Site AS ROMA

Site Asromaultras.it

Pour notre 5ème année d’existence, nous avons la chance d’avoir interviewé Lorenzo, administrateur du site amateur et d’informations http://asromaultras.org qui a accepté de répondre à nos questions avec beaucoup de sympathie et de gentillesse, sans langue de bois. MERCI DU FOND DU CŒUR LORENZO, SEMPRE FORZA ROMA !

Avant tout, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions !  Sur votre site, il est possible de lire les 11 commandements de l’Ultras de la Roma.  D’après vous, quelle doit être sa principale caractéristique ?
Plus que 10 caractéristiques d’un Ultrà de la Roma, c’est plutôt des caractéristiques qui différencient un supporter qui va au stade, d’un autre qui regarde les matchs à la Télévision.  Disons qu’il s’agit plutôt  de 10 astuces pour ne pas être rattachable au pouvoir politique et économique.  L’Ultra doit être libre et ne pas avoir d’intérêts économique, sinon il est rattachable.

Comment vous est venue l’idée de créer le site en 1999 ?
A l’époque, il n’y avait que 2 sites qui parlaient de la Roma et qui s’intéressaient au championnat et à l’équipe.  Il n’y avait encore rien qui parlait des supporters de la Roma.  Ayant le matériel adéquat, j’ai décidé d’essayer de raconter l’histoire des tifosi de la Roma, notre histoire à tous, en recueillant pendant des jours toutes les infos et la documentation que j’avais sur la Curva Sud.  Immédiatement,  je me suis rendu compte que le site attirait l’attention des supporters du stade, peut-être parce qu’ils comprenaient ce que je voulais dire vu que j’étais moi-même un des leurs.  Je l’ajourne tous les jours depuis 1999 et il est maintenant devenu immense !  Mon objectif est de mettre une photo sur chaque match depuis 1927, soit la date de création de l’AS Roma.  Une photo du match et une, représentant les supporters.

Au départ, vous avez eu des problèmes car beaucoup pensaient que vous étiez le site du groupe AS Roma Ultras qui était en Curva Sud.  Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé ?
Hé bien c’est très simple.  Vu que mon site raconte tout ce qui se passe en Curva Sud, y compris les dérives policières.  Ce qui les a fortement dérangés et ils ont cherchés à savoir qui était l’administrateur de ce site.  Quand ils ont découvert que celui qui le tenait – en l’occurrence, moi-même était un avocat, ils sont restés bouche-bée.

En 2001 vous avez décidé de changer le nom du site, pourquoi ?
L’URL est resté toujours le même, seul le nom a changé, car on le confondait avec le site du groupe AS Roma Ultras, alors qu’il a toujours été un site personnel.  C’est pour cela que je l’ai renommé Curva Sud.  Depuis que la politique de répression a poussé plusieurs groupes Ultras a prendre possession de différents secteurs du stade, je l’ai renommé simplement S.P.Q.R. !

Votre site est très complet, presque une bible du tifoso romanista , mais on y trouve aussi des informations sur le club et sur l’histoire de la Roma.  Vous n’avez pas l’impression de prendre un peu la place du site officiel qui disons le franchement, fait peine à voir et n’est pas à la hauteur d’une équipe comme la notre ?
En effet, notre site reconstitue la mémoire historique de l’AS Roma parce qu’il est fait avec passion et en dépensant seulement 24.99€ par an.  Je ne fais pas de pub pour le faire connaitre, et chaque semaine je refuse des tonnes d’offres économiques.  La femme de César doit être au-delà de tous soupçons !  La Roma dépense – parait-il- des dizaines de milliers d’euros par an pour un site lamentable.

Combien de personnes font parties de l’équipe du site ?
Une seule, il n’y a que moi qui m’en occupe.  J’y travaille chaque soir à partir de 22h30.

Beaucoup de supporters vous envoient des photos, des articles, vous pensez que c’est là le secret de la réussite de votre site ?  La solidarité entre les supporters de la Roma ?
Certainement.  Je ne considère pas ce site comme le mien mais comme le notre !  Il vit et il grandit grâce aux supporters qui envoient des tonnes de photos, de commentaires, d’anecdotes et de matériels.  C’est un site d’information qui dit ce que les journaux d’Etat taisent et qui est énormément lu aussi par les autres supporters.

On sait que des médias mal informés ont voulu vous salir en disant que certains épisodes tristement célèbres commis par les supporters de la Roma étaient de votre faute.  Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé pour ceux qui peut-être ne connaissent pas cette histoire !
Le mien est un site encyclopédique, donc il regroupe tout, que ça soit en bien et en mal !  La Roma a eu des groupes Ultras très violents, mais en parler ne veux pas dire qu’on cautionne leurs actes, ni qu’on est un membre de ces groupes.  Des journalistes à la recherche de sensationnel ont dit que j’étais un de ces membres, mais je les ai toujours fait taire verbalement.  Maintenant, tout le monde sait que ce site est celui de Lorenzo, et il n’y a plus de problèmes.

Une des plus belles pages de votre site est celle qui regroupes tout les défunts de l’histoire de la Roma, dirigeants comme supporters.  Comme Dino Viola, Antonio De Falchi, Zappavigna, Luisa Sora, ou dernièrement Roberto et Fabio (nous étions présent lors de Roma-Atalanta ou un hommage leur a été rendus par la Curva Sud.).  Quelle est la disparition qui vous a le plus touché ?
Toutes malheureusement.  Quand une personne qui a partagé la même passion et les mêmes émotions que toi, s’en va, c’est toujours un moment difficile.  Certainement, la mort d’Antonio De Falchi, et aussi celle de Fabio, de par son injustice,  ont étés très dures à vivres.  Ils étaient tous des personnes  avec un grand cœur giallorosso !

