Site AS ROMA

Retrouver le goût de la victoire à l’Olimpico

Après une série de 9 victoires consécutives, l’AS Roma vient d’enchaîner 3 matchs nuls lors de ses 4 dernières rencontres (outre le succès dans le derby). Luciano Spalletti attend donc une réaction de ses joueurs, en vue d’assurer cette troisième place au classement.

.

La conférence de presse de Spalletti.

« Tout est OK avec Totti »

« Lobont out, hier il a pris un coup au coude. Gyömbér revient dans le groupe, Digne ok, Pjanic on verra aujourd’hui, en groupe. Tous les autres ok, Pjanic a des problèmes aux adducteurs, hier les sensations étaient bonnes, aujourd’hui on verra en groupe, puis il y a l’entraînement et le réveil de demain matin. Comment on explique les deux nuls ? Une baisse de concentration post-remonté ? Parfois des moments où tout va moins bien arrivent, il faut que l’équipe continue d’essayer de contrôler le match, de lutter, dans le duel on perd de la qualité selon mes choix. Puis il faudrait être récompensé quand tu fais bien les choses comme contre Bologna. Contre l’Atalanta j’ai raisonnement de manière différente, en mettant une équipe plus physique, l’Atalanta est bonne sur phase arrêtée, elle utilise le physique, elle récupère bien le ballon et rend favorable des situations neutres. Puis ils ont de bons contres, on aurait dû être plus attentifs. On a pas été au bout du raisonnement, mais l’équipe a fait de bonnes choses à Bergamo et contre Bologna. J’attendais plus d’expérience après le 0-2, j’avais fait en sorte de mettre une équipe plus experte, les faits m’ont donné tort. Il y a des moments critiquables et des moments exaltants, sur le 3-3 on a eu la balle du 4-3. Des problèmes physiques ? Quel match contre le Torino ? Les difficultés sont apparues du point de vu de l’équilibre, si on est pas meilleurs là-dessus on aura les mêmes difficultés. Le Torino sait être compact et contrer, en jouant verticalement, ils connaissent les mouvements des attaquants par coeur, Ventura est un maître, en plus d’être une personne exceptionnelle. Il sait donner son style, sa façon de travailler à ses équipes. Le fait d’être au Torino met en évidence le fait qu’il sait convaincre tout le monde avec son travail, on doit être attentifs à ce qu’on a dit, si on y arrive on peut gagner, mais il faudra être bon. Si l’affaire avec Totti peut perturber ou au contraire être transformée en quelque chose de positif ? Les motifs de distractions il y en a dans le vestiaire, ça non. De notre point de vu c’est totalement réglé, on travail pour le Torino, on ne parle plus de ça. Hier on a tout mis au clair, je dois intervenir sur les règles c’est clair et la modération que je dois utiliser quand j’envoie des messages à l’équipe. Mais tout est ok. La Roma a pris moins de points sans Keita. Pourquoi il n’a pas joué contre Bologna et Atalanta ? Si c’est dur de le lever ? Je dois reprendre ce que j’ai déjà dit. Je dois modérer les messages envoyés à l’équipe. Keita nous a fait prendre des points et les autres ne comptent pas ? Ce n’est pas vrai, une équipe ne dépend pas d’un joueur. C’est ça que je voulais dire sur le troisième but de Totti. Quel message on envoit en disant que le nul c’est Totti ou les points Keita ? D’autres joueurs gagnent des duels, savent jouer au football comme Seydou, dans le cas de Totti, il y a une action de jeu de Dzeko, une autre exceptionnelle de Perotti, El Shaa et Emerson touchent le ballon, Florenzi la reprend et puis le grand but de Totti. Pour lever du mérite à l’action de Perotti et dire que ça ne dépend que de Totti ? Ce n’est pas correct, c’est distordre la vérité, je ne veux pas lever du mérite à untel ou untel, je n’accepte pas ça, je suis attentif à cela.

