Photo tirée du site Gettyimages.fr

Matteo Politano, formé à l’AS Roma, où il était la doublure de Gianluca Caprari et Gianmarco Piscitella en Primavera, à l’Inter depuis cet été, s’est exprimé dans un interview à La Gazzetta dello Sport :

« 25 matchs sur 25 joués depuis le début de saison ? Je ne m’y attendais pas, l’Inter me semblait une marche très haute. Di Francesco ? Rome a un environnement pesant, la pression se ressent et ça n’est pas facile à gérer. Et puis il a perdu cet été 4-5 joueurs importants. Repartir avec beaucoup de jeunes n’est pas facile. Stramaccioni ? Sans lui je ne serais pas ici. Je pensais même à arrêter le football, après une année sans jamais voir le terrain en U15. A 16 ans je pensais à prendre une autre route. Puis il est arrivé, après un mois j’ai commencé à jouer, sans m’arrêter. Je le garderais toujours dans mon coeur. Si je n’avais pas été footballeur ? Mécanicien, avec mon père et mon frère. Les voitures m’ont toujours plu, quand j’étais petit j’allais aider mon père au garage, je montais et démontais tout, j’adore ce métier. Peu présent sur les réseaux sociaux ? Je suis réservé, timide. C’est plus fort que moi, je ne réussi pas à mettre une vidéo de moi et puis de la poster. Je sais que d’autres le font, mais ça n’est pas une chose pour moi. J’en fais le moins possible, parfois je fais quelque chose parce que je sais que les tifosi sont curieux. Nainggolan de retour après sa punition, comment est mon rapport avec lui ? Radja est très fort, pour l’Inter il est fondamental, cela sera décisif de l’avoir avec nous. Et puis, en mise au vert je me divertis plus avec lui. S’il est vrai que Vucinic est mon idole ? Non, cela a toujours été Totti. Puis Vucinic m’a beaucoup plu, à la Roma il était fantastique. Même si au niveau personnel j’ai toujours vu Robben comme un modèle ».