Sabatini: « Le mercato est encore bloqué »

0
287

Walter sabatini est intervenu ce matin sur Tele Radio Stereo pour s’exprimer sur le mercato giallorosso : 

Eloges sur Lamela, mais il ne viendra probablement pas : « Cela sera probablement ainsi, les éloges sont nombreuses parce qu’ils sont d’excellents joueurs. Sur les nombreux joueurs que j’a vanté j’espère en voir arriver quelques uns. Il y a une fibrillation incroyable actuellement, nous sommes un peu dans l’attente même si nous continuons à nous en occuper. Le marché est généralement statique, je suis persuadé que dans les prochains jours il se passera quelque chose et que tout le reste suivra. Dans le football il y a le doute, l’anxieté, la peur. Le premier club qui effectue un choix de mercato, est en général celui qui paye le plus cher. La patience est régle d’or ».

Luis Enrique : « Nous avons voulu chercher à comprendre, savoir s’il y a la possibilité de faire une synthèse entre la pensée de football du Barça et celui italien. En tant que footballeur il était très polyvalent. Il avait et a un tempérament très fort qu’il a également comme entraîneur. Chacun fera au mieux son choix. Nous avons fait un choix qui ne concerne pas seulement l’attente du terrain. Le staff qui arrivera, proposera une autre façon de voir le football et le sport. C’est une idée plus complexe et nous devons la construire petit à petit ».

Vucinic s’est-il confessé ? « Je n’ai pas les caractéristiques du prêtre. Je l’ai déjà rencontré, avec grande sérénité. J’ai essayé de le faire raisonner positivement. Il est assez affecté. Je rappelle à tous que Vucinic est un champion qui a des coups que seulement cinq ou six joueurs en Europe ont. Il réussit toujours à être imprévisible. C’est un joueur qui techniquement est parmi les meilleurs. L’affection des tifosi est nécessaire pour tous les footballeurs, surtout pour quelqu’un comme lui. Ce sont des choses qui peuvent se récupérer et même avec la contribution de Mirko. Sûrement que le désamour des tifosi naît aussi de quelques attitudes négatives de Vucinic et qu’ils le font remarquer. Mais cela arrive aux plus grands. Les gens doivent être en accord avec la psychologie des joueurs mais les joueurs doivent aussi donner leur contribution. Communication pour mieux le vendre ou le conserver ? Peut-être les deux (il rit). Si Mirko réussit à revenir avec sa sérénité nous serons contents de le garder, autrement il sera mis sur le marché ».

Concernant les gardiens : « L’erreur de Bologne ? Viviano nous est attribué parce que nous sommes à la recherche d’un gardien. L’incident qui s’est passé à Bologne peut arrive, cela m’est arrivé aussi il y a quelques temps. Voyage à Amsterdam ? Mon programme est organisé avec Tempestilli, mais Stekelemburg est un joueur qui plaît à tous. Curci ? C’est un joueur de la Roma. Il vient d’une saison difficile. C’est un garçon du cru et il pourrai être utile notamment dans la liste Uefa. Il est possible qu’il ne reste pas à Rome, mais s’il reste je suis sûr qu’il saura être utile. Doni ? Je parlerais avec lui. Je dis à tous les joueurs d’essayer d’affronter certaines situations avec une mentalité différente. Si j’étais à sa place je ferais tout pour me remettre en jeu. C’est un discours général que je fais à tous les joueurs. Il faut savoir accepter les défis et savoir se remettre en cause. L’orgueil est une qualité fondamentale pour un footballeur. Prenez Van der Sar, à la Juve il fit deux saisons catastrophiques, mais ensuite il a eu la force de se remettre en jeu ».

Il y a un accord avec Alvarez ? « Oui, il y a un pré-accord avec lui pour le bloquer. Cependant 15 millions pour Alvarez est trop élevé. J’ai comme idée qu’un joueur doit être payé à sa juste valeur. Alvarez a 23 ans mais il a peu de matchs en équipe première. J’ai perdu le bon moment pour pouvoir l’avoir à 8 millions d’euro en faisant jouer une clause, que cependant les clubs argentins ne font jamais respecter ».