« On a fait appel à moi pour faire respecter les règles »

Après le match j’ai dit qu’on se dispersait avec l’équipe et la famille. De quoi je parlais ? De Totti car il est l’un de ceux qui ont fait l’histoire de la Roma. Moi je tente de trouver 4-5 autres Totti. Les trouver, les faire grandir, ou faire grandir 4-5 autres joueurs de ce niveau. C’est un discours qui regarde le vestiaire et je le dis dans le vestiaire. Il faut avoir peu de chose en tête, la journée fait toujours 24h, j’ai essayé de faire 2h en plus mais on est pas arrivé à 26. En 24h tu dois dormir 7-8h, en utiliser 3-4 pour t’entraîner et récupérer. Les tranches deviennent de plus en plus courtes et il faut de l’attention. Si on regarde le premier but pris à Bergamo. C’est ce qui m’importe, on est pas attentif. Ca fait parti de mon job, ils m’ont appelé pour faire respecter les règles, pour essayer de gagner tous les matchs, on l’a pas fait mais on en a gagné quelques unes et on tente d’avancer, même si avec ce que je lis on dirait que tout s’effondre, cependant on a toujours le volant en main. J’ai dit que la Roma était un endroit sublime pour travailler, sans alibi. Si ça l’est toujours ou c’est difficile, en pensant à ce que j’ai dit sur Dzeko ? Je n’ai pas parlé de l’environnement, quelqu’un met Dzeko en opposition à quelqu’un d’autre, sous les yeux de tous Pour moi l’environnement reste le même, the Roma Way. Où on dirait que tout va mal, vu ce que je lis et le nombre d’appel que j’ai eu de Gianni (relation presse, ndlr) après le match, je suis venu plus tôt travaillé. J’ai tenté d’organiser mieux, c’était signe que je devais faire quelque chose en plus de ce que cet environnement met à disposition. Si c’était écrit que Totti sauve la Roma.. C’est différent de Totti est la Roma. Qu’il l’a sauve je suis d’accord, si on y rajoute les trois touches de balle des joueurs avant, c’est parfait. Entre 2005 et 2009, les journalistes disaient souvent que Totti sauvait la Roma, et je n’avais pas réagi ainsi.Qu’est-ce qui a changé ? C’est ce que j’ai dit, je dois trouver d’autres Totti, ça a un peu changé sur la gestion du match. Je dois trouver d’autres joueurs forts comme lui et en le faisant je dois modérer ces messages envoyés à l’équipe, il est juste de donner du mérite à l’équipe. On a aussi écrit sur Totti pendant la série de victoire, on écrit encore sur quelqu’un d’autre, le duel avec Dzeko me fait intervenir, Totti est fort pour passer outre mais il y a pas besoin d’écrire que Dzeko doit partir. Je fais l’entraîneur, je dois faire respecter les règles, voir ce qui arrive dans le vestiaire, qui est dit et pris comme argument, si ce des mauvais arguments je dois dire les bonnes choses. Je n’ai rien dit de faux sur le but de Totti, pour moi le ballon donné à Dzeko après est plus beau. L’équipe pense à le faire, lui il le fait. Pourquoi ne pas citer les grandes actions de Perotti ? Elles valent cher, on a besoin de Perotti. Francesco je l’ai sûrement fait peu jouer mais je le tiens en considération autrement je ne l’aurais pas fait jouer quand l’équipe en avait besoin. Pour moi il a été mis en condition pour utiliser sa classe, ça aurait été moche de le mettre à 3-0. Je l’utilise quand je dois changer un match et il n’a pas été loin d’y arriver, ça lui serait monter à la tête.

« Voila les erreurs sur le but du 1-2 contre l’Atalanta »

