Mohamed Salah a livré ce vendredi un interview au journal La Stampa :

« Juve-Roma ? Je marque, j’exulte et je gagne. Blague à part, j’espère que tout ira bien pour nous (rire, ndlr). J’espère que cela se finira comme à l’aller : 2-1 pour nous. Eux sont forts, très forts, mais nous aussi. Roma dans une période difficile ? Il faut une petite étincelle pour recommencer à gagner et voir les choses en grand. Le parcours est encore long, nous ne sommes pas lâchés. Je dois faire plus ? Mon football est divertissement, passion, courage. Dans ma tête il n’y a pas de place pour le 0-0. 5-4 match parfait ? Oui, si les 5 buts sont à nous. Naturellement il faut être attentifs à la phase défensive, sinon… Sinon les entraîneurs s’énervent ? En Italie, la tactique est très présente : c’est un aspect fondamental, on apprend beaucoup. En Angleterre non : là-bas on joue toujours et seulement pour la victoire, on ne trouve jamais une équipe plus faible qui renonce au jeu et à attaquer. Si je pourrais défier Bolt en vitesse ? C’est vrai que je cours vite. Cela me plaît, je le fait toujours. Mais je n’ai pas que cette qualité. Pourquoi avoir choisi Rome et la Roma ? Ici il y a la passion, la chaleur. Et puis dans le Moyen-Orient tout le monde connaît le club et Totti : quand j’ai signé, mes amis m’ont passé des coups de téléphone : « Momo salues le Capitano ». Zidane autre idole ? Cela sera un rêve de le rencontrer en 8ème de Champions League. Moi dans le vestiaire avec Totti et Zidane comme adversaire. Premier League et Serie A, deux mondes et cultures sportives radicalement différentes ? Ici je me trouve très bien. En Italie on respire le football, comme en Egypte. La Juve dit que la Roma est favori dimanche ? Nous avons l’obligation de viser le haut du classement : ça sera un match sans calcul, et les équipes joueront pour la gagne, je ne veux pas du partage des points. Si la sentence de la FIFA (lundi, ndlr) me préoccupe ? Je connais la situation, je n’y pense pas. Je ne veux pas sembler arrogant, mais je sais comment se passent les choses. Quand je jouais au FC Bale, on m’a accusé de ne pas avoir serré la main des joueurs du Maccabi Tel Aviv ? Je ne veux pas continuer à me justifier. La vérité est que je respecte ma religion comme celle des autres. La communauté juive de Rome était sceptique sur mon arrivée ? Je n’ai jamais eu de problème avec n’importe qui ».

Twitter: @Romanista35

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here