Site AS ROMA

Pour l’honneur et le prestige à l’Olimpico

Si les coéquipiers de Francesco Totti ont repris un peu de poil de la bête avec la qualification en Europa League obtenu à Rotterdam, cela reste encore bancal en championnat. Si l’AS Roma ne perd plus depuis maintenant 14 matchs en Serie A (mais trop de nuls), ce match face à la Juventus s’annonce comme une obligation de prendre les trois points, qui manque depuis longtemps à la maison.

.

La conférence de presse de Garcia.

« On joue la Serie A et l’Europa League à fond »

« Le succès de Rotterdam, dans sa manière de se dessiner, peut-il sonner la révolte ? On avait dit qu’on jouait les deux compétitions à fond, on l’a démontré à Rotterdam. On s’est qualifié dans des circonstances difficiles, avant le match de demain ce n’était pas important juste de se qualifier, mais la façon. Demain l’équipe devra vivre au jour le jour ? Seul ce match compte, nous voulons gagner. Puis ca ne change rien sur le fait qu’on a pas notre destin entre les pieds, il faut tout faire pour assurer la seconde place, ca sera le seul moyen de viser la première. On doit se concentrer sur ce match, même si on gagne, ça ne dépendra pas de nous pour la suite. Si je redirais que la Roma gagne scudetto ? Vu votre obsession à me demander cela, je peux dire qu’il y a une divinité mystérieuse qui a voulu me punir pour cela, si j’ai commis une faute d’orgueil. Si je l’ai fait c’était pour lutter contre une ambiance de pessimisme. Si j’ai fait cette erreur, c’était pas un comportement d’homme qui ne réfléchit pas, qui dit des choses comme ça. Je pense que pour maintenir la motivation et l’ambition c’était la chose nécessaire à faire. On ne s’arrête pas à cette saison, l’objectif n’est pas seulement de voir la Roma au centre du village mais au centre de l’Italie. Ca ne se fait pas en peu de jour, le destin de la Roma, et le président l’a répété, est de lutter pour le titre non pas juste cette année mais dans le futur. C’est vrai que cette année on a été durement touché par la malchance, je pense aux absences non prévues, notre histoire est faite d’erreur, personne ne fait les choses parfaitement. Je veux dire que la prochaine fois que quelqu’un me posera cette question, je l’enverrai balader. Le destin de la Roma est de gagner, lutter pour le scudetto et on espère un jour en Europe. On doit se montrer à la hauteur de ce destin. Avec cette déclaration j’ai voulu redonner de l’orgueil aux tifosi qui des scudetti en ont eu peu. Il faut être conscient que la Roma construit un futur dans lequel elle luttera chaque année pour la C1 et le scudetto.

« Florenzi est à 100%, Iturbe a 60-75 minutes dans les jambes »

L’erreur que ne doit pas faire la Roma ? Elle doit en faire le moins possible. On sait qu’on joue contre le premier, on doit utiliser la confiance qu’on a montré à Rotterdam et Verona, où on a pas de nul comme les autres fois. L’objectif est de retourner à la victoire en Europe et à l’Olimpico, on a vraiment l’envie de vaincre car c’est à l’Olimpico et qu’on fait trop de nul. Je suis sûr que les joueurs donneront tout et lutteront pour cette victoire. Je dis juste que si on a de la confiance au début du match ça sera un plus, et cette confiance ils l’ont acquis tout seul. Je me suis déjà exprimé, pour avoir une équipe qui se donne à 100% ils doivent entendre tous ceux qui aiment la Roma. De Rossi a dit que la Juventus est plus humaine, si je suis d’accord ? Les différence que je vois avec la Juventus de l’an dernier ? Cette Juventus est première à +9 , ça veut dire que pour le moment c’est l’équipe la plus forte du championnat. Comment vont les joueurs ? Combien j’en ai à disposition pour faire les 3 changements ? Florenzi est à 100%, Manuel revient bien, il ne peut pas jouer 90 minutes, mais 60-75′ oui. Doumbia a une lombalgie, je ne le convoquerai pas demain, il faut qu’il se remette. Il ne s’entraîne pas normalement depuis trop longtemps. Il ne sera pas là, mais comme on a vu contre Feyenoord, avec l’entrée de joueurs j’ai des solutions. Il y a aussi Verde, resté sur le banc jeudi. J’ai plus de solutions, on l’a dit : avec le retour des joueurs on est plus compétitifs et forts. Pour Maicon c’est trop tôt. L’équipe souffre du syndrome petit bras contre les équipes de même niveau ? Il faut analyser les matchs singulièrement. Il y a eu de mauvais résultats après de bonnes prestations. Parler du passé ne sert à rien, on veut un grand futur. Comment on vit ce match ? Une revanche ? Il n’y a que le contexte actuel, le second reçoit le premier. Quand c’est ainsi, le second est toujours motivé. J’espère voir un beau match,  fair-play, avec un accueil au niveau de la Roma pas comme à l’aller. Sur le terrain on luttera.

