Rester le maître de maison

Après le match nul sur la pelouse de l’Udinese qui a amené des regrets, la Louve se doit de bonifier ce point en remportant la victoire face à Parme ce dimanche soir à l’Olimpico. Une rencontre qui pourrait permettre de recoller de façon définitive à la locomotive des places européennes. Voici pour vous la conférence de presse d’Andreazzoli et l’avant-match.

.

La conférence de presse d’Aurelio Andreazzoli

« L’importance de ce match ? J’ai dis aux joueurs que demain nous avons un match extrêmement important, pour nous, pour les tifosi et pour le classement. De Rossi ? Il peut faire le récupérateur, comme le créateur. La solution idéale est celle que nous avons trouvé en l’associant à Pjanic. J’ai été satisfait de sa prestation contre l’Udinese. Il a fait bien dans la phase défensive, même s’il a eu quelques difficultés offensivement mais comme tous les joueurs sur la pelouse, y compris ceux de l’Udinese. Florenzi ? Il a des caractéristiques intéressantes et notamment en terme d’insertion. Il peut apporter autant dans l’axe que sur un côté, comme il l’a fait de belle manière l’an passé à Crotone. Osvaldo ? Il fait son possible. Il est jugé pour une occasion manquée à la 92ème minute. Ses coéquipiers ont eu aussi manqué des occasions. Certainement le fait que cela soit dans les arrêts de jeu est différent. Il s’entraine comme tous ses coéquipiers, avec engagement et volonté. Torosidis ? Il n’est pas convoqué. Mais Piris est polyvalent, il réussit à bien faire le travail de latéral comme il l’a déjà démontré de manière surprenante. Il faut reconnaitre qu’à son arrivé c’est un joueur qui avait peu de crédit de la part des médias ou des tifosi, mais il a su inverser la tendance. Les déplacements sans Tessera ? Les initiatives de la societa sont bonnes, il est important d’avoir son public même à l’extérieur, avoir leur soutien est un avantage incroyable. Ma philosophie ? Je cherche à l’imposer face à chaque adversaire. Cela ne se voit pas encore totalement de l’extérieur, mais c’est normal, il faut du temps. L’important est que les résultats valident mes méthodes. Mon futur ? Pour le moment je n’y pense pas, je suis tourné à penser qu’au match de Parme et à cette fin de saison. Je peux seulement dire que je suis heureux de travailler dans un club où je me sens comme chez moi et où je travaille avec mes amis. Je suis très fier d’avoir rejoint en un mois et demi la quasi totalité de mes objectifs. Où peut arriver cette équipe ? Je ne veux pas parler de Champions League. Je n’ai pas d’objectif, je vois au jour le jour. Nous aurions pu faire mieux face à l’Udinese, mais n’oublions pas que seul la Juventus a été gagner là-bas. Je chercher à exprimer au mieux et de faire exprimer au mieux l’équipe dans un laps de temps limité. Lamela ? Chaque joueur, si on le laisse libre, va là où le porte son instinct. Lui se déplace toujours sur le centre droit pour s’ouvrir son pied gauche vers le but et je crois que sa meilleure position soit celle-ci. Mais c’est un joueur tellement polyvalent que s’il se déplace ailleurs il le fait bien. Erik a 21 ans, moi je suis un peu plus âgé et j’ai énormément progressé en 10 ans, lui a énormément de temps pour s’améliorer. Quand il est arrivé il regardait les autres joueurs, il a appris pour appliquer ces choses. Nous sommes satisfaits de ce qu’il fait mais il a une marge de progression immense. Parme ? C’est une équipe qui me plait, ordonnée et qui a les idées claires. Il y a beaucoup de bons joueurs, peut-être qu’à l’extérieur ils ont plus de mal. Je suis habitué à analyser les adversaires et je sais que Parme est habitué à encaisser trois buts en déplacements et cela veut dire quelque chose. Pjanic ? Il va mieux, notre staff fait un beau travail, nous étions préoccupé mais les temps de son retour se sont réduits. Sa condition est très bonne. Dodo ? Son histoire est connue. Lors des 15 derniers jours il a fait des pas de géant, je suis satisfait parce qu’il s’est grandement amélioré.

