Radja Nainggolan élu CSR D’OR 2014

Comme à chaque début d’année, le site CSR vous dévoile le classement des meilleurs joueurs de l’AS Roma de l’année qui vient de s’écouler. Un classement représentatif des membres du forum, qui ont dicté leur Top 5 de l’année 2014, pour cette 6ème édition. Voici donc le classement du CSR 2014, du panel de 53 membres du forum. Retrouvez également la vidéo de remise du trophée de la part du journaliste Thierry Cros au vainqueur, Radja Nainggolan !

1. CSR D’OR – Radja Nainggolan, 447 points : Arrivé dans les premiers jours de janvier, l’international belge est sans conteste le joueur qui aura été le plus régulier, du mois de janvier à décembre. A chaque match il aura été parmi les meilleurs romanisti, passant que très rarement (voir quasiment jamais) à travers. Mieux encore, il aura amélioré son aspect décisif, dans les 20 derniers mètres. Sur la seconde partie de la saison dernière, le « Ninja » aura disputé 17 matchs, pour un total de 2 buts et 3 passes décisives. En autant de match sur la phase aller de cette saison, il a doublé son total, en inscrivant 4 buts. Il aura également sur cette seconde partie d’année découvert la Champions League, en disputant les 6 rencontres de la phase de poules. Au niveau des « moyennes de notes », il culmine autant sur la première partie d’année que sur la seconde en tête du classement des joueurs, avec respectivement 6,61 et 6,41 de moyenne, soit une moyenne sur l’ensemble de l’année civile de 6,51. Radja Nainggolan peut donc remettre son trophée en jeu pour cette année 2015, même s’il cale un peu durant ce début d’année. Mais sa grinta et son envie sont toujours présente.


Nainggolan, CSR d’OR 2014, remise trophée par UnCuoreRomanistaIT

2. CSR D’ARGENT – Gervinho, 308 points : S’il avait été aussi régulier durant la seconde partie de l’année civile, que lors de la première, il aurait probablement lutté férocement pour le CSR D’OR. Toutes compétitions confondues, il inscrit 7 buts de janvier à mai (4 en Serie A et 3 en Coupe d’Italie) et dessert également bon nombre de passes décisives. Il sera très souvent l’homme de la majorité des actions, et créera beaucoup de dégâts et de cassage de reins dans les défenses adverses. Cela sera malheureusement, pour la Roma, plus compliqué de septembre à décembre, avec seulement 2 buts en championnat, mais tout de même 3 en Champions League. Il aura quand même réalisé également 4 passes décisives sur cette période. Sa moyenne de notes sur la première partie d’année est de 6,55 et 6,25 sur la seconde partie d’année. Comme Nainggolan, notamment pour cause de CAN, le champion d’Afrique avec la Côte-d’Ivoire cale un peu, et peine à retrouver ses automatismes depuis son retour il y a peu.

3. CSR DE BRONZE – Miralem Pjanic, 177 points : Si l’écart est énorme avec les deux leaders, cela est probablement dû à sa régularité. En effet, si « Mire » est capable de coups de génie comme peu d’autres, il manque cette constance et cette capacité à hisser le niveau de l’équipe à chaque rencontre. Parmi ses chefs-d’oeuvre, on retient notamment son slalom face au Milan durant la fin de saison dernière, ou encore ses trois magnifiques coup franc face à la Sampdoria, l’Inter (à l’Olimpico) et Parma (à l’extérieur). Des buts souvent décisifs. Sa moyenne de note sur la première partie d’année arrive à 6,5, tandis que sur cette seconde partie d’année elle chute à 6,15. Si comme les deux premiers (et comme toute l’équipe globalement) il a du mal à mettre un pied devant l’autre depuis janvier, il reste un des principaux artisan de la belle année 2015, où il reste l’atout technique et % extrêmement haut de passes réussies dans l’entre-jeu giallorosso.

4. Francesco Totti, 129 points : Le Capitano reste unique et éternel. Malgré ses 38 ans et demi, il continue malgré tout d’être au pied du podium. S’il s’est adjugé 4 des 5 dernières éditions, et qu’il est logiquement moins présent dans le jeu, ces coups d’éclats et la précision de son pied droit ne perdent pas de leur efficacité. Lors de la première partie d’année, « Cesco » inscrit 5 buts en championnat et continue de délivrer bon nombre de passes décisives. Lors de cette phase aller 2014/2015, il inscrit 2 buts en Serie A et 2 buts en Champions (sur la pelouse de Man City et le CSKA Moscou, à chaque fois 1-1), lui permettant de devenir le buteur le plus âgé de l’histoire de la compétition. Et son début d’année 2015 ne semble pas lui donner envie de raccrocher les crampons, puisqu’il a déjà inscrit 3 buts en un mois et demi, dont un magnifique doublé lors du derby face à la Lazio. Il culmine à 240 buts en Serie A, et se rapproche des 300 buts en giallorosso (297 actuellement).

