Pour continuer d’y croire

Avec les deux victoires à l’arraché (peu avant l’entrée dans les arrêts de jeu de la rencontre) face au Torino (3-2) et le Napoli (1-0), l’AS Roma retrouve les déplacements, jouant ce lundi (19h) sur la pelouse du Genoa (restant sur 4 succès de suite au Marassi). Une victoire permettrait de mettre encore plus la pression sur le Napoli, les dépassant d’un point, avant leur réception de l’Atalanta (21h).

.

La conférence de presse de Spalletti.

« Strootman titulaire, il montrera qui il est »

« Pjanic est suspendu, vous le savez, je le dis pour moi. Florenzi à 90% ne sera pas là, le problème au mollet n’est pas passé. Falque on pensait que ce n’était rien mais il m’a dit qu’il voulait sortir par précaution, mais il ne s’améliore pas et c’est même pire avec les heures qui passent, Uçan a eu une infection des voies respiratoires, tout va bien maintenant. Keita a eu un problème à la cheville, elle a gonflé il y a deux jours, on pensait pouvoir l’utiliser, mais le gonflement est toujours présent donc on verra. Hier Torosidis a eu un soucis à l’aine, Gyömbér revient dans le groupe. Le Genoa a pris  33  de ses 43 points à domicile, ils jouent avec une grande intensité et ont gagné les 5 derniers. Un match plus difficile que le classement l’indique ? Ca aurait été aussi compliqué, tout le monde connaît le travail de Gasparini. De très bons joueurs sortent tous les ans du Genoa, son travail donne un avantage pour les résultats. Il a une méthode particulière, basé sur la bataille, l’intensité, la force physique. Sur ce terrain, ils arrivent à donner le meilleur d’eux-même. Ca sera un match très difficile. Mais on s’accroche à cette possibilité de victoire, car ça serait une grande victoire et c’est déjà arrivé, on ne veut rien concéder et rester grouper pour ces 3 matchs, on est convaincu de ça. Vu la condition non parfaite des milieux, si on peut imaginer une Roma avec 4 offensifs ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’ils sont derrière l’adversaire et ne reviennent pas ? Quand je mets une équipe, vu qui a marqué, je pense à une équipe offensive, pas à un nombre de joueur. On a vu que quand l’équipe marche, tout le monde marque, tout le monde passe la ligne adverse. Dzeko et trois attaquants ? J’ai déjà dit ce que je devais dire, il doit profiter de ce qu’il a. Il peut être tranquille, si j’ai besoin de lui je l’utiliserai, tôt ou tard. C’est lui qui doit se tenir prêt, c’est lui qui doit montrer ses qualités. On ne va plus utiliser des jeux de paroles ou dire ce qu’il pourrait être, c’est une évaluation concrète, directe. Si en vu du futur, Strootman peut être protagoniste ? Il joue demain, titulaire. Il commencera à montrer ce qu’il est, car il est prêt. Atletico Madrid et Leicester qu’on peut gagner peu importe le budget ? C’est la beauté de ce sport, il y a des succès qui ouvrent des portes à qui fait ce métier, et surtout Leicester car il y a Ranieri, on s’apprécie. On espère que ça finisse comme tout le monde l’espère. C’est un discours correct, ça ouvre des portes, ça dit qu’avec humilité, qualité et sacrifice on peut arriver de partout.

« J »utilise Totti quand je pense que c’est utile, et je continuerais de faire ainsi dans le futur »

