Prendre le Toro par les cornes

Après deux victoires très difficile face à l’Udinese et le Chievo, l’AS Roma de Rudi Garcia part à la chasse du record européen de Tottenham, avec 11 victoires de suite sur un début de saison, mais également vers le record de Luciano Spalletti avec 11 succès en cours de saison 2005/2006. Il faudra pour cela venir à bout d’un Torino effectuant un jeu plaisant et ouvert. A noter que le retour de Maicon remplace numériquement la suspension de Castan

.

La conférence de Rudi Garcia

« Turnover ? Peut-être, mais pas une obligation »

« Comment je définis Torino-Roma ? J’espère que ça sera un beau match car quand le Torino joue il y a du spectacle. C’est une équipe qui marque et prend des buts mais pour les spectateurs et téléspectateurs, c’est une équipe qui joue bien. Si je retiens encore la Juventus et le Napoli favoris ? Les autres fêtent les records, c’est bien. Nous, nous sommes tranquille à Trigoria. Je regarde les stats : 8 victoires, un nul et une défaite en 10 matchs, c’est un rythme « Da scudetto » pour eux aussi. Défense centrale change. Si remplacer Castan me préoccupe ? Il n’y a pas plus d’attention à ce secteur qu’à un autre. Ce n’est pas un problème que Castan soit absent, peut-être une bonne chose pour lui, il se reposera. On a Burdisso qui jouera demain… C’est un joueur d’expérience, très professionnel. Un joueur toujours prêt à entrer. Si j’ai plus peur de la force du Torino, des absences de la Roma ou du peu de jours pour préparer le match ? Tout peut arriver dans ce match, mais je pense qu’on récupère mieux en gagnant, car le moral est important, le groupe va bien et on fera attention à l’entraînement à ne pas avoir plus de blessés. Je suis content de jouer le match contre le Torino, qui est vraiment une bonne équipe qui vaut mieux que son classement. Mais quand on joue comme ça et qu’on gagne, je suis content de jouer tous les trois jours. C’est mieux que s’entraîner c’est sûr, nous serons prêts demain. Si ca peut être un désavantage de jouer après les rivales ? Je pense pas, pour l’instant on a vu que c’était ni un avantage ni un désavantage. On doit être concentrés sur notre matchs, quand on gagne on ne dépend pas des autres. C’est l’état d’esprit que l’on doit avoir demain pour continuer notre série même si ça sera dur. On a confiance en nous et on verra. J’espère que le meilleur gagne demain et que ça sera la Roma.

Un jugement sur les prestations de Ljajic. S’il souffre de ne pas être titulaire ? C’est normal. Je n’oublie pas qu’il a déjà marqué 3 fois en jouant peu. Il a eu des problèmes physiques, maintenant il va bien, c’est un joueur de talent. Il peut être décisif, faire des passes et marquer, et on a besoin de lui car on a deux attaquants dehors, Adem est important comme Borriello, comme Florenzi et comme Marquinho et comme Ricci et Caprari, son moment arrivera, peut-être demain. Tout le monde doit être prêt, il est jeune mais il sait prendre ses responsabilités. Il l’a fait à Udine, en seconde mi-temps et pareil contre le Chievo. Si j’ai noté un changement d’attitude après la dixième victoire ? En positif oui. L’équipe est encore plus forte sur la volonté de vouloir continuer la série. Je pense pas que ça soit un poids, mais une aide psychologique au contraire. On a pas besoin de penser au prochain match à domicile, on pense au match de Torino et après le record italien il y aura celui européen. Ca ne sert à rien, mais ça peut être important psychologiquement. Si je suis content du renvoie de l’amical en Indonésie ? Ca peut être important pour le club, pour l’expérience des joueurs et la mienne, cependant on a des joueurs blessés et le voyage ne serait pas la meilleure des choses. Je préfère avoir du temps pour tout organiser pour la prochaine saison et ça sera mieux d’avoir le Capitano, qui est le symbole de l’équipe, l’homme que tout le monde connaît. Aller en Indonesie sans lui n’a pas de sens. C’est une bonne nouvelle cette décision, le voyage sera une bonne chose mais l’an prochain.

