Site AS ROMA

Sabatini: « Je pense déjà au prochain mercato »

Walter Sabatini, en marge de la conférence de presse d’Alberto De Rossi concernant la Supercoppa d’Italie Primavera face à la Fiorentina, s’est exprimé sur le mercato giallorosso, et la situation de la Roma.

Penses-tu avoir délivré à Luis Enrique une équipe très compétitive ?
« Je ne le sais pas. Je n’ai pas cette pensée maintenant. Il serait prématuré et présomptueux d’attribuer cette étiquette à cette équipe dans cet instant. La Roma doit encore être modelé. C’est certainement une équipe compétitive, même si j’aurais pu faire mieux sur certaines choses mais le football est ainsi. Personnellement j’ai déjà le regard tourner vers l’avant, je pense à janvier, et juin. Luis Enrique doit certainement éclaircir certaines choses, notamment sur la hiérarchie entre les joueurs ».

Es-tu préoccupé de la friction Totti-Luis Enrique ou du contrat de De Rossi ?
« Pour l’instant on donne plus d’importance à la situation entre Baldini-Totti-Luis Enrique plutôt qu’aux footballeurs qui sont arrivés. Il y a une situation qui peut peser et qui doit être réglée. Je me suis trompé en acclamant des situations révolutionnaires, en n’ayant peut-être pas le charisme et les accréditifs pour pouvoir le faire. Nous devons penser au football ».

Sur De Rossi ?
« La situation me préoccupe mais je retiens qu’elle est toujours réalisable. Nous parlons avec son agent. On formule une nouvelle idée de contrat qui, au-delà des bonus, présente des caractéristiques innovatrices. Toutefois je crois que tout peut se régler ».

Friction Baldini-Totti-Luis Enrique.
« Celui qui a le moins de pouvoir pour sortir de cette polémique est certainement l’entraîneur. Je ne crois pas qu’il doive devenir l’objet, en négatif, de la saison de la Roma. Vous avez vu comme Antei a parlé de lui. Qu’il y ait une friction entre Totti et Baldini, je n’y ne crois pas. Parler de sms de Baldini à Totti, et que ce dernier ne répond pas, et dire que ceci soit le problème me fait penser et dire que cela n’est pas le football. Il est absurde et je ne supporte pas qu’il y ait un plan pour anéantir Totti. Baldini et Luis Enrique, avec moi en tête, veulent faire partir Totti de la Roma ? Franchement il est absurde de le supposer. Totti possède une très grande générosité et humanité. Je demande à Totti de puiser dans toutes ses qualités. Totti ne doit pas se prêter à passer comme un problème, il est un privilège de l’avoir. Ce problème doit être résolu par lui, en allant rencontrer l’entraîneur. Il doit faire quelque chose de plus, parce que nous considérons qu’il est quelqu’un de spécial. Luis Enrique, que je retiens comme ayant de très grandes qualités, tout comme son staff, et Totti doit l’aider à faire son travail et résoudre cette situation. Il y a des footballeurs, comme Vucinic qui ont quitté Rome pour retrouver le sourire. Le sourire est une chose importante (il sourit, ndr). Totti doit garder le sourire. Les qualités de Totti n’ont jamais été mises en discussion. Il doit se gérer et penser de manière différente. Totti a toujours eu un comportement irréprochable. Il doit comprendre qu’il est plus utile de faire 20 matchs plutôt que 30 pour gérer son potentiel ».

Est-il un cantonnement de Totti dans un certain sens ?
« Non. Totti ne mérite pas d’être instrumenté chaque fois que Luis Enrique décide de ne pas le mettre titulaire. Totti est un être humain spécial. Il doit être considéré comme le grand champion qu’il est. Il doit donner sa contribution et faire en sorte que le massacre médiatique soit modéré. Je ne veux pas que Totti passe pour le « mangeur d’entraîneurs » ».

Comment est Borriello après avoir passé deux mois compliqué  ?
« Borriello n’est aujourd’hui pas un problème mais un vrai avantage pour nous. Paradoxalement il était plus un problème il y a deux mois ».