.

Du côté de Trigoria

La méthode Aurelio Andreazzoli semble bel et bien porter ses fruits. En effet après l’accroc sur la pelouse de la Sampdoria, l’équipe giallorossa a su rebondir en enchainant trois victoires consécutives. La révolution passe notamment par un changement de système, et un 3-4-3 qui a permis de retrouver une stabilité et un équilibre perdu depuis bien longtemps. La victoire flamboyante face à la Juventus a permis de ramener une bonne dose de confiance et de sérénité. Et ces éléments ont été bien utile pour venir à bout de l’Atalanta dans des conditions apocalyptiques. Mais la Roma a su être plus fort que la neige en s’arrachant les tripes avec un but victorieux signé le grec Vasilis Torosidis. La passe de trois est donc arrivé le week end passé contre le Genoa, avec notamment un match grandiose de Francesco Totti, qui signe un but et deux passes décisives. Si le match face à l’Udinese a laissé des regrets, cela reste un bon point de pris sur une pelouse difficile, où seul la Juventus a réussit à y revenir avec les trois points. Un match nul qu’il faudra cependant obligatoirement bonifier avec une victoire face à Parme dimanche, pour transformer ce bilan de façon très positif.

Aurelio Andreazzoli pourra compter sur un groupe, où quatre joueurs manqueront à l’appel. Miralem Pjanic touché à la cheville et Mattia Destro touché au genou, feront tous deux leur retour après la trêve pour le déplacement à Palerme. Les deux autres légèrement touchés sont Alessio Romagnoli et Vasilis Torosidis. Il pourra cependant compter sur un renfort de poids, avec le retour de blessure de Marquinhos, qui retrouvera une place de titulaire dans la défense à trois. Bradley fera lui son retour de suspension, purgé lors du déplacement à l’Udinese.


L’adversaire du jour

La véritable équipe surprise de ce début de saison connait un passage à vide inattendue. En effet les parmesans restent sur une série de 9 matchs avec une seule petite victoire, ainsi que 3 nuls et 5 défaites. Si les hommes de Donadoni sont quasiment imprenables sur leur pelouse, il leurs est vraiment compliqué de grapiller quelques points à l’extérieur, avec un bilan saisonnier de 2 victoires, 3 nuls et 9 défaites, faisant d’eux une équipe relégable en déplacements.

En effet Parme n’a été gagner que sur le terrain de Bologne et le Torino, et n’a réussi à ramener le point du nul que des pelouses du Chievo, du Genoa, mais tout de même aussi de l’Udinese. Ce n’est donc pas une bête féroce qui se met sur le chemin de la Louve, mais bien une équipe qui peut vivre un beau printemps suite à sa fringante victoire face au Torino (4-1) le week end dernier.

Donadoni devra faire sans quelques joueurs importants, tel que Mariga, Santacroce, Coda ou Mesbah. A part cela il pourrait compter sur un groupe bien garni, avec quelques joueurs à suivre de près, et notamment les attaquants Amauri, Sansone ou encore les français Belfodil et Biabiany.

 

Les dernières confrontations

2011/2012 : Roma 1-0 Parme (Borini)
2010/2011 : Roma 2-2 Parme (Totti, Juan)
2009/2010 : Roma 2-0 Parme (Burdisso, Brighi)
2007/2008 : Roma 4-0 Parme (Aquilani, csc, Vucinic, Totti)
2006/2007 : Roma 3-0 Parme (Totti, Perrotta, Taddei)
2005/2006 : Roma 4-1 Parme (Totti, Nonda x2, Panucci)
2004/2005 : Roma 5-1 Parme (Cassano x2, Totti x2, Montella x2)
2003/2004 : Roma 2-0 Parme (Samuel, Cassano)
2002/2003 : Roma 2-1 Parme (Totti, Guigou)
2001/2002 : Roma 3-1 Parme (Delvecchio, Cassano, Samuel)
2000/2001 : Roma 3-1 Parme (Totti, Montella, Batistuta)