5. Daniele De Rossi, 81 points : « Lele » est resté dans la Capitale italienne suite à un pacte conclu avec Rudi Garcia à son arrivée : aucune offre extérieure ne serait prise en compte au-delà de la première journée de la saison 2013/2014. La suite, on la connait. Le n°16 giallorosso récupère sa place de sentinelle devant la défense, lui permettant d’équilibrer le bloc équipe, notamment par son sens du déplacement et sa capacité à couper les trajectoires par ses tacles. Sur la première partie d’année 2014, il forme un véritable entonnoir avec la charnière Benatia-Castan. Sa toute fin d’année sera un peu plus compliqué, notamment en décembre, avec des problèmes extra-sportifs liés à son ancienne femme et à de mauvaises relations dans le milieu de la mafia romaine. Alors qu’il a déclaré souhaiter finir sa carrière en MLS ou à Boca, Danielino sera-t-il à nouveau dans ce classement 2015 ?

6. Benatia 61 points
7. Florenzi 50 points
8. Castan 46 points
9. Destro 36 points
10. Maicon 20 points
11. De Sanctis 13 points
12. Ljajic 14 points
13. Keita 11 points
14. Manolas 7 points
15. Strootman 5 points
16. Torosidis 1 point

 

Les autres distinctions :

Le CSR de la révélation – Adem Ljajic : S’il n’est pas au sens propre une révélation, car le jeune serbe a par le passé fait ses preuves du côté de la Fiorentina, c’est en tout cas le joueur qui a su se révéler dans le sens où il a été le joueur qui a le plus progressé entre le moment où il est arrivé au club et aujourd’hui. Alors qu’il est accusé par Garcia d’avoir lâché le marquage de Mertens face au Napoli en championnat (amenant le but vainqueur de Callejon), il passera quasiment tous ses matchs jusqu’à la fin de saison 2013/2014 sur le banc, en grignotant quelques entrées en fin de rencontre. Mais le n°8 giallorosso n’arrêtera jamais de travailler, ne se plaindra jamais de ce traitement. Et cela payera clairement durant cette fin d’année 2014, où on découvrir un nouveau Ljajic, capable de hisser le jeu de son équipe de part ses qualités techniques, mais aussi capable de se sacrifier en faisant les efforts défensifs, comme le week-end passé où au moment de la blessure de Florenzi il vient jouer arrière droit pendant quelques minutes. Adem se place clairement comme un outsider du CSR D’OR 2015…

Le CSR du meilleur jeune – Alessio Romagnoli : Il est le plus jeune joueur lancé par Rudi Garcia. Du haut de ses 19 ans en cours de cette année 2014, il collectionne plus de 10 présences dans le couloir gauche de la défense (profitant de la blessure de Balzaretti et la méforme de Dodo). Le jeune italien montre déjà une maturité impressionnante et conserver un haut rendement à un poste qui d’origine n’est pas le sien. S’il ne passe pas les derniers mois de l’année civile avec la Louve, il rejoint la Sampdoria de Mihajlovic, où il ne met pas longtemps à devenir un titulaire indiscutable, à tel point que son mister le compare à Nesta et que le sélectionneur Conte avoue le suivre de près. Un avenir dorée tracé de couleurs giallorosso pour Alessio…

Le CSR de carrière – Bogdan Lobont : Après avoir primé Simone Perrotta, Rodrigo Taddei ou encore Nicolas Burdisso les années passées, en voila un autre « vieux de la vieille ». S’il n’a que peu joué avec la Roma (17 rencontres), le gardien roumain aura été tout au long de son aventure romaine (qui n’est pas encore fini) un homme très important du vestiaire. Arrivé en 2009 du Dinamo Bucarest, Lobont a notamment évolué à l’Ajax Amsterdam ou encore à la Fiorentina. Il est un homme très apprécié de tous, et de très bons conseils pour les jeunes à l’entraînement, qu’il soit gardien ou non. Théoriquement, son contrat arrive à échéance d’ici un peu plus d’un an, en juin 2016. Comme très grand mauvais souvenir, on soulignera forcément la finale de Coupe d’Italie perdue face à la Lazio, où il fût titulaire dans la cage romanista.