Avez-vous déjà reçu la visite d’un joueur ou d’un ex joueur de la Roma qui a entendu parler de l’existence de votre site ?
Je crois que Daniele De Rossi le connais, le plus supporters de nos joueurs !  En réalité, je ne considère pas les joueurs comme des demi-dieux, et donc qu’ils viennent lire mon site ou pas m’intéresses peu.  Cependant, ça m’a fait plaisir qu’un ex joueur comme Pierino Prati m’ait écrit du Cosa Rica !

Toujours sur votre site, on peut s’apercevoir de l’évolution qu’a subit la Curva Sud lors de ces dix dernières années.
Très certainement, la disparition du C.U.C.S (Commando Ultrà Curva Sud), avec les AS Roma Ultras en 1999, et puis la lente évolution qui est entrain de transformer la Curva Sud en une curva anarchique, victime de la répression de la police d’Etat.  Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a plus d’Ultras, juste qu’ils ne sont plus tous regroupés derrière une même banderole comme c’était le cas avec le C.U.C.S !

Beaucoup de déplacements ont été interdits à nos supporters cette année, cela représentes donc moins de travail pour vous ? (Humour).  Plus sérieusement qu’en pensez-vous ?
Personnellement, je suis contre toutes les interdictions.  En effet, quand la Roma n’a pas de supporters en déplacement, je n’ai pas besoin d’ajourner le site, même si pour moi c’est un véritable plaisir de le faire.  C’est une honte que pour éviter la violence, on doive fermer les stades.  C’est un exemple d’incapacité : trop facile d’éviter les accidents de la route en fermant les autoroutes !

Vous êtes un site informatif, mais quel est votre opinion sur la tessera del tifoso et sur l’actionnariat populaire.
Mon site est tout a fait contre la tessera del tifoso parce que cette tessera part du principe que tous les supporters sont potentiellement dangereux, ce qui est faux.  Quand on devait envoyer un fax au commissariat pour faire entrer une banderole, j’avais décidé de ne pas le faire, comme si maintenant j’allais demander l’autorisation à la police pour aller au stade.  Je ne me ferais pas « tesserare » mais j’essaierais d’être présent par tous les moyens au stade.
Concernant l’actionnariat populaire, ça peut être un bon projet à condition qu’ils maintiennent la tradition de « populaire » et ne deviennent pas une chose exclusive et élitiste.

Vous recevez plus ou moins 10.000 visites par jour, soit un Olimpico par semaine.  Vous avez des contacts avec des groupes de la Sud ou pas du tout ?
Bien sur.  Je suis moi-même un ultra qui s’est exilé en tribune Tevere.

Vous n’avez jamais eu l’envie de créer un groupe Ultras en Curva Sud portant le même nom que le site ?  Et avez-vous déjà fait partie d’un groupe Ultras ?
En réalité, il a déjà existé et c’était les AS Roma Ultras.  Je n’ai plus la force de créer un autre groupe, et en outre ce n’est plus le temps des groupes, mais bien de l’autonomie.  Avec la Tessera del tifoso (que la Roma appelé la « Privilege Card ») j’aimerais faire un mouvement dans un des secteurs du stade qui pourrait s’appeler « No Privilege Fans ».  J’ai été de nombreuses années un membre des groupes Ultras.  Pendant 23 ans pour être exact.

Cette année que nous sommes encore en course pour le scudetto.  Ressentez-vous une passion, une tension et un enthousiasme plus fort qu’en 2001 ?
Non, la passion est toujours la même.  La remontée a été magnifique, mais selon la tradition, on chute toujours à la dernière marche.

Quelle proportion pensez-vous que représente les visites des tifosi habitant hors de l’Italie ?
Une bonne partie des visiteurs de mon site résident à l’étranger, 13% il me semble.  A l’époque actuelle, grâce à la télé et à Internet, on peut se tenir au courant de l’actualité de la Roma sans problèmes, et c’est donc normal que la Roma ait des supporters hors Italie.

Vous pensez qu’il est important que la Roma ait des supporters vivant à l’étranger ?  Et pour vous qui avez eu la chance de naitre à Rome, qu’est ce que ça vous fait de savoir qu’il y a aussi énormément de supporters à l’étranger ?
C’est important car les équipes, surtout pour des motifs économiques, doivent être attentives à leurs supporters à l’étranger et pas seulement en Italie.  En tant que Romains, nous sommes très content de voir venir au stade des gens qui sont pour la Roma même si peut être certains ne parlent pas italien et nous les accueillons toujours avec énormément de sympathie.   Personnellement, ça me ferait plaisir qu’ils s’intéressent aussi à nos traditions, afin qu’ils puissent comprendre par exemple, l’importance d’avoir un maillot rouge pompéien et jaune bec d’oie, et non pas simplement un maillot rouge et jaune comme celui de Lecce.

Une petite déclaration pour tous les lecteurs de Cesololaroma.com ?
Salut les gars !  Je sais qu’il est difficile de suivre la Roma à l’étranger et donc je ne peux que vous remercier pour ce que vous faites.  Nous qui vivons à Rome, sommes des privilégiés car nous avons la chance d’avoir l’équipe à proximité et de pouvoir nous rendre au stade régulièrement, même si les hautes instances font tout pour tenter de nous rendre la vie dure.
Vous aussi soyez à nos cotés, si nous serons libres, vous le serez aussi.
FORZA ROMA, NON A L’AS ROMA PRIVILEGE CARD !