« Napoli ? On sait qu’il sont très forts, mais ça dépend de nous »

Un avantage pour la Juventus de jouer pour deux résultats ? Si j’insisterai avec le module de Rotterdam ? On a beaucoup de flèches à notre arc, on utilisera un module pour gagner, même s’il faut changer en cours. Sur le reste je ne pense pas qu’une équipe comme e la Juventus vienne pour faire nul, elle voudra gagner avec ses qualités. Ca ne change rien pour nous, on est deux à vouloir gagner. La différence entre la Roma et Juventus est liée aux blessées ? J’attendais la question sur Pirlo et Pogba, le président a dit que s’ils avaient été absent longtemps, comme Castan et Strootman, leur équipe aurait été moins forte et c’est une excellente réponse. En ce moment, Roma et Juventus partent sur un pied d’égalité ? Je ne sais pas et c’est pas important. On sait qu’on affronte les premiers, dans tous les pays d’Europe quand le second recoit le premier il veut montrer ce qu’il sait faire. C’est vrai aussi que demain il faudra faire un match de très haut niveau, comme on a fait jeudi. Il faut réfléchir, la volonté ne suffit pas. On verra si on en est capable, j’en suis sûr. Il n’y a pas d’autre objectif que les 3 points. A Rotterdam on a vu une équipe qui a de la cohésion. Si l’ambiance hostile unit les joueurs et une ambiance plus calme les démotive ? L’ambiance à l’Olimpico n’est pas calme. Toutes les équipes du monde qui luttent pour quelque chose, quand elles sentent de la confiance, elles sont plus fortes. Avant le match à Rotterdam je sentais les joueurs convaincus et motivés sur le fait de pouvoir gagner. Je ressens la même chose pour demain. On veut sortir de l’Olimpico la tête haute. Si le Napoli bat le Torino il sera à égalité de point avec la Roma. Si la renaissance du Napoli m’inquiète ? On a pas attendu aujourd’hui pour savoir que le Napoli est une très bonne équipe. Pour nous ça ne change rien, le destin de la seconde place est entre nos pieds. Ca dépend que de nous ».

.

.

Du côté de Trigoria

Depuis le début de saison en championnat, le bilan est de 13 victoires, 9 nuls et 2 défaites (37 buts marqués et 18 encaissés). On constate souvent qu’en période de crise, les résultats sont souvent meilleurs en déplacements qu’à domicile, et cela semble se confirmer également pour l’AS Roma. Si les joueurs ont un bilan actuel plus qu’intéressant à l’extérieur avec une série en cours de 5 victoires et 4 nuls (dont 4 victoires et 3 nuls en Serie A), cela ne se passe pour le mieux à l’Olimpico. En effet, les hommes de Rudi Garcia n’y ont plus gagné depuis un certain Roma-Inter (4-2) fin novembre. Depuis, la série est de 2 défaites (contre City en Champions et la Fiorentina en Coppa) et 7 nuls (dont 6 en championnat). Si le bilan global a domicile reste bon, avec 8 victoires, 7 nuls et 3 défaites (dont 7 victoires et 5 nuls en championnat), il serait bon de retrouver rapidement le chemin de la victoire devant ses tifosi, et quoi de mieux pour cela que d’affronter la Juventus ?