Que penses-tu du silence de Totti ?
« Personne n’a demandé à Totti de ne pas parler. Au contraire nous avons accepté que Francesco ne parle pas. Que Totti puisse venir librement en salle de presse est une chose que je souhaite. Totti doit être libre de parler avec qui il veut et nous devons être bons à gérer également sa communication ».

Peux-tu nous parler de Borini ?
« Joueur classe 91′ (20 ans), qui a évolué en Under 21 d’Italie. Il a la faim du but et la chose m’attire. La solution pour le prendre de Parme m’a convaincu et donc j’ai opté pour le faire. A Swansea City, en Championship, il a fait très bien et a contribué à la montée en Premier League ».

Sur Pjanic ?
« Il a toujours été présent dans nos pensées. Classe cristalline et grand talent. Dans les derniers jours du mercato, je me suis attaqué à cette idée et à ce prix, même si nous avons du mettre 2-3 millions de plus. Nous étions amoureux de l’idée de le prendre et nous l’avons fait ».

Pour revenir sur Totti. Il peut donner beaucoup à la Roma même en jouant 20 matchs. Aura-t-il certains privilèges en moins, et la loi sera la même pour tous ?
« Totti ne doit pas apprendre ce concept puisqu’il le connaît et le respecte parfaitement. Ce n’est pas vrai que Totti demande un traitement spécial. Luis Enrique est un entraîneur formidable mais pas irréparable. Par exemple je n’aurais pas fait ce remplacement à l’Olimpico. Nous ne pouvons cependant pas le détruire. Et il ne faut surtout pas faire croire que Totti souhaite le faire ».

Si Totti ne devait pas comprendre cela, que se passerait-il ?
« Totti doit accepter ce que j’ai dit en modulant son attitude et ses réponses à l’entraîneur et l’équipe. Je demande un force extraordinaire à Totti, je le sais. Il n’est pas complétement un champion s’il n’accepte pas sereinement certaines décisions. Luis Enrique fait des choix et continuera à le faire, on demande à Totti de les accepter sereinement ».

Y a-t-il des regrets lors de ce mercato ? Des refus qui peuvent pénaliser la Roma ?
« Oui il y a des regrets. J’ai poursuivi des footballeurs que je n’ai pas réussi à prendre. Je me suis ébahi de certains refus. Je n’ai jamais pensé que la Roma était un club refusable ».

Plus de regret pour ne pas avoir pris certains joueurs, ou bien pour avoir perdu quelques talents comme Vucinic et Menez ?
« Menez a été vendu à un an de l’échéance de son contrat, en sachant qu’il n’aurait jamais prolongé, nous étions obligé d’accepter son départ à 8 Millions. Vucinic a exprimé sa ferme volonté de s’en aller, donc cela fait forcément baisser son prix ».

Tu as dit penser à la prochaine ouverture de mercato. À quoi penses-tu en particulier ?
« Nous avons un solde négatif (40 millions, ndr) qui témoigne du fait que la societa veut investir. Le solde négatif de la Roma a donné une vivacité du marché qui a permis d’apporter 11 footballeurs à Trigoria. C’est comme si nous avions recruter « seulement » Pastore ou Falcao, à la place de ces 11 joueurs. Je pense au football ».

L’événement Baldini-Totti-Luis Enrique.
« Quand Baldini l’a qualifié de paresseux, il ne parlait pas de Totti en lui-même, mais de certaines circonstances autour de lui, qui le mettent dans des situations désagréables ».

Totti n’est plus intouchable ?
« La Roma a fait un championnat correct l’an passé grâce à Totti. Personne n’est intouchable dans le football d’aujourd’hui. Le problème des polémiques ne permet pas à l’équipe de progresser ».

Totti, vu ce qui a été dit, peut être céder dans le futur de la Roma.
« Absolument pas. Totti est un point de référence de la Roma et on demande seulement d’adapter quelques uns de ses comportements pour le bien de la Rome ».