Si je ne vois pas une baisse de ton excessive ? Vous semblez avoir des intérêts à dire cela. Moi je dis qu’il y a un Capitaine et une équipe. Moi je regarde l’équipe, quand je fais la formation, je n’ai ni mère, ni père, ni fils, j’ai un seul objectif : la victoire. Je fais les choix pour ça, si on analyse ce que je fais, c’est ça, on a gagné beaucoup de matchs sans Totti, les autres joueurs ont une valeur et je dois le tenir présent. Ca me désole pour Francesco s’il l’interprète différemment, mais je dis des choses sensées, comme cette semaine, il y avait ceux de Coverciano, je leur ai dit que l’entraîneur sur le terrain était sans âme et il choisit la formation pour gagner. Si vous me dîtes toujours que je ne le fais pas jouer, si l’équipe a gagné, elle a gagné, bravo aux autres et désolé pour Totti, je le vois qu’il voudrait jouer et qu’il s’entraîne bien mais tant que je suis là on fait ainsi. Règles, principes, objectifs, jusqu’au bout pour la victoire de la Roma. Les choix aussi. Quand j’ai besoin, Francesco je le fais jouer et je suis content s’il me change le résultat avec l’équipe. J’ai dit que je resterai avec la possibilité de lutter pour le scudetto. Si on prépare la saison prochaine ? Le ritiro c’est Domenichini qui y est allé, je devais faire un truc avec ma fille, je suis arrivé à 11h il n’était pas là, il est arrivé et je lui ai dit de ne rien me dire car il y avait la conférence. La taupe c’est Domenichini ! (rire). Si on peut enlever la réserve ? A Bergamo Digne n’était pas mal ? Je ne voulais pas dire Digne… le manque d’attention est celui-ci : il y a Manolas qui entre avec le porteur du ballon, De Rossi est dans sa position et Manolas va forcer l’action. Rudiger est derrière son adversaire de 3-4m, Digne aussi. Ils couvraient la passe, ils ne marquaient pas et basta. Ils les marquaient devant, à ce moment Manolas perd le ballon, Digne et Rudiger sont derrière les adversaires, mais quand Manolas arrive, Zukanovic se manque aussi, Borriello est alors un moment à Manolas, De Rossi, Zukanovic qui va sur l’adversaire et les deux arrières sont devant les ailiers. Mon équipe ne peut pas faire ça. Je n’ai pas dit Digne. Quand la balle est perdue, un côté reste découvert et on ne peut pas se ré-équilibrer en coulissant. Où on va ? Il y a 0-2 pour nous ! On doit garder l’équilibre. Digne après repart et reprend la position, il la gagne pas mal de fois puis quand il doit tenir D’Alessandro, probablement à cause du coup, il ne récupère pas la balle comme il l’attendait, et on prend un but qu’on ne doit pas prendre. Je dis que c’est un manque d’attention, c’est le moment où Manolas a la balle qu’on a manqué. On doit garder un équilibre, c’est le pire moment du match, quand on change de possession. C’est l’inversion qui doit réunir l’équipe, pour faire des choses quand tu étais pas prêt, c’est un moment très dangereux. Avec des joueurs on doit le faire, avec d’autres on doit attendre ce qui arrive. Je n’ai pas dit Digne, j’ai dit l’équipe. Le choix était celui-là, en jouant avec Zukanovic en central et Rudiger à droite, on jouait physique, dans le registre il y a Borriello qui est extraordinaire mais qui a des qualités que tu peux stopper, pas comme les pointes de Carpi. Ils lui ont joué dessus, il a cette qualité, ça me semblait bien et ça ne l’était pas, si on foire cela c’est le signe que l’entraîneur a encore des choses à dire à l’équipe. A part choix de la società, je reste ici.  

« Je ne fais pas de sentiment dans ma composition de départ, je choisis seulement pour gagner »