La Roma a effectué une préparation spéciale pour partir comme cela ? C’est pas le moment d’en parler, parlons du match, on peut en parler durant la pause. L’important est que l’équipe tienne bien physiquement, ça fait trois mois qu’on travaille, j’ai vu une équipe qui s’améliore jour après jour. Ce n’est pas habituel d’avoir marqué autant de but en seconde période. La seule chose qui me préoccupe c’est d’avoir moins de solution devant. Quand Borriello joue, quand Ljajic entre, qu’ils ont pas beaucoup joué, ils ont besoin de compétition, mais c’est difficile de jouer 90 min trois fois d’affilés quand tu as pas les jambes. Cela me préoccupe et c’est pour cela que je dis que ça sera le moment de Caprari et Ricci pour aider l’équipe. A Udine c’était impossible et contre le Chievo il fallait de l’expérience, mais leur moment arrivera. Il n’y a que ça qui me préoccupe, Torosidis a bien joué, Dodò est prêt physiquement, Marquinho aussi, ils ont tous aidé. Le 11 travaille tellement que quand d’autres entrent ça aide l’équipe. Si je considère cette expérience importante pour ma carrière ? S’il y a des clubs intéressés ? Le tremplin n’existe pas pour moi. Je dis ça car en France ils ont dit que j’ai passé un an au Mans et puis je suis allé à Lille. Je suis resté aussi 5 ans à Dijon et 5 à Lille. Je travaille dans un club comme si j’allais y passer ma carrière, je suis ici et je suis bien, on verra ce qui arrivera. Ce sera une expérience très intéressante, avec beaucoup de passion. Gervinho ? Il a fait une résonance, je dois parler avec le docteur. S’il va bien il s’entraînera, sinon non ».

.

Du côté de Trigoria

L’AS Roma de Rudi Garcia part à la chasse au record lors de cette rencontre au Torino. Rien ne semble pouvoir arrêter la Louve qui a donc obtenu jusqu’ici 9 victoires en 9 matchs, avec 24 buts marqués (par 11 joueurs différents, avec 4 pour Florenzi) et 1 seul encaissé (par Biabiany). De façon générale, les romanisti ont maitrisé chacun de leur sujet, même si beaucoup de ses rencontres se sont débloqués lors de la dernière demi-heure. Les tests se sont notamment enchainés, avec le derby, le déplacement contre l’Inter et la réception du Napoli : tous réussis avec succès. Les déplacements pièges sur les pelouses de Livorno, Samp, Parma et Udinese ont posé problèmes, mais la force mentale et collective a encore pris le dessus. Mais paradoxalement, c’est justement ces deux dernières victoires que l’on retient, contre l’Udinese et le Chievo : Deux victoires sur la plus petite des marge, avec de grosses difficultés à trouver la faille dans la défense adverse. Mais cela est arrivé à chaque fois par un coaching gagnant, d’abord par Bradley, puis Borriello. Etant maintenant largement dans l’historie dans la Serie A pour avoir réalisé le meilleur début de saison (la Juve était resté bloqué à 9 victoires), elle part maintenant concurrence la série impressionnante de Luciano Spalletti et ses 11 victoires durant la saison 2005/2006 (Mancini et l’Inter sont encore loin devant avec 11 succès en 2006/2007). Mais la Louve espère également réaliser le meilleur début de championnat de l’historie des 5 grands championnats européens, jusqu’ici détenu par Tottenham avec 11 victoires en 1960/1961. Morgan De Sanctis cherche également un record d’invincibilité, qui est jusqu’ici à 681 minutes sans prendre de buts. Il se rapproche d’Ivan Pelizzoli arrêté à 773 minutes avec la Roma en 2003/2004. Il devra donc ne pas prendre de but face au Torino pour le dépasser.

Rudi Garcia a livré sa liste officielle de convoqués pour la onzième journée de Serie A, qui se jouera dimanche à 20h45 face au Torino. Le mister français a appelé 23 joueurs. Parmi les absents on retrouve Mattia Destro (qui récupère de sa blessure au genou), Gervinho (touché au quadriceps) et Francesco Totti (touché à la cuisse), ainsi que Castan suspendu. Maicon fait lui son retour de suspension, tandis que Di Mariano est de nouveau appelé.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera logiquement la cage. La défense centrale sera de nouveau guidé par Benatia et Burdisso, avec Maicon à droite et Balzaretti à gauche. De Rossi évoluera devant la défense, avec la paire Pjanic et Strootman qui s’occuperont de la création du jeu au milieu. Devant, Borriello retrouvera sa place axiale en attaque, avec Florenzi et Ljajic autour de lui.

.

L’adversaire du jour

Le début de saison du Chievo se partage en deux parties bien distinctes : D’abord une entame très prometteuse avec 2 victoires, 2 nuls et 1 défaite lors des 5 premières rencontres (les plaçant alors dans le premier tiers du championnat), avant de totalement dégringoler ensuite avec 2 défaites et 3 matchs nuls. En effet le Toro reste sur une série actuelle de 6 matchs sans la moindre victoire. Cette dernière fût acquise sur le terrain de Bologne lors de la 4ème journée (2-1). Globalement, cela fait donc seulement 2 victoires, 5 nuls et 3 défaites. Le Torino est un peu similaire à la Roma de Zeman : Les grenats possèdent la 3ème pire défense du championnat, mais la 8ème meilleure attaque. Le dernier match sur la pelouse de Livorno, avec un score de 3-3, résume bien ce début de saison en demi-teinte, qui fait que le Toro pointe à deux points du 17ème.

Sur le mercato, le Torino a connu un chamboulement important durant cet été. En effet Bianchi est parti à Bologne, Birsa au Milan AC, Ogbonna à la Juventus ou encore Stevanovic à Palermo. Les recrues sont cependant de qualité pour compenser cela : Les défenseurs Moretti et Bovo du Genoa, les talents montants Bellomo (Bari) et El Kaddouri (Naples), Immobile (Genoa), Larrondo (Sienne), Farnerud (Suisse) et Pasquale (Udinese).