Pour devenir comme la Juve, ce qu’il manque à cette équipe ? On a fait de grandes choses, de grandes stats, de belles actions, on a montré que c’est une bonne défense peu importe ce qu’on en dit, qu’il y a de très bons joueurs. La Juventus est plus travaillée sur tous les aspects, c’est une équipe crée au fil des ans, améliorée année après année, en ajoutant toujours des champions. On doit trouver notre équilibre, parfois dans des matchs on surpasser cela. On est à bon port, on doit avancer sur notre chemin, sur ce qu’on a montré. Mentalement, comme ils l’ont fait jusqu’à maintenant, les joueurs ont montré qu’ils tenaient à la Roma et qu’ils voulaient des résultat avec la Roma et qu’ils ne pensent pas au mercato. Quand ils s’entraînent et quand ils sont dans le vestiaire, on voit de grands pros, avec une intention forte de mettre en pratique la volonté d’avoir des résultats avec cette équipe. On avance ainsi pour les 3 matchs, après d’autres scenarii s’offriront à nous. Si on m’a demandé mon avis sur le contrat de Totti ? J’ai été clair mais on m’a pas compris apparemment. Mon avis ne compte pas. Dès le premier jour, j’ai dit toujours les mêmes choses, moi Totti je l’entraîne volontiers, mais ça, ça regarde la società et Totti. Le risque était qu’on me le mette sur le dos. Moi je l’utilise quand je pense que c’est utile, et ça sera ainsi dans le futur aussi. Après mon avis ne compte pas. Nainggolan en 10 aussi l’an prochain ? Demain oui, moi ce qui m’intéresse c’est demain et Radja aussi. Radja pour la Roma il se jette au feu, ça nous intéresse. C’est juste ce que vous dîtes sur l’engagement, car il y a des avantages et désavantages à toute chose, ce qui compte c’est le collectif et parfois quelqu’un qui pousse d’un côté ça joue sur le collectif. Radja passe l’homme, harcèle, le fait d’avoir une équipe plus forte défensivement pour moi c’est pas rajouter un défensif, c’est le mettre plus haut. C’est la même recherche, avec deux possibilités différentes. Si sur ceux plus bas ou au milieu il peut choisir, l’attaquant fait appel et contre appel, choisi puis le défenseur a plus de difficulté dans le choix. Si l’attaquant a seulement le défenseur, il a qu’un choix. On peut en parler sur n’importe quel poste c’est le même raisonnement. Pour moi on ne défend pas avec deux défenseurs, si je les fais bien jouer ils ont moins de choix et moins de difficulté. Cependant Pjanic pourrait aussi le faire, il aurait plus de qualité, mais il ferait jouer les adversaires avec plus de tranquillité que Radja.

« Castan fait de grands progrès, i lserait même apte à jouer »

Castan semble un peu oublié, s’il peut se relancer ? Il a montré avoir fait de grands pas en avant. Ce n’est pas simple d’en parler maintenant, de parler de ces situations, mais il a montré du progrès qui, si ça se confirme, pourrait déboucher sur n’importe quelle solution. Quand je l’ai fait jouer, il était fondamentale qu’il retrouve les conditions réelles. J’ai voulu voir tout de suite, je pensais que c’était le match idéal. Il n’était pas prêt. En travaillant, il a une force interne incroyable, à tous les entraînements, après qu’on se soit parlé, il avait besoin de beaucoup s’améliorer, ça pouvait lui créer des difficultés, au lieu de ça il a eu encore plus de volonté et a réglé pas mal de choses. Il pourrait même être utilisable maintenant. Au Zenit je disais que je gérais le budget du mercato avec la società, si ça sera ainsi au prochain mercato ? Je ne tenais pas les comptes au Zenit, je voulais participer au choix des joueurs. Ici il y a quelqu’un de très capable qui fait le mercato, Walter sait très bien car il fait cela depuis longtemps, l’entraîneur peut aussi être mis au courant de ce qu’il fait. Le mercato il le fera lui l’an prochain, ça serait un point de force en plus. Si Ansaldi est un des joueurs plus forts qu’il faut ? Je pense que Digne a fait un grand championnat, que Florenzi peut jouer terzino et le fait bien, que Maicon a montré qu’il était prêt, que Emerson est un bon joueur, c’est un gaucher naturel, il a des qualités très importantes. C’est clair qu’il doit jouer pour prendre des automatismes, pour moi il peut jouer à droite aussi. Pour l’instant ils me suffisent. L’an prochain, c’est l’an prochain. Vous me parlez de ce qui sera, mais ça ne m’intéresse pas, ce qui m’intéresse c’est maintenant, c’est faire savoir à mes joueurs qu’il ont fait des choses exceptionnelles, vous le dîtes jamais. Vous ne soulignez jamais ce que fait cette équipe, on parle de mercato mais ce qu’a fait cette équipe sans la Curva… Donnez-nous la Curva et on vous montre ce qu’on arrive à faire. Pour proposer du jeu de qualité il faut un climat d’enthousiasme, de chants, d’émotions, de sentiments. Les coeurs font toujours le même bruit, mais les avoir avec nous aurait apporté une présence physique. Cette équipe a fait un championnat exceptionnel, elle a des stats que vous connaissez, but marqués, pris, points repris à Naples, Inter, à la Fiorentina. On oublie trop facilement, c’est un très grand effort. Ces équipes sont aussi forte que nous, si on perd de vu l’humilité on se casse les dents tout de suite. En 10 matchs tu peux lutter pour un objectif important comme lutter dans le ventre mou du classement. Ces joueurs ont réalisés de grandes stats, un grand footbal, de grande qualité, une grande conviction, ils ont montré dans les derniers entraînements qu’ils veulent jouer les possibilités qu’ils ont pour la fin du championnat, le reste ne compte pas. On réfléchit sur ces 3 matchs ».

