Qui pour le meilleur joueur du début de saison ?

Durant ce début de saison, les internautes du site CSR ont élu le meilleur joueur sur chacun des 4 premiers mois de ce début de saison. En voici un bref descriptif de chacun d’eux, dont vous avez la possibilité sur la droite de la page d’accueil de voter pour le meilleur joueur de ce début de saison.

Septembre, Francesco Totti : Auteur du but victorieux face à Parme, le Capitano a montré dès les premières rencontres qu’il n’avait rien perdu de son niveau. Replacé dans une position plus axiale avec l’arrivée de Rudi Garcia, le numéro 10 de la Louve a la possibilité de mettre au profit du collectif sa vision du jeu hors du commun et sa qualité de passe chirurgicale. Que cela soit sur coup de pied arrêté, comme sur le corner qui a permis à Balzaretti d’ouvrir le score dans le derby, ou bien encore sur une passe décisive pour Gervinho face à la Sampdoria. Avec 10 rencontres disputés (dont 8 titulaires) en 17 matchs au total, Totti a déjà marqué trois fois dont deux buts face à l’Inter au Giuseppe Meazza, et a déjà réalisé 6 passes décisives. Il est d’ailleurs co-meilleur passeur de la Roma en compagnie de l’efficace hollandais Strootman. Cela n’est pas forcément un hasard si les deux dernières victoires de la série des 10 succès consécutifs ont été acquis dans la douleur sans sa présence, tout comme les 5 matchs nuls obtenus en 6 rencontres. Cesco a fait son retour en tant que titulaire face à Catania, lors du dernier match de l’année 2013, où sans marquer ni faire de passe décisive il a su de nouveau mettre en avant sa classe et son talent. Du haut de ses 37 ans, Totti voit s’ouvrir une nouvelle année (2014) devant lui, avec comme objectif un Scudetto et une éventuelle Coupe du Monde. Sur la seconde partie d’année le but sera de retourner à briller en Champions League.

Octobre, Miralem Pjanic : Disputant au club sa troisième saison, le meneur bosniaque manque encore de continuité dans ses prestations. Auteur de deux premières saisons en oscillation, il espère bien que cette saison sera celle de l’éclosion au vue de son talent. Celui qui devrait prolonger dans les prochains jours jusqu’en 2019 est en plein centre du projet du mister français. En effet, Garcia ne manque pas un interview pour faire l’éloge de son joueur qu’il a connu durant ses expériences en Ligue 1. Avec De Rossi et Strootman qui s’occupent en priorité de la phase défensive et de première relance, l’ex-lyonnais a la possibilité d’être plus libre de ses mouvements et de faire profiter les actions offensives de son talent. Auteur de 3 buts (dont un doublé permettant d’obtenir les trois points face au Napoli) et 4 passes décisives, ses statistiques en ce début de saison sont plutôt encourageantes. A lui de continuer sur cette lancée dans les prochains mois, en vue de préparer au mieux son premier Mondial (ainsi que celui de sa nation). Lors du dernier match de l’année 2013, face aux siciliens, il a également montré sa capacité à être polyvalent, en évoluant à la récupération dans un 4-2-3-1 inédit.

Novembre, Daniele De Rossi : Alors que tout le monde l’annonçait sur le départ au vue d’une saison dernière catastrophique, que l’on peut sans doute caractériser comme la pire de sa carrière (malgré un peu de mieux avec Aurelio Andreazzoli), le Capitan Futuro revit véritablement cette saison. Repositionné juste devant la défense, comme en 2011/2012 avec Luis Enrique où cela avait porté ses fruits durant une bonne partie de la saison, l’international italien peut mettre au profit du collectif ses qualités physiques de puncher, ainsi qu’à la première relance. Son tandem avec le hollandais Strootman semble être le plus complémentaire qu’il soit, tant l’un est capable d’être une valeur ajoutée pour l’autre, et vice-versa. Dès la première journée, face à Livorno, De Rossi brise la malédiction et inscrit le première but de la saison. S’il ne se montrera plus décisif ensuite dans la dernière passe ou la dernière frappe, il est en grande partie responsable du mur défensif instauré par la Louve, avec 7 buts encaissés en 17 rencontres (en compagnie de la paire Benatia-Castan et du gardien De Sanctis). Celui qui a, logiquement, récupéré le brassard de Capitaine à titre temporaire durant la blessure de Totti, montre qu’il est toujours l’un des tous meilleurs au monde à ce poste de numéro 6 du haut de ses 30 ans. Ce joueur qui marche beaucoup au feeling et à la confiance avait dès le début de l’été vu en Garcia l’entraineur idéal avec qui il semble aujourd’hui entretenir de très bonnes relations, autant footballistiques que humaines.

Décembre, Mehdi Benatia : Cela n’est pas vraiment une surprise, mais le marocain s’impose comme l’un des (voir même LE) meilleurs défenseurs centraux de la Serie A. Dans la continuité de ce qu’il proposait du côté de l’Udinese, Benatia a su accentuer son côté leadership et son charisme. Ca n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il est déjà devenu le 3ème capitaine de l’effectif derrière les deux légendes vivantes du club. Outre ses qualités défensives, il a également su se montrer décisif en inscrivant pas moins de 4 buts depuis le début de saison, en faisant déjà son record à la mi-saison. S’il ne peut briller au sein de sa sélection qui vit une période difficile, il a la possibilité de rentrer dans l’histoire giallorossa, derrière de grands défenseurs comme Aldair, Zago, Samuel, Mexes, Chivu ou encore Juan. Mais parler de Benatia sans citer Castan serait hypocrite. En effet les deux forment une paire intraitable et complémentaire. Si beaucoup cet été ne croyaient pas en leur association, les chiffres ont rapidement mis tout le monde d’accord. Les duels que chacun d’eux ont perdu se compte quasiment sur les doigts d’une main (Benatia est le 5ème joueur de Serie A au classement des duels gagnés). Avec 7 buts encaissés en 17 rencontres, les deux hommes ont la possibilité de marquer le club de leur emprunte.