Le mister Ventura devra faire avec quelques absences, et notamment la suspension de Vives. Certains joueurs sont sur le flan pour blessure, comme les ex-romanisti Bovo et Brighi, mais aussi Larrondo et Rodriguez.

L’équipe sera composé demain de Padelli dans la cage. La défense sera constitué avec une défense à 3 où on retrouvera Darmian, Glik et Moretti; Le milieu à 5 sera constitué de D’Ambrosio et Pasquale sur les côtés, avec Gazzi, Basha et Bellomo dans l’axe. Devant, le duo d’attaquants sera composé de Cerci et Immobile.

.

Les dernières confrontations

2012/2013 : Torino 1-2 AS Roma (Osvaldo, Lamela)
2008/2009 : Torino 0-1 AS Roma (Baptista)
2007/2008 : Torino 0-0 AS Roma
2006/2007 : Torino 1-2 AS Roma (Totti, Mancini)
2002/2003 : Torino 0-1 AS Roma (Samuel)
2001/2002 : Torino 0-1 AS Roma (Cassano)
1999/2000 : Torino 1-1 AS Roma (Di Francesco)

Pour retrouver la dernière victoire du Torino à la maison face à l’AS Roma, il faut remonter à la saison 1990/1991 avec un score de 1-0. Depuis cette défaite, la Louve a enchainé une série de 5 victoires et 7 nuls, en 11 rencontres. Depuis l’entrée dans les années 2000, les giallorossi ont là par contre emporté 5 fois le succès, lors des 6 derniers déplacements. A noter qu’aucun joueur faisant parti des convoqués côté giallorosso a déjà marqué sur la pelouse du Torino.

.

Le duel du match

Adem Ljajic / Alessio Cerci : Un duel de joueurs de grand talent. D’un côté l’italien de 26 ans et de l’autre le serbe de 22 ans. Cerci a fait toutes ses gammes dans le centre de formation de l’AS Roma, jusqu’à la Primavera. Surnommé le « nouveau Henry » il effectuera ensuite de nombreux prêts en Serie B qui seront peu convaincant. Alessio fait son retour à la Roma sous l’ère Ranieri, où il joue quelques matchs à la place de Menez dans le couloir droit. Pas suffisant pour être conservé en fin de saison. Il décide alors de migrer vers la Fiorentina, club où il va alors commencer à se révéler, avec cependant une certaine irrégularité. Il y marquera 12 buts en 47 matchs. Pourtant approché par le Manchester City de Mancini, il rejoint finalement le Torino. Sa très bonne saison dernière, 8 buts en 35 matchs, lui ouvre les portes de la sélection d’Italie entrainé par Prandelli. Son début de saison est encore plus intéressant, puisqu’il a déjà inscrit 7 buts en 10 matchs. Nul doute qu’il sera demain le poison numéro 1 pour la défense giallorossa. De son côté, Ljajic a fait ses os du côté du Partizan Belgrade, avant de signer à Manchester United, où il ne jouera finalement jamais. Tout comme son adversaire du soir, il arrive ensuite à la Fiorentina, où il croisera donc Cerci au sein de l’effectif. Après des débuts compliqués, il s’impose petit à petit, et l’apothéose arrive la saison dernière avec Montella, où il marque 11 buts et fait une dizaine de passes décisives. Doté d’un fort caractère, il quitte la Viola cet été suite à un accord non trouvé pour une prolongation de contrat. Le voila donc du côté de la Louve, où il a la lourde tâche de faire oublier Lamela au sein de l’effectif. Son début de saison est cependant intéressant, avec déjà 3 buts inscrits (à l’Olimpico), malgré un faible temps de jeu. La magie pourrait bien arriver des pieds de ses deux joueurs ce dimanche soir à Turin…

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Luca Banti. Cet arbitre a dirigé à 16 reprises l’AS Roma pour un bilan de 11 victoires, 3 nuls et 2 défaites. La saison dernière, il arbitré trois succès à domicile (Atalanta 2-0, Fiorentina 4-2 et Napoli 2-1). La dernière défaite à la maison avec cet arbitre fût il y a 3 ans contre la Fiorentina (4-1).

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Maicon-Benatia-Burdisso-Balzaretti
De Rossi
Pjanic-Strootman

Florenzi-Borriello-Ljajic

Remplaçants: Skorupski, Lobont, Dodo, Torosidis, Romagnoli, Jedvaj, Bradley, Taddei, F. Ricci, Marquinho, Caprari.
Blessé(s): Destro, Totti, Gervinho
Suspendu: Castan
Choix technique: Julio Sergio.

Udinese (3-5-2): Padelli; Darmian, Glik, Moretti; D’Ambrosio, Gazzi, Basha, Bellomo, Pasquale; Cerci, Immobile.