Rudi Garcia a révélé la liste des 23 joueurs qui ont été convoqué pour cette 25ème journée de Serie A, qui se jouera ce lundi à 21h contre la Juventus (BeiN Sports 1). L’infirmerie reste bien garni, puisque outre Leandro Castan et Federico Balzaretti, Kevin Strootman (genou, saison finie), Victor Ibarbo (mollet, 2-3 semaines) et Maicon (genou) sont également OUT. Pour le reste, le groupe est identique à celui qui s’est déplacé à Verona, à l’exception du retour de Juan Iturbe qui remplace numériquement Seydou Doumbia (absent pour une lombalgie). A noter la nouvelle présence de Gianluca Curci comme troisième gardien. Daniele Verde et Tonny Sanabria profitent de nouveaux des absences pour se faire une place.

Concernant le onze de départ, De Sanctis gardera de nouveau la cage giallorossa. La défense centrale sera composé de Mapou et Manolas, tandis que les couloirs seront pris par Torosidis et Holebas. De Rossi évoluera juste devant la défense, avec Nainggolan et Pjanic autour de lui. Devant, le trident devrait être composé de Ljajic, Totti et Gervinho.

.

L’adversaire du jour

Si leur bilan en championnat n’est pas autant exceptionnel que la saison passée, cela reste malgré tout extrêmement solide. En effet, le bilan global est de 17 victoires, 6 nuls et 1 défaite (pour 51 buts marqués et 13 encaissés). Cela est un peu moins bon à l’extérieur, puisqu’on retrouve 7 victoires, 4 nuls (Sassuolo, Fiorentina, Cesena, Udinese) et 1 défaite (Genoa). Les bianconeri restent d’ailleurs sur deux partages des points, lors de leurs deux derniers déplacements. Là principale différence avec la saison dernière est que la Juve est encore en course en Champions League, où elle a remporté son 1/8 de finale aller contre le Borussia Dortmund (2-1) et va jouer dans les prochains jours sa 1/2 finale (aller-retour) face à la Fiorentina.

Sur le mercato, l’effectif de la Juventus a peu bougé. Le principal transfert à noter est le départ, inattendue, de l’entraîneur Antonio Conte (parti ensuite coacher la sélection d’Italie). Les dirigeants bianconeri ont du vite se retourner pour lui trouver un remplaçant, et ces derniers ont jeté leur dévolu sur Massimiliano Allegri. Niveau arrivée, Patrice Evra (Manchester United) vient apporter son expérience dans le couloir gauche, tandis que les jeunes Alavaro Morata (Real Madrid) et Kingsley Coman (PSG) viennent amener de la concurrence au duo titulaire en attaque. La « vieille Dame » a vu aussi l’arrivée de deux jeunes joueurs polyvalent, avec Romulo (Hellas Verona) et Roberto Pereyra (Udinese). Côté départ, Pablo Osvaldo a rejoint l’Inter, Federico Peluso vers Sassuolo, Mauricio Isla à QPR, Mirko Vucinic à Al-Jazira et Fabio Quagliarella au Torino. Lors de ce mercato de janvier, peu de choses ont bougé : Giovinco a rejoint Toronto, tandis que De Ceglie (Parma), Sturaro et Matri (Genoa) arrivent.

L’équipe sera composé demain de Buffon dans la cage. La défense sera constitué par une ligne de 3 joueurs, où l’on retrouvera Caceres, Bonucci et Chiellini. Les 3 milieux de terrain axiaux seront Vidal, Marchisio et Pereyra, pendant que Lichtsteiner et Evrai. Enfin devant, Morata et Tevez guideront l’attaque.

.

Les dernières confrontations

2000/2001 AS Roma 0-0 Juventus
2001/2002 AS Roma 0-0 Juventus
2002/2003 AS Roma 2-2 Juventus (Totti, Cassano)
2003/2004 AS Roma 4-0 Juventus (Dacourt, Totti, Cassano x2)
2004/2005 AS Roma 1-2 Juventus (Cassano)
2005/2006 AS Roma 1-4 Juventus (Totti)
2007/2008 AS Roma 2-2 Juventus (Totti x2)
2008/2009 AS Roma 1-4 Juventus (Loria)
2009/2010 AS Roma 1-2 Juventus (De Rossi)
2010/2011 AS Roma 0-2 Juventus
2011/2012 AS Roma 1-1 Juventus (De Rossi)
2012/2013 AS Roma 1-0 Juventus (Totti)
2013/2014 AS Roma 0-1 Juventus

