Simone Perrotta, le Romain d’adoption

Alors que le contrat de Simone Perrotta a pris fin ce dimanche 30 juin 2013, après 9 saisons sous le maillot giallorosso, le champion du monde 2006 a décidé de raccrocher les crampons. Le site CSR vous fait une rétro sur sa longue et belle carrière.

Simone Perrotta est un joueur surprenant. Par exemple, il est Italien mais né en Angleterre, à Ashton-under-Lyne le 17 septembre 1977. Mais c’est avant tout un grand monsieur qui a la Roma et la ville de Rome dans le cœur. Après des dernières saisons difficiles où il semblait avoir perdu ses jambes mais non sa grinta, il renaît cette saison sous le commandement de Zeman. Retour sur le parcours de ce joueur si cher au vestiaire Romanista.

Simone Perrotta est arrivé en Italie à l’âge de 5 ans suite à la décision de ses parents de revenir chez eux à Cerisano en Calabre. Très vite remarqué par le club de la Reggina où il signe à l’âge de 13 ans, il y connaîtra son premier match pro en Serie B contre le Chievo Verona en 95 après y avoir fait ses classes des Giovanissimi à la Primavera. Il jouera 26 matchs lors de sa première saison et marquera un but. Ses performances lui ouvrant les portes de la Nazionale espoir et attirant les convoitises, il quittera la Calabre en 98 pour la Juventus. Cependant, son passage à la Juve sera mitigé, il n’y jouera que 5 matchs, gagnant quand même un trophée (la coupe intertoto) mais sera prêté jusqu’en  2001 à Bari où il trouvera plus de temps de jeu.

Voulant plus de stabilité, il signe au Chievo Verona lors de l’été 2001, club contre lequel il a disputé son premier match et qui lui ouvrira les portes de la Nazionale. Lors de la saison 2001/2002 il est l’un des grands protagonistes de la fabuleuse saison du Chievo qui finit 5ème après avoir été leader. Mais les années suivantes, le club peine à réitérer ses exploits, tombant petit à petit dans le ventre mou du championnat. Perrotta décide alors de prendre l’air et de donner un nouvel élan à sa carrière.

Et c’est Cesare Prandelli, alors entraîneur de la Roma qui lui ouvre ses portes lors de la saison 2004/2005. Mais Prandelli quitte prématurément la Roma pour s’occuper de sa femme malade et Simone connaîtra pour sa première saison au club une saison très difficile sur le plan collectif avec pas moins de 5 entraîneurs. A la Roma il joue alors milieu de soutien derrière le trio Cassano – Totti – Montella. La grande chance de Perrotta arrive en 2005/2006 et s’appelle Spalletti. Le toscan le place Trequartista et permet au  joueur de faire le salto di qualità tant attendu. Simone Perrotta est une arme indispensable du schéma de Spalletti, véritable poumon de l’équipe qui assure les phases défensives et tournent autour de Totti en phase offensive. Ses belles prestations lui permettront d’ailleurs de devenir champion du monde en 2006.

Depuis, les entraîneurs et les années ont passé mais Simone n’a pas cessé de clamer son amour pour le maillot giallorosso et d’apporter du bonheur à ses tifosi. Véritable pièce maîtresse du vestiaire giallorosso il est aujourd’hui glorifié par des romanisti tels que Totti lui-même qui le tient en respect. Simone Perrotta est aujourd’hui plus qu’un joueur de la Roma, il en est un ambassadeur, un monsieur, une bandiera. Et à chacune de ses entrées, il se donne comme aucun autre, faisant oublier son âge.

C’est donc sur une saison très décevante collectivement que Simone Perrotta met fin à sa carrière. Mais il n’aura cependant pas eu à rougir de ses dernières prestations, où il inscrit notamment 2 buts en 16 matchs. Pour lui pourrait se profiler un début d’aventure en tant que dirigeant, avec un poste à définir, toujours du côté de Trigoria