Roma à 2 visages, incompréhensible !

Une nouvelle fois l’AS Roma affiche une prestation à double visage : une première demi-heure frôlant la perfection conclu par 2 buts de Lamela, puis une heure qui suit mi-figue mi-raisin, permettant à l’Udinese de recoller à 2-2, puis de décrocher la victoire à quelques minutes de la fin, sur un penalty litigieux. Si l’arbitrage est très contestable, cela n’excuse pas la finition giallorossa frôlant le zéro pointé.

C’est donc la Roma qui part sur les chapeaux de roue, contrairement à ses 3 derniers matchs. En effet les romanisti prennent de suite leur adverse à la gorge et enchainent les occasions chaudes. En effet dans les 20 premières minutes, Lamela et Osvaldo vont chacun se créer 2 occasions très franches. L’une chacun rasant le poteau, et l’autre chacun sorti par le gardien Brkic. Côté Udinese, seul un petit tir de Maicosuel, qui n’a pas de quoi inquiéter Stekelenburg. Mais la Louve va alors passer la vitesse supérieur grâce à son argentin de 19 ans. Lamela récupère le ballon, suite à une action semble-t-il échu, au niveau de la ligne de fond de cours. Il longe alors le terrain en direction du but, et déclanche une frappe dans un angle complètement fermé, qui trompe le gardien adverse. 2 minutes plus tard, à la 24ème, il va doubler la mise. Totti lance Osvaldo dans le côté droit de la surface. Ce dernier réalise un centre-tir que Lamela coupe de la tête, pour inscrire son premier doublé en Série A, et déjà son 5ème cette saison. Mais c’est alors que, de façon incompréhensible que la Roma va reculer et commencer un perdre un nombre incalculable de ballons. Si Tachtsidis a réussit son meilleur match de la saison, avec pas mal de ballons récupérés et peu de perdus, le milieu de terrain prendra cependant l’eau, et n’arrivera jamais à ressortir proprement et calmement. Il est vrai, cela revient aussi au mérite de l’Udinese qui a alors su instaurer un pressing haut et intense. C’est d’abord Stekelenburg qui sauvera un face à face avec Di Natale, puis Marquinhos qui réalisera un sauvetage in-extremis sur la ligne devant le goleador bianconero. Mais l’orage ne sera pas suffisamment passé, puisqu’Udine réduit le score à la 33ème minute, par son défenseur Domizzi, qui se voit recevoir un ballon remis involontairement par Osvaldo. Jusqu’à la mi-temps, chaque équipe aura une occasion de marquer. D’abord l’Udinese, avec une frappe de Di Natale qui rase de très peu le poteau. Ensuite par les giallorossi, avec une frappe d’Osvaldo stoppé en 2 temps par le gardien.

Et l’Udinese repart sur le même rythme qu’elle a fini la première période. D’abord, encore lui, par Di Natale qui tombe sur l’arrêt du gardien hollandais. Mais après 5 minutes de jeu, ce dernier trouve l’égalisation suite à une action de flipper rocambolesque. Les giallorossi contesteront pendant plusieurs dizaines de secondes, sans obtenir gain de cause. La Roma va alors se réveiller et repartir de l’avant, avec de nouveau un nombre immense d’occasions. Tout d’abord par une frappe de Piris, qui passe de peu au-dessus. En l’espace de 2 minutes, Osvaldo manque 2 fois, de peu, le cadre, l’une à côté et l’autre au dessus. A l’heure de jeu, Zeman sort Dodô (auteur d’une prestation très convaincante, et notamment en 1ère période, mais encore un peu à cours de rythme) et fait rentrer Marquinho. Ce dernier apportera sa vivacité et sa percussion dans son couloir gauche. L’Udinese procède alors en contre, et profite largement des largesses défensives giallorossi, qui joue le tout pour le tout pour accrocher les 3 points. Peu avant l’entrée du dernier quart d’heure, il faut d’ailleurs un retour héroique de Marquinhos près de sa cage. Pjanic, auteur d’une prestation mitigé, se voit alors remplacé par Florenzi, qui aura apporté dans le couloir gauche. C’est ensuite Totti qui s’essaie à la frappe, à l’entrée de la surface, mais celle-ci passe de peu au dessus. Un dernier quart d’heure où il ne se passera peu de choses, malgré la possession largement à l’avantage du club hôte. Zeman joue alors son dernier changement, en faisant entrer Destro pour Totti, dans l’espoir d’amener du poids dans la surface. Et c’est dans les dernières minutes que Peyrera s’écroule, semble-t-il très facilement, suite à un très léger contact avec Castan. L’arbitre de surface n’hésite pas et siffler. Di Natale ne se fera pas prier pour inscrire son doublé, d’une panenka.

Une défaite qui sonne comme un goût de (plusieurs fois) déjà vu, et qui devient franchement inquiétant, au vue du nombre de points perdus suite à des remontées adverses. Avec le déplacement à Parme mercredi, les giallorossi n’auront pas le temps de cogiter et auront l’occasion de se remettre de suite dedans.