Scamacca: « PSV ? Partir pour mieux revenir »

0
299

 

On dit souvent que les voyages forment la jeunesse, le discours de l’attaquant italien de 16 ans va dans ce sens. Après avoir quitté en janvier le centre de formation de l’AS Roma pour rejoindre le PSV Eindhoven, Gianluca Scamacca s’est exprimé à La Gazzetta dello Sport :

« Mon objectif est de jouer à l’Olimpico, avec le maillot de la Roma. Si je réussis à faire quelque chose d’important, j’espère devenir un joueur qui peut intéresser la Roma, aucun ne se souviendra que je suis parti du centre formation. Ou que j’ai « fugué », comme diraient certains. Pourquoi être parti de Rome ? Cela m’a semblé une étape très normale, même si je change de pays. Je le fais pour progresser, pour mon parcours de croissance. En Italie il y a peu d’espace pour les jeunes, à l’étranger tout est différent. Les entraînements, ici au PSV, ne sont pas plus longs qu’en Italie, mais l’intensité est plus haute, il y a toujours le ballon, et tout est vu comme un divertissement. Il n’y a pas l’obsession du résultat, comme en Italie. Et puis ils m’offrent un parcours de croissance, un travail spécifique, personnalisé, avec beaucoup d’anciens joueurs qui font les entraîneurs : le vice de l’équipe B est Van Bommel, je m’entraîne avec lui, notamment parce que c’est le seul qui parle italien. Et à faire le travail spécifique avec les avant-centres, c’est Van Nistelrooy, un mythe. Je n’ai pas encore travaillé avec lui, mais j’ai une grande hâte de le faire. Si au moment de me perdre la Roma m’a proposé de monter en Primavera ? Oui, mais j’ai eu l’impression que cela aurait juste été pour faire le nombre dans l’effectif, à quoi cela m’aurait servi ? A mon âge je dois jouer, pour progresser et m’améliorer. Le championnat Allievi est trop facile, peu motivant. Et, ici en Italie, le rythme de jeu est bas : Ce que j’ai trouvé en Hollande, je le trouve seulement lors des matchs avec la sélection d’Italie U17. Mais faire 2-3 jours à haut rythme, puis retourner en club ou cela ralenti n’est pas très enthousiasmant. Mais attention, cela n’est pas une critique envers la Roma : Je ne peux que remercier le club : Si j’étais en sélection, si je suis au PSV, cela est entièrement leur mérite. Quand ils ont voulu me recruter, je n’ai pas hésité un instant : un tifoso romanista qui jouait à la Lazio était une anomalie. Le centre de formation giallorosso a un « appeal » très important ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here