J’ai été sifflé contre Palermo, à quoi je m’attends après l’événement à Bergamo ? Ca change quoi pour moi ? Tu penses que ça me fait peur de me faire virer ? D’après moi il faudra encore 7-8 ans. J’ai une approche opposé à celle affectueuse de Garcia ? Dans le choix de la formation je n’ai pas de sentiment, je choisis pour gagner. Si un joueur a besoin d’une chose et que je peux le faire, je le fais. Pas dans le choix de l’équipe, là je n’ai pas d’âme. Je veux gagner j’ai cette objectif. J’aime les joueurs, j’essaie d’instaurer un contact, j’aime ça, j’en ai même embrassé. Dans la com’ ce sont des stratégies opposées ? Moi je le dis. Je dis aussi que je veux donner le juste mérite à ceux qui ont une bonne implication. Je n’aime pas tout le monde de la même façon. J’aime plus ceux qui arrivent à l’heure, qui se donnent tout le temps, se nettoient les crampons, font attention aux détails. Je fais cette distinction, c’est tout. Si je me trouve très dur et si j’ai pas l’impression de nuire à la Roma ? Mur contre mur, on sort et il m’appelle pour me demander si j’ai frappé Totti dans le couloir et moi je n’ai rencontré personne et on parle que de ça. Pourquoi tu écris ça ? Car il y avait des joueurs de l’Atalanta… Ca veut dire ? Il faut donner des noms. Autrement moi je te demande ce que tu faisais proche d’un garage… Disons la vérité, je pense qu’il y a aussi des règles pour vous, j’espère. Comment on peut dire que je l’ai frappé ? Ce n’était pas écrit ? Ce qui se passe dans le vestiaire c’est à moi, je peux manifester mon désaccord pour la gestion du match. J’ai dû me défendre, faire un communiqué. Il n’y a eu aucun contact, j’ai parlé dans le vestiaire de la gestion du match, heureusement qu’on a réussi à égaliser et là Francesco nous a aidé avec son but et l’aide des autres. Mais je n’offense personne, je vois que certains réagissent mal, j’analyse correctement le match. Si j’attendais une autre réaction de Dzeko ? Il faut être synthétique : Dzeko c’est Dzeko. A partir de maintenant, ça dépend de lui, il me montre qu’il est la pointe qu’il est, sur un plan footballistique, c’est bien. Il ne le montre pas ? Je regarde ce qu’il fait et j’utilise ce qu’il fait. Il faut qu’il nous dise la force qu’il a. Je suis là à regarder, je fais celui qui n’a pas de sentiment. Il faut faire des résultats et il faut quelqu’un qui a cette force-là, je regarde.. On dirait qu’il est mieux avec quelqu’un devant, si c’est possible dans le futur ? C’est une bonne observation, on parle de détail. Des doutes j’en ai, un joueur comme lui, qui doit dépendre d’un autre joueur à côté de lui, c’est quelque chose que je ne peux pas penser. Je ne dois pas composer une formation en groupe. Je dois mettre 11 joueurs qui doivent fonctionner ensemble. Dans le match de dimanche, si vous regardez, Salah faisait plus l’attaquant, on voulait le faire jouer sur le central et pas sur l’arrière, Dramé. Ils ont mis Dramé plus resserré car on avait Salah en pointe, un peu à gauche de Dzeko. Il ne devait pas faire l’ailier, on voulait qu’il joue le central, ils ont voulu l’éviter en mettant Dramé au centre puis ils l’ont laissé sortir quand ils perdaient, mais parfois à droite on passait entre Gomez et Dramé. Dzeko devait être dans les conditions de bien faire, je ne pense pas que Dzeko ait besoin d’un partenaire, je pense que c’est le défaut des italiens, au lieu de prendre ceux des autres, on donne les notres. Il a joué ainsi, porté aussi par son football anglais, il s’est manqué dans l’application de notre idée. Dzeko doit montrer qu’il est Dzeko, car il n’a plus le temps ».

.

.

Du côté de Trigoria

Le bilan de la saison en cours se montre mitigé, avec 18 victoires, 11 nuls et 4 défaites (pour 70 buts marqués et 36 encaissés). A domicile, le bilan se montre plus convaincant avec 11 victoires, 5 nuls (Sassuolo, Milan AC, Hellas Verona, Inter, Bologne) et 1 défaite (Atalanta). Toutes compétitions confondues, ce bilan est de 12 victoires, 8 nuls et 2 défaites (contre le Real Madrid en Champions League). Si la Louve restait sur une série, à la maison, d’une seule victoire (Genoa, dernier match de 2015) en 4 matchs, la série en cours est de 5 victoires (pour 18 buts marqués et 4 encaissés) et 2 nuls. Mieux encore, sur les 11 derniers matchs, le bilan est de 9 succès et 3 nul, pour 34 buts marqués et 12 encaissés. Ces deux partages des points face à Bologne et l’Atalanta ont cependant crée un important calage au classement, avec une troisième place à défendre au détriment de l’équipe de Roberto Mancini.

 

Pour cette 34ème journée de Serie A, le mister toscan peut compter sur un groupe au grand complet. Spalletti peut compter sur Digne et Pjanic, incertain jusqu’à encore hier. Le français composera la défense, avec Florenzi, Manolas et Rudiger. Reste à savoir si le bosnien sera apte pour démarrer titulaire. Outre Nainggolan, on retrouve un nouvel ballottage Keita-De Rossi. Enfin, reste à savoir si Dzeko sera de nouveau aligné devant, ou si on retrouvera le trident « léger » avec Salah-El Shaarawy-Perotti.

Les convoqués de Luciano Spalletti face au Torino

.

