque chose de novueau, cette saison c’est une croissance constante, c’est un joueur important qu’on doit continuer à stimuler ».

Vous pensez quoi de la demande de Ventura d’anticiper le début de saison ?
« Il est attentif, bon, il a apporté sa façon de travailler. On est tous des tifosi de la Nazionale, s’il a des exigences il faut tenter de le contenter, la Nazionale est l’équipe de l’Italie, on en fait tous partie. Pour moi c’est presque un oui ».

Cyril