Parme n’est plus venu s’imposer à la Roma depuis la saison 1996 / 1997. Pendant ce laps de temps, les gialloblù ont accumulé de nombreuses défaites entrecoupées de quelques matchs nuls comme l’an passé où menant 2-0, les giallorossi se sont fait rejoindre grâce à un doublé d’Amauri. Mais le bilan global est largement à l’avantage de la Louve, avec 10 victoires et 1 nul en 11 rencontres (notamment 31 buts inscrits).
A noter notamment que sur ces 11 matchs, Totti a inscrit 8 buts. Dans l’ensemble de sa carrière, il a inscrit 16 buts face à Parme en championnat.


Le duel du match

Marquinho / Aleandro Rosi : Ce duel concerne deux joueurs qui risque de se croiser à plusieurs reprises sur l’ensemble du couloir gauche giallorosso, tant il s’agit de joueurs capable d’avaler les km à grande intensité. En effet la principale qualité de ses deux latéraux modernes est sans conteste leur apport dans l’aspect offensif, avec notamment une importante pointe de vitesse et une technique intéressante. Rosi est un ancien de la maison giallorossa. Passé tout jeune à la Lazio, ce tifoso romanista rejoint très vite le centre de formation de la Louve. Il y fera toutes ses gammes, avant de découvrir la Série A sous Spalletti. S’enchaineront ensuite de nombreux prêts au Chievo, Livourne et Sienne. Il reviendra alors avec Ranieri à la baguette de l’équipe. Rosi jouera peu, mais sera utilisé plus fréquemment avec Montella et Luis Enrique, repositionné à un poste d’arrière droit. Ses prestations moyennes ne lui permettront pas de continuer son aventure ici, malgré son envie de faire sa carrière dans sa ville natale. Il rebondit donc à Parme, où il réussit un début de saison très prometteur,dans un système qui semble totalement lui correspondre. Marquinho est lui revenu en grâce suite à l’arrivée d’Andreazzoli et le départ de Zeman. Depuis cela, grâce à sa polyvalence, le brésilien a retrouvé une place de titulaire, et particulièrement dans le couloir gauche où aucun joueur n’arrive à réellement s’imposer. Il devra donc ce dimanche soir savoir profiter des montées offensives de son adversaire direct, pour venir mettre le danger dans la défense parmesane.


L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Carmine Russo. Un arbitre qui a un bilan correct avec l’AS Roma, de 4 victoires et 2 défaites. Un arbitre qui a souvent eu la main à la poche et le sifflet à la bouche, puisque lors de ses 5 matchs il a donné 5 cartons rouges (3 pour la Roma et 2 pour les adversaires) et 6 penalties (4 pour la Louve et 2 pour les adversaires). On se souviendra notamment du 2-1 sur le terrain de Brescia, avec le penalty/expulsion injuste sur Mexes (où Julio Sergio pleur et sort sur blessure) ou encore la victoire 3-2 à Bari, avec 2 penalties transformés par Totti, et une Roma qui l’emporte à 9 contre 10. Le dernier match en championnat fût la dernière rencontre de l’an passé, sur le terrain de Cesena. Cette saison, il a arbitré le match aller de Coppa Italia face à l’Inter, gagné 2-1.


Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
Stekelenburg
Marcos-Burdisso-Castan

Torosidis-Tachtsidis-De Rossi-Marquinho
Lamela-Totti
Osvaldo

Remplaçants: Goicoechea, Lobont, Romagnoli, Piris, Taddei, Balzaretti, Dodo, Bradley, Perrotta, Lucca, Florenzi, Nico Lopez.
Blessés: Pjanic, Destro

Udinese (3-5-2): Mirante; Benalouane, Paletta, Lucarelli; Rosi, Marchionni, Valdes, Parolo, Gobbi; Amauri, Sansone.