L’adversaire du jour

Le Torino réalise une saison plutôt bonne avec une 10ème place au classement et 42 points, et un maintien donc assuré. Leur bilan global est de 11 victoires, 9 nuls et 13 défaites (pour 42 buts marqués et 44 encaissés). Le bilan est cependant plus mitigé à l’extérieur avec 5 victoires, 3 nuls et 8 défaites (19 buts marqués et 24 encaissés). La série en cours est par contre positif, puisque les grenats restent sur trois victoires consécutives : à l’extérieur contre l’Inter et Bologne, ainsi qu’à domicile face à l’Atalanta. Avant cela, la série était de 1 victoire en 11 matchs (à Palerme), pour 5 défaites et 5 nuls. La saison avait pourtant très bien démarré, avec 4 victoires en 6 matchs et 13 points (sur 18 possibles). La saison du Torino risque de se terminer dans le ventre mou du classement.

Lors du mercato estival, l’effectif a peu bougé, mais il a bougé en qualité. Côté arrivée, on citera Avelar (Cagliari), Acquah (Sampdoria), Obi (Inter), Zappacosta, Baselli (Atalanta), Belotti (Palermo) ou encore Prcic (Rennes). Côté départ, on signalera El Kaddouri (Naples), Gonzalez (Lazio), Darmian (Manchester United) ou encore Basha (Lucerna). Lors du mercato de janvier, sont arrivés Immobile (Seville) et Boye (River Plate), tandis que Prcic (Perugia) et Quagliarella (Sampdoria) sont partis.

Pour ce dimanche, le mister Ventura sans plusieurs joueurs importants : Avelar, Immobile, Acquah, Benassi et Maxi Lopez sont blessés. Les latéraux Peres et Molinaro pourraient obtenir un tour de repos et démarrer du banc. On retiendra les probables présences de Maksimovic et Glik en défense, Zappacosta et Baselli au milieu, ainsi que Belotti devant.

Les équipes probables de l’AS Roma et du Torino

.

Les dernières confrontations

2014/2015 AS Roma 3-0 Torino (Torosidis, Keita, Ljajic)
2013/2014 AS Roma 2-1 Torino (Destro, Florenzi)
2012/2013 AS Roma 2-0 Torino (Osvaldo, Pjanic)
2008/2009 AS Roma 3-2 Torino (Menez, Vucinic, Totti)
2007/2008 AS Roma 4-1 Torino (Pizarro, Vucinic, Mancini x2)
2006/2007 AS Roma 0-1 Torino
2002/2003 AS Roma 3-1 Torino (Cassano x2), De Rossi
2001/2002 AS Roma 1-0 Torino (Totti)
1999/2000 AS Roma 1-0 Torino (Delvecchio)

Le Torino est un des proies favorites de la Louve au Stadio Olimpico. En effet l’AS Roma l’a emporté à 8 reprises sur les 9 dernières oppositions disputées depuis ce début de siècle. Mieux encore, sur les 6 dernières victoires, les giallorossi ont en moyenne marqué 3 buts. A signaler que Totti a inscrit 2 buts, et que De Rossi a inscrit son tout premier but en Serie A un jour de mai 2003 sur une frappe de 30 mètres. A noter que Florenzi et Keita tenteront d’inscrire leur second but face à cette équipe à la maison.

.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Gianpaolo Calvarese. Cet arbitre n’a dirigé qu’à 7 reprises l’AS Roma pour un bilan de 4 victoires et 3 défaites. Les revers fût subit sur la pelouse de Palerme (2-0, avec Aurelio Andreazzoli), ainsi qu’à domicile face à la Sampdoria (2-0) la saison passée et lors de la dernière défaite à l’Olimpico face à l’Atalanta (2-0, avec Rudi Garcia). Tandis que les succès ont été obtenus à deux reprises face aux clubs génois il y a deux saisons : Sur la pelouse de la Sampdoria (2-0, buts de Benatia et Gervinho) et à la maison face au Genoa (4-0, buts de Florenzi, Totti, Maicon et Benatia). Ainsi que la saison passée face au Chievo, sur le score de 3-0 (Destro, Ljajic, Totti). Et enfin cette saison sur la pelouse de Sassuolo, 2-0 (avec le penalty manqué de Berardi).

Twitter: @Romanista35