.

.

Du côté de Trigoria

Le bilan de la saison en cours se montre plutôt bon, avec 20 victoires, 11 nuls et 4 défaites (pour 74 buts marqués et 38 encaissés). A l’extérieur, le bilan est mitigé avec 7 victoires (Frosinone, Palermo, Fiorentina, Sassuolo, Carpi, Empoli, Udinese), 6 nuls (Bologne, Torino, Napoli, Chievo) et 3 défaites (Sampdoria, Inter, Juventus). Les hommes de Luciano Spalletti restait sur 5 succès consécutifs à l’extérieur, avant le partage des points à Bergame. Avant Sassuolo, la Roma restait sur 6 déplacements de suite sans la moindre victoire (dont 2 défaites et 4 nuls). Mieux encore, sur les 16 derniers matchs (domicile comme extérieur), le bilan est de 12 victoires et 4 nuls, pour 42 buts marqués et 19 encaissés. A noter que le match aller face aux rossoblu étaient la dernière victorie de l’ère Rudi Garcia.

Pour cette 3ème journée de Serie A, le mister toscan doit faire avec les absences de Pjanic (suspendu) et Florenzi (blessé). Il récupère in-extremis Keita, qui s’est entraîné à part durant toute la semaine. Spalletti a déjà annoncé la titularisation de Strootman, chose qu’il n’avait pu fait depuis 15 mois. Concernant le poste d’arrière droit, ballottage Maicon/Rudiger, avec Zukanovic prêt à jouer dans l’axe dans le second cas. Au milieu, le batave sera accompagné de De Rossi et Nainggolan. Enfin devant, il est fort probable que l’on assiste à nouveau au trident « léger » avec Salah, Perotti et El Shaarawy. Dzeko et Totti devraient être une nouvelle fois sur le banc au coup d’envoi.

Les convoqués de Luciano Spalletti face au Napoli

.

L’adversaire du jour

Le Genoa réalise une saison honorable avec une 12ème place au classement et 43 points. Leur bilan global est de 12 victoires, 7 nuls et 6 défaites (pour 39 buts marqués et 43 encaissés). Le bilan est cependant bien meilleur à domicile avec 10 victoires, 3 nuls et 4 défaites (26 buts marqués et 14 encaissés). Les revers furent contre la Juventus, Carpi, Bologne et la Sampdoria. Ces trois dernières furent même subi de façon consécutive. Les partages des points ont été contre le Napoli, Fiorentina et Lazio. Il y a donc eu peu de succès contre des « gros », si ce n’est face aux deux équipes milanaises, l’Inter et le Milan. Les rossoblu reste sur une série, à la maison, de 5 victoire et 2 nuls, en restant notamment sur 4 victoires de suite. plus mitigé à l’extérieur avec 8 victoires, 4 nuls et 5 défaites (29 buts marqués et 18 encaissés). Il faut remonter à loin pour trouver trace d’un nul, puisque la série en cours est de 6 victoires et 5 défaites.