Le bilan global depuis le début de ce siècle est de 2 victoires, 5 nuls et 6 défaites pour les giallorossi. On constate cependant que la tendance est plutôt aux scores serrés sur les trois dernières saisons, avec une victoire 1-0 pour chacun et un score de 1-1. Alors qu’avant cela on retrouvait 5 défaites sur les 6 dernières oppositions. On se doit de mettre en avant la victoire, 4-0, lors de la saison 2003/2004. Enfin, on y retrouve 6 buts de Totti, et 2 de De Rossi, qui sont les derniers buteurs des 8 dernières oppositions (exception d’un but de Loria). A noter que depuis son arrivée, Rudi Garcia a un bilan de 3 défaites et 1 victoires face à la Juventus, cependant cela tend à s’améliorer : depuis le défaite 3-0 à Turin, s’est enchainé une victoire en Coupe d’Italie (1-0) et deux défaites très serrés et sévères (1-0 à l’Olimpico à la dernière minute par Osvaldo, et 3-2 à Turin cette saison avec les circonstances qu’on connait.

.

Le duel du match

Luca Toni / Seydou Doumbia : Un duel d’internationaux italiens ayant fait toute leur carrière dans un même club. Agés respectivement de 32 et 29 ans, Daniele De Rossi et Claudio Marchisio sont maintenant des piliers et des dinosaures de leur club respectif : 14ème saison avec l’AS Roma et 8ème saison avec la Juventus. En effet, si De Rossi a débuté dans le monde professionnel à 18 ans, lancé par un certain Fabio Capello quelques mois après le Scudetto, pendant que Marchisio a lui débuté à 20 ans en professionnel. Et cela était d’ailleurs lors de la saison que les bianconeri ont passé en Serie B suite au Calciopoli. Lors de la remontée, il a été passé une saison en prêt à Empoli, avant de revenir de façon définitive. Leur force respective est leur polyvalence, les deux internationaux italiens peuvent autant évoluer dans une position de numéro 6 devant la défense, ou un cran plus haut en numéro 8. Ils ont d’ailleurs souvent évolué ensemble en sélection, même si le premier compte presque le double de sélection avec 100 matchs (16 buts et une Coupe du Monde) contre 51 matchs (et 4 buts). Dans leur club, ils totalisent respectivement 325 rencontres (35 buts) et 226 rencontres (31 buts). Demain soir, ils auront les clés de la première relance, puisqu’en l’absence de Pirlo, Marchisio devrait évoluer dans une position de sentinelle devant sa défense (à 3 ou 4 ?), pendant que De Rossi évoluera dans sa position préférentielle.

.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Monsieur Orsato. Cet arbitre a un bilan positif face aux giallorossi, puisqu’on retrouve 7 victoires, 6 nuls et 3 défaites. Ces trois défaites furent obtenu récemment : D’abord lors de la défaite 4-3 face au Genoa (après avoir mené 3-0, match qui a coûté la place à Ranieri), la défaite à Lecce il y a deux saisons (4-2) avec Luis Enrique, et enfin la défaite lors de la finale de Coupe contre la Lazio. En 8 matchs à domicile son bilan est de 5 victoires, 3 nuls et 1 défaite; dont le 1-1 face à la Juve il y a deux ans (avec le penalty manqué de Totti), le 2-2 face à la Lazio de début janvier 2015, et les victoires la saison passée contre le Napoli (2-0) et la Fiorentina (2-1).

.

Les équipes probables

AS Roma (4-3-3):
De Sanctis
Torosidis-Manolas-Mapou-Holebas
De Rossi
Nainggolan-Pjanic

Ljajic-Totti-Gervinho

Remplaçants: Skorupski, Curci, Astori, Spolli, Cole, Keita, Uçan, Paredes, Florenzi, Verde, Sanabria.
Blessé(s): Balzaretti, Castan, Strootman, Ibarbo, Maicon, Doumbia.
Suspendu(s): /.

Juventus (3-5-2): Buffon; Caceres, Bonucci, Chiellini; Lichtsteiner, Vidal, Marchisio, Pereyra, Evra; Morata, Tevez.