Lors du mercato estivale dernier, l’effectif a comme souvent été beaucoup chamboulé. Côté arrivée, on citeraTachtsidis (Verona), Lazovic (Stella Rossa), Dzemaili, Pandev (Galatasaray), Figueiras (Siviglia), Gakpé, Cissokho (Nantes), Munoz (Sampdoria), Ntcham (Manchester City), Capel (Sporting) et Ansaldi(Zenit). Côté départ, on signalera Bertolacci, Kucka, Niang (Milan), Ariaudo (Sassuolo), Roncaglia(Fiorentina), Edenilson (Udinese FP), Lestienne (PSV), Falque (AS Roma), Fetfatzidis (Al-Ahli) et Borriello(Carpi).
Cela a de nouveau pas mal bougé durant ce mercato de janvier, avec les arrivées de Suso (Milan), Rigoni (Palermo), Cerci (Milan), Gabriel Silva (Carpi), et Bruno Gomes (Internacional). Côté départ, on retrouve Ujkani (Latina), Tino Costa (Fiorentina), Gakpe (Atalanta), Cissokho (Bari), Figueras (Seville) et Perotti (AS Roma).

Pour ce lundi, le mister Gasperini doit faire avec l’absence de quelques joueurs importants : le gardien Perin a déjà fini sa saison, pendant que Cerci et Pandev sont aussi blessés. A la surprise générale, le défenseur français De Maio pourrait débuter du banc. Sur le terrain, on mettra en avant Burdisso (« ex »), Ansaldi (suivi par la Roma sur le mercato), Dzemaili (suisse et ancien du Napoli) ou encore Pavoletti en pointe (l’une des révélations de la saison).

Les équipes probables de l’AS Roma et du Genoa

.

Les dernières confrontations

2007/2008: Genoa 0-1 AS Roma (Panucci)
2008/2009: Genoa 3-1 AS Roma (De Rossi)
2009/2010: Genoa 3-2 AS Roma (Taddei, Totti)
2010/2011: Genoa 4-3 AS Roma (Mexes, Burdisso, Totti)
2011/2012: Genoa 2-1 AS Roma (Borini)
2012/2013: Genoa 2-4 AS Roma (Totti, Osvaldo x2, Lamela)
2013/2014: Genoa 1-0 AS Roma
2014/2015: Genoa 0-1 AS Roma (Nainggolan)

Depuis la remontée en Serie A du Genoa (ils étaient descendus en Série B en 1994), le club ligurien a rencontré à 8 reprises l’AS Roma, et le bilan giallorosso est de 5 défaites et 3 victoires. Autant dire qu’il s’agit d’un terrain très hostile. Avec la victoire de Zdenek Zeman il y a trois saisons (malgré le score de 2-0 très rapide pour les locaux, puis la remontée de 4 buts), les giallorossi avait cassé une série de 4 défaites consécutives. A noter que Francesco Totti a inscrit 3 buts durant les 6 dernières rencontres. On ne signale aucun match nul sur cette période, et la Louve a toujours au moins marqué un but (13 buts en 7 matchs), exception fait d’il y a deux saisons.

.

.

L’arbitre du match

L’arbitre de la rencontre sera Mr Andrea Gervasoni. Cet arbitre a dirigé à 15 reprises l’AS Roma pour un bilan de 11 victoires (dont les victoires sur la pelouse de l’Atalanta (2-1) et Empoli (1-0) la saison passée, ainsi qu’à Frosinone (0-2), à Empoli (1-3) et à l’Olimpico contre le Genoa (2-0) cette saison), 3 nuls (3-3 face à Livorno en 2010, et le 1-1 face au Hellas Verona la saison dernière) et 1 défaite (contre le Genoa en 2011/2012, sur le score de 4-3 après avoir mené 0-3). Il avait notamment expulsé Totti face à Lecce lors de l’altercation avec Oliveira, et a également mis un carton rouge à Dzeko lors du dernier match de 2015 pour le fameux « Fuck Off ». Gervasoni a sifflé 4 penalties en faveur de la Louve, et 3 contre.

Côté Genoa, le bilan est de 10 victoires, 5 nuls et 6 défaites (dont la défaite lors du match aller cette saison face à la Roma).

